mercredi 30 novembre 2016

" P'tain, j'aime ton cul sale blanche ! "

"Sausage Party ", le nouveau film d'animation dont tout le monde parle. techniquement bien fait, de belles couleurs, de la joie et de la bonne humeur ou quand nos produits alimentaires se rebellent... Au programme: sexe à tous les étages, partouzes, annulingus, cunnilingus, sodomie, masochisme, viols, racisme, insultes, en veux-tu, en voilà... Tout y est !



" Prends ça, putain de salope, j'aime me taper ton cul sale blanche "





Interdit au moins de 17 ans non accompagnés aux USA, aux mineurs de moins de 12 ans en France. Normal, puisque les réalisateurs déclarent: « Le concept du film est simple : faire des blagues graveleuses à base de saucisses et de petits pains dodus irrésistiblement attirés l’un vers l’autre ! » 

Alors profitez des fêtes de fin d'année et des vacances scolaires qui approchent pour y amener vos enfants, ils devraient apprécier et vous ne passerez pas pour de vieux cons de réactionnaires puritains. Et puis, si vous ne les amenez pas, sachez qu' ils pourraient bien y aller sans vous le dire, entre copains, histoire de ne pas avoir la honte au collège quand les uns diront aux autres: " P'tain, t'as pas été voir Sausage Party, moi, j'y ai été, c'est trop bon" !


Allez, bonne séance à tous les ados boutonneux, même en Socialie, ce pays merveilleux où tout est possible, même le pire !

Addendum: les deux vidéo ont été censurées par Dailymotion, j'en ai rajouté une...

Folie passagère 3376.
Résultat de recherche d'images pour "sausage party"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Une justice coupable de complicité de meurtre ?

Afficher l'image d'origine

A quoi reconnait-on que notre système judiciaire est complètement à la ramasse ? Si à la ramasse qu'on serait tenté, parfois, de l'accuser de complicité de meurtre par négligence...

A quoi, donc ? A ça:

Dimanche dernier, dans l'Ariège, un commandant de gendarmerie a été tué par un chauffard qui lui a délibérément foncé dessus.

Le " présumé " coupable, Loïc G., qui a été arrêté immédiatement est âgé de 31 ans.
La première fois qu'il se fait remarquer par la justice, il avait 14 ans et était accusé de viols sur mineures, mineure avec un " s ".
De l'âge de 14 ans à dimanche dernier, chaque année, l'homme sera alpagué par les forces de l'ordre et traduit en justice: trafic et usage de stupéfiants, violences familiales, conduite en état d'ivresse, incendie volontaire de biens privés,  violences volontaires aggravées, vols de voitures, cambriolages, excitation à la violence de chiens dangereux, séquestration, violence à personnes dépositaires de l'Autorité, conduite sans permis, violences sur conjoint, infraction à une interdiction de territoire, menaces de morts réitérées.

2003, année de ses 18 ans, pas moins de 7 arrestations,
2015, année de ses 30 ans, pas moins de 6 délits commis,
2016, année record avec 11 délits ou infractions relevés. 

A 31 ans, l'homme, un Français de souche, aura été condamné 24 fois pour la bagatelle de 48 délits. 

Le 11 octobre dernier, il commettra encore deux délits. Laissé libre, le 27 novembre il assassine le major Christian Rusig. celui-ci avait 55 ans était marié et père de deux enfants.

Le coupable est désormais en prison. Il aura fallu la mort d'un homme pour qu'il y soit.

Folie passagère 3375.
Résultat de recherche d'images pour "major christian rusig"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 29 novembre 2016

Délit d'entrave à la liberté d'expression


De manière assez discrète, le gouvernement a fait validé, en première lecture à l'Assemblée, un élargissement du délit d'entrave à l'IVG, avant de se faire jeter, sur ce point précis, au Sénat. Nul doute, si le temps démocratique leur permet, que les socialistes arriveront à faire adopter cette modification.

De quoi s'agit-il ? Depuis 1993 (élargi en 2014), il existe ce que l'on appelle le délit d'entrave à l'IVG: toute personne tentant d'empêcher un avortement en exerçant des pressions physiques ou morales sur des équipes médicales ou des patientes est passible d'une amende de 30 000 euros et jusqu'à deux ans de prison ferme. Cette menace et la banalisation de l'IVG ont fait que jusqu’à aujourd'hui quasiment personne n'a été condamné. 

Mais comme bien souvent, avec les socialistes, le bien n'est jamais assez, zou, une petit article de loi ( porté par la ministre DES familles, Laurence Rossignol ) qui permettra de condamner toute personne qui, sur un site internet ( blogs, sites de partis politiques, associatifs ou confessionnels ), tiendra un discours pouvant infléchir la volonté d'une femme d'avorter. Ce qui en langage gauchiste s'énonce ainsi: " Être hostile à l'IVG est une opinion que chacun peut exprimer librement et par tout moyen dans notre pays. En revanche, attirer les femmes sur des sites présentés comme des sites d'information, qui affichent un vocabulaire, une posture jeune, moderne, pour donner des informations fausses, biaisées, dans le but de dissuader des femmes de recourir à l'IVG, de les culpabiliser, ça n'est pas acceptable. C'est de la manipulation. ". Ce qui en langage législatif s'appelle Délit d'entrave numérique à l'IVG ( Ce qui à l'heure de l'internet mondialisé est tout à fait stupide ).

J'ai, ou vous, quiconque, avons donc le droit d'être hostile à l'avortement, de le dire ou de l'écrire mais à condition de le faire de manière grossière, suffisamment grossière pour que toute femme en quête d'information sur le sujet atterrissant un de ces sites hostiles comprenne immédiatement qu' elle n'est pas au bon endroit si elle cherche un point de chute qui l'aiderait à conforter son souhait d'avorter. Prière donc de ne pas avoir un site qui présente trop bien, veillez ne pas apparaître comme informatif, soignez modérément votre orthographe, n'ayez pas un graphisme trop moderne, trop trendy , assurez-vous de ne pas commettre le moindre impair qui pourrait apparaître comme une fausse information et surtout, surtout, aucun discours " moralisateur ", ne culpabilisez pas votre visiteuse, n'écrivez rien qui puisse la décourager d'y aller; bref, abstenez-vous d'écrire ce que vous pensez et fermez boutique, ce sera aussi simple,... avant qu'on vous la ferme d'office avec possibilité d'un détour par la case prison. 

Consécutivement, il va de soi que seul les sites officiels ou recommandés par les instances gouvernementales ( donc politiques ) auront le droit de décider et de juger ce qui est " biaisé " ou pas, ce qui relève de la manipulation ou d'un discours militant et qui peut " informer " ou pas sur le sujet, de mettre éventuellement la Fondation Lejeune, La Manif pour Tous ou AllianceVita sur le même pied d'égalité que le plus ultra des sites effectivement manipulateurs. 

Aujourd'hui un délit d'entrave renforcé à l'IVG, la censure de toutes informations qui ne seraient pas officielles; quoi demain ? Contre les Identitaires, contre tous ceux qui de près ou de très loin pourraient être assimilés à Civitas, contre les un peu trop patriotes, contre ceux qui n'ont jamais accepté l'abrogation de la peine de mort, contre ceux qui n'admettront jamais la dépénalisation des drogues douces devenues entre temps autorisées, contre les défenseurs de la légitime défense, etc... Contre ceux qui ne sauraient plier face à un ordre moral qui ne serait pas le leur ? Contre ceux qui défendraient une autre idéologie que la dominante progressiste ? Contre qui ? Contre quoi ? 

Les sénateurs ne s'y sont pas trompés en rejetant cet amendement, les évêques de France non plus en montant au créneau comme on les a rarement vu faire ces derniers temps. Ce projet de loi n'est ni plus ni moins qu'un délit d'entrave à la liberté d'expression. Cocasse et scandaleux de voir ce pouvoir socialiste, au premier rang lorsqu'il s'agissait de lever au ciel des crayons de couleurs pour défendre la liberté d'expression, poser aujourd'hui la première pierre d'un édifice destiné à emmurer un peu plus cette même liberté d'expression !

Folie passagère 3374.
Résultat de recherche d'images pour "avortement"

lundi 28 novembre 2016

La victoire de Fillon en deux images: un graphique et une croix

La première:


Les chiffres parlent d'eux-mêmes...

Fillon a fait le plein des voix " de droite ", de la vraie droite (70%, +11 par rapport au premier tour) ) et a bénéficié d'un report correct des voix sarkozystes. L'apport " FN " s'est accru entre le premier et le deuxième tour; on comprend mieux la soudaine violence verbale des frontistes à l'encontre de Fillon jusqu'à s'en rendre ridicule comme  Florian Philippot chez Bourdin ce matin.  Bref, François Fillon s'est contenté de bien réaliser ce qu'il y avait de mieux à faire: une campagne pour gagner la primaire de la droite.

Quant à Juppé, il s'est simplement gouré de campagne. Erreur magistrale, il s'est cru en campagne pour la présidentielle et à cherché pour cela à ratisser large quitte à ne rien faire ni dire qui pourrait décourager les gauchistes. Fiasco. Il nous disait avoir la pêche, a glissé sur une peau de banane et s'est pris une bonne poire dans la tronche. Exit !



La deuxième, moins parlante et pourtant...


Valérie Boyer a été sur un plateau télé avec une petite croix bien visible. Il n'en fallait pas plus pour que la fielleuse gauchiste Caroline Fourest lance une fatwa à l'encontre de Valérie Boyer. Le problème de Fourest comme de la socialie et du monde médiatique, c'est qu'ils n'ont, à aucun moment, senti que la France manipulable et manipulée depuis des années avait changé; l'ampleur des manifestations contre le mariage zinzin n'était qu'un révélateur, l'excipient d'une rébellion conservatrice.

Cette France, celle qui a voté Sarkozy et Fillon lors de cette primaire n'en peut plus: du politiquement correct, de l'immigration, des réfugiés, des bouffe-curés, de la christianophobie, des lécheurs de babouches, de l'Islam, du multiculturalisme, du politiquement correct, des atteintes sans cesse renouvelées contre nos racines, nos traditions et notre culture de souche... Cette France n'en peut plus de cette désormais défunte gauche morale, donneuse de leçons mais incapable depuis cinq ans de résoudre le quart du dixième des problèmes auxquels elle est confrontée, tout juste bonne à galvauder des valeurs républicaines vidées de leur sens, ces fameuses valeurs de la République pourtant si chères au cœur de cette droite-là. Elle n'en peut plus de cette gauche qui prend pour héros, pour un " géant du XXe siècle ", l'un des pires dictateur que le terre ait porté. Elle n'en peut plus que l'on nous fasse pleurer sur les rebelles d'Alep en oubliant si bien les chrétiens d'Orient...

Dans un monde aussi tourmenté que le notre, cette France qui refuse de céder à la tentation frontiste a besoin de repères, de concret, de solide, de " renaissance "; elle a besoin de racines et d'un juste retour de certaines traditions et sans doute aussi dune certaine spiritualité. Avec cette petite croix, Valérie Boyer incarnait en quelque sorte cette France-là. La France que n'aime pas Fourest, la France que n'a pas compris Jupé. La France qu'a parfaitement su entendre François Fillon. Son dernier discours de campagne et sa très large victoire le démontrent.

Folie passagère 3373.
Résultat de recherche d'images pour "cette france là"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 27 novembre 2016

Primaire de la droite et du centre: Et les loosers sont...

Alain Juppé  vient voter au bureau Paul Doumer à Cauderan pour le deuxième tour des primaires de la droite et du centre

A chaud, au soir du second tour de cette fichue primaire de la droite et du centre...

Ce soir, les loosers sont:

- Alain Juppé, bien sûr; qu'il retourne donc à sa mairie qu'il avait promis de ne jamais quitter,
- Benoit Apparu, Valérie Pécresse, Christine Albanel et Roselyne Bachelot qui doivent l'essentiel de leur carrière politique à Nicolas Sarkozy,
- Hervé Mariton, bille parmi les billes,
- Geoffroy Didier, la star des girouettes, qu'il aille se faire voir chez Plumeau,
- Jean-François Copé qui apporte ce soir son soutien à Fillon ( on se marre ) et ses 12 000 électeurs,
- Edouard Philippe, maire du Havre, dont le négligé pilaire était insupportable,
- Jean-Pierre Raffarin, Fabienne Keller-Garaud,
- NKM... C'est qui ?
- Virginie Calmels, compagne du porte-parole de Fillon, Jérôme Chartier, qui malgré le soutien du looser number one de la soirée n'avait pas été foutue de remporter la région Aquitaine,
-  Jean-Christophe Lagarde qui se rend à défaut de mourir,
- Mon député, Axel Poniatowski, qui ne sera pas ministre des affaires étrangères,
- La Guyane (de mon cœur), la Gironde et la Corrèze, les seuls 3 départements où Juppé est en tête,
- Alain Minc,
- BFM, Itélé, France 2, France 3, France 4, France 5, France Info, France Inter et France Cul,
- David Pujadas, Léa Salamé et Elkabbach,
- Laurent Ruquier,
- Ipsos, Elabe, Odoxa, Sofres et la totalité des instituts de sondages qui moins de trois semaines avant cette soirée roulaient pour Juppé,
- Christophe Barbier, Laurent Neumann, Renaud Dély, Bruno Jeudy, Françoise Degois et tous ces pseudos experts-commentateurs-chroniqueurs,
- Le FN qui espérait tant une victoire de Juppé,
- Les + ou - 600 000 gauchistes qui se sont déplacés pour voter à cette primaire tout en abondant la cagnotte du vainqueur de ce soir d'environ 2,4 millions d'euros,
- Les trop nombreuses " autorités " musulmanes qui ont appelé à voter Juppé ( Mention spéciale à la mosquée d'Elancourt et au Professeur Nourredine Aoussat ),
- Le maire de Pau,
-  François Hollande, of course, qui en 4 ans et demi de mandat calamiteux, un mariage zinzin et une pétaudière gouvernementale a su redonner de la vigueur à une droite assoupie.
- Moi, qui avait parié dix euros pour un Fillon à 63% ce soir

Et tous ceux que l'heure tardive m'aura fait oublier...

Pour 2017, la pulvérisation de la gauche et l'alternance, tout commence demain...

Folie passagère 3372.
Résultat de recherche d'images pour "Francois fillon"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 26 novembre 2016

Fidel Castro, la mort d'un salaud

(Le Che, Raoul et Fidel Castro préparant l'exécution d'un mec qui ne leur plaisait pas )


Clémentine Autain (FdG): " A Fidel Castro, pour la révolution cubaine, la résistance à l'impérialisme US, l'expérience "socialiste" d'un autre siècle. Hasta siempre ! "


Mélenchon, avant d'aller rendre hommage au gus à l'ambassade de Cuba: " Fidel ! Fidel ! Mais qu'est-ce qui s'est passé avec Fidel? Demain était une promesse. Fidel ! Fidel ! L'épée de Bolivar marche dans le ciel. "

Pierre Laurent (Chef de que qu il reste du parti communiste français): " Je salue la mémoire de Fidel #Castro qui toute sa vie a combattu l'impérialisme américain pour la dignité de son peuple."

Président, un communiqué tout en rondeur qui se conclue ainsi: " Je l’avais rencontré le 11 mai 2015 au cours de la première visite d’un Chef d’Etat français à Cuba depuis la révolution. J’adresse à Raoul Castro son frère, à sa famille et au peuple cubain mes condoléances. " ( Obama avait eu la décence de ne pas émettre le souhait de rencontrer Castro lors de sa visite historique à Cuba en mars 2016 ).

Jack Lang: " La mort d'un géant du XX° siècle ", cette chèvre est si vieille que je l'aurais bien vu nous dire la même chose d'Adolf ou de Staline.

Lula, ex-président du Brésil et probable futur condamné: " la mort de Fidel Castro, comme la mort d'un vieux frère, un camarade irremplaçable que je n'oublierai jamais "

L'extrême-gauche est en deuil aujourd'hui et nos socialistes, malgré quelques communiqués somme toute indulgents, ne peuvent s'empêcher de verser tout de même une larme de nostalgie sur un homme et un système qui ont nourri leur imaginaire tout en étant les maîtres d'un des régimes dictatoriaux les plus sévères de la planète.

Castro n'était rien d'autre qu'un des pires salauds que la Terre ait porté. Point barre. examinons quelques épisodes marquant de l'histoire du bonhomme:



" En janvier 2003, Castro a été poursuivi en Belgique par José Basulto, le président de l’ONG « Frères du secours » pour crime de guerre et crimes contre l’humanité. Grâce à l’aide du gouvernement d’alors, le procès fut ajourné et la Cour de cassation lui accorda le 12 décembre 2003 « l’immunité fonctionnelle » (1).
Fidel Castro ne s’est pas contenté de torturer, terroriser, et exécuter ses opposants, il rechercha aussi à en tirer une vente, rappelle le Wall Street Journal (2) dans un article du 30 décembre 2005 :
Le 27 mai 1966, 3,5 litres de sang par personne furent médicalement ponctionnés sur 166 civils et militaires cubains par décision de Fidel Castro, et vendus au Vietnam communiste au prix de 100 dollars le litre. Après la prise de sang, les 166 condamnés, en état d’anémie cérébrale, paralysés et inconscients, furent emmenés sur des brancards et exécutés.
  • Le Projet des Archives de Cuba, une association sans but lucratif basée dans le New Jersey à Chatham, et qui s’est donnée comme mission de documenter les crimes de Castro depuis mai 1952, a, jusqu’à ce jour, réussi à identifier avec précision 9 240 des victimes de Castro.
  • La présidente de Archivo Cuba, Maria Werlau, estime que le nombre total de victimes est probablement de 10 fois supérieur.
  • Armando Lago, économiste de Harvard, a étudié le coût de la révolution cubaine et estime que près de 78 000 innocents ont été tués par le dictateur et ses sbires.
  • Dans The Black Book of Communism*, Armando Lago écrit qu’au moins deux sources différentes ont documenté l’assassinat d’environ 97 000 personnes par le régime de Castro. 30 000 exécutées par les pelotons d’exécutions, 2 000 lors d’assassinats extrajudiciaires, 5 000 en prison, battus ou torturés par les gardiens ou refus de soins médicaux, et 60 000 qui ont tenté d’échapper à l’enfer cubain par la mer.
  • Dans les « vrais chiffres des archives de Cuba », du 1er janvier 1959 au 25 mars 2005, le nombre des victimes non combattantes de Castro se monte à 87 073 morts.
  • Miguel A. Faria, dans Cuba in Revolution* paru en 2002, écrit à la page 415 : « Depuis que Fidel Castro a pris le contrôle de l’île en 1959, les estimations les plus crédibles disent que 30 000 à 40 000 personnes ont été exécutées par des pelotons d’exécution (paredones de fusilamiento) ou dans les geôles cubaines. »… « A ce nombre, encore 30 000 à 40 000 Cubains ont péri en essayant de fuir le régime, principalement dans les eaux du détroit de Floride. »… « Mais on ne compte pas les milliers qui ont perdu la vie des suites indirectes de la politique collectiviste de Fidel Castro, à savoir les indicibles privations, la malnutrition, et plus généralement la désolation générale sur l’ile. »
  • A ces massacres d’innocents, il faut ajouter les 5 300 personnes qui ont trouvé la mort en combattant le régime dans les montagnes Escambray (principalement des fermiers et leurs enfants) et la baie des Cochons.
  • Et environ 14 000 Cubains furent exécutés à l’étranger, notamment par les 50 000 soldats qu’il a envoyés en Angola dans les années 1980 pour aider le régime soutenu par l’URSS dans son combat contre Unita.
  • « La méthodologie de Castro, explique Archivo Cuba, était très semblable à celle utilisée en Pologne et en Allemagne de l’est, moins mortelle que les purges de Staline, mais tout aussi efficaces pour éliminer les opposants. »
  • Dès les tout premiers jours de la révolution, Castro ordonna des exécutions sommaires dans le but — très vite atteint — d’établir une culture de la peur qui élimina rapidement toute résistance. Puis, dans les décennies suivantes, il s’assura de la soumission du peuple cubain en prolongeant l’état de terreur. Emprisonnements dans des conditions inhumaines qui débouchaient presque toujours sur la mort, torture systématique et d’une cruauté extrême, et privations.
Archiva Cuba a également documenté que 5 600 Cubains ont été exécutés devant des pelotons d’exécution, et environ 1 200 lors « d’exécutions extrajudiciaires».
Le criminel Che Guevara, sanguinaire acolyte, fut l’un des bourreaux qui exécuta certains de ces crimes.
  • En 1959, à La Cabaña Fortress, au moins 151 personnes innocentes furent alignées et assassinées par lui.
  • Parmi les 94 enfants dont on a pu documenter la mort sous les ordres du Che, 22 ont été exécutés par ses escadrons et 32 lors d’exécutions extrajudiciaires.
En 1981, un jeune de 15 ans, Owen Delgado Temprana, fut battu à mort sur ordre de Fidel Castro pour donner l’exemple, quand ses agents pénétrèrent de force dans l’Ambassade d’Equateur où sa famille s’était réfugiée.
En 1995, Flores Diaz, 17 ans, trouva la mort dans une cellule punitive d’une prison de la Havane où il lui fut refusé tout traitement médical. On la retrouva morte dans une mare de vomi et de sang.
A ce jour, Archivo Cuba a ainsi réussi à documenter 2 200 morts en prison, principalement des prisonniers politiques.
  • En 1971, trois enfants et leur mère qui tentaient de fuir Cuba ont été noyés lorsque leur embarcation a été intentionnellement heurtée par un vaisseau de l’armée cubaine.
  • En 1994, les garde-côtes cubains ont coulé un bateau de Cubains qui tentaient de rejoindre l’Amérique. A bord, 12 enfants âgés de 6 mois à 11 ans furent noyés parmi les 45 passagers.
  • En 1980, un bateau d’excursion qui fuyait vers la Floride avec 52 Cubains à bord fut coulé par l’aviation cubaine dans la rivière Canimar. A bord, il y avait 4 enfants.
Selon les sources, entre 16 000 et 75 000 « balseros », c’est le surnom donné aux Cubains qui fuyaient l’enfer communiste dans des embarcations de fortune — ont été tués en mer par le régime Castro.
Associated Press rapporte qu’en 2015, le nombre de Cubains qui ont tenté de fuir Cuba et ont été interceptés par les autorités maritimes américaines était de 3 000, le double de l’année précédente.
AP cite Dairon Morera, un de ces rescapés : « le plus grand rêve d’un Cubain, c’est de partir ».
Le livre noir du communisme* de Stéphane Courtois estime à 100 millions le nombre de personnes tuées pour imposer cette folie contraire à la nature humaine appelée communisme. Dans The Communist*, Paul Kengor estime que le livre de Courtois est largement en dessous de la réalité. Courtois évalue à 20 millions les crimes de Staline, mais Alexandre Yakovlev, le collaborateur du réformateur Gorbatchev cité par Kengor, place la barre entre 60 et 70 millions.
Le communisme est avec le nazisme et l’islam, l’un des trois plus grands fléaux politiques sortis du cerveau humain. Fidel Castro était une des courroies de cette entreprise du crime dont le procès, contrairement au nazisme, n’a jamais été fait.
La gauche et les soi-disant défenseurs des droits de l’homme posent tous un regard très tendre sur le criminel Castro. C’était un monstre, un communiste.
Selon différentes sources, il y a aujourd’hui entre 50 et 150 prisonniers politiques à Cuba.
Aucune enquête officielle contre le régime castriste n’ayant jamais été engagée par l’ONU, il n’est pas possible de savoir exactement à combien s’élèvent les crimes du dictateur Fidel Castro. Les médias se contentent de ne jamais les aborder afin de rendre romantique l’idéologie communiste. Leur espoir un jour de l’imposer à l’Occident ayant échoué, c’est vers l’islam qu’ils se sont maintenant tournés pour imposer une idéologie de mort aux Occidentaux. "  ( CV fourni par Dreuz info )

Addendum: Hommage surprenant du gars qui dirige la commission européenne:

Fidel Castro est mort, la mort d'un salaud est toujours une bonne nouvelle !

Folie passagère 3371.
Résultat de recherche d'images pour "castro vieux"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 25 novembre 2016

Cazeneuve, 1 an et 11 jours après...



Folie passagère 3370.
Résultat de recherche d'images pour "doigt d honneur"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Occupation d'antennes... régalienne


Vous avez peut-être été étonné de voir sur vos écrans, sur LCI, sur BFM et sur France Info (ne manquait plus qu' Itélé, mais ils sont encore en grève ), pendant plus de trente minutes, sur fond bleu, drapeaux national et européen l'entourant, le procureur Molins, devant un parterre de journalistes dûment convoqués, nous compter par le menu comment les services de police ont déjoué une tentative imminente d'attentat. Trente minutes d'antenne, sur trois chaînes, pour un non événement (puisque l'attentat n'a pas eu lieu), c'est du quasi jamais vu. Trente minutes pendant lesquelles M. Molins nous aura tout dit de cette bande d'affreux islamo-terroristes bien de chez nous mais avec des prénoms de là-bas, de leurs habitudes, de leur façon d'échanger, d'un éventuel commanditaire irako-syrien, du décompte des armes et munitions saisies... jusqu'à ces trois (3) malheureuses cartouches de P.38. Tout, tout, tout, nous saurons tout de ce qui ne s'est pas passé.

Quelle devoir de transparence ! Trente minutes d'antenne, tout de même, cela ne vous a pas étonné ? Moi si. Jusqu'à ce que j'entende ce qui nous sert de Président se fendre fort opportunément d'une déclaration, elle aussi télévisée: " Nous avons évité une attaque de grande envergure ".

" Nous ", tout était plus clair.

Et puis pendant trente minutes, sans compter les rediffusion multiples d'extraits des dites conférence et déclaration (sur toutes les chaînes), on n'aura pas entendu parler de la Primaire de la droite et du centre, de Macron et de tout ce qui, actuellement, fâche Président.

Voilà, c'est tout pour le moment, en Socialie ! Dormez tranquilles, tout va bien !

Folie passagère 3369
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Vaut mieux être migrant en France que smicard au Congo

Résultat de recherche d'images pour "accueil des migrants"

Migrants, réfugiés, déboutés du droit d'asile et, à fortiori, clandestins, ils sont dans leur grande majorité entrés de manière illégale soit en Europe, soit en France. Ils ont été secourus, accueillis, puis logés, nourris, habillés et soignés avec vos sous.

Et puis comme y en a vraiment beaucoup de ces gens-là et qu'on a bien du mal à les digérer, on s'est dit qu'on allait sévir un tout petit peu: On allait en expulser un peu plus mais mieux encore on allait les inciter à repartir chez eux. Le système fut inauguré il y a quelques années avec les Roms: une aide au retour qu'on disait, environ 300 euros pour un Rom célibataire. Mais avec eux, ça n'a pas marché, ils revenaient aussi vite.

Mais on a continué quand même et on s'est dit qu'avec les migrants, on pourrait faire pareil mais comme ils habitent plus loin et que d'où ils viennent le coût de la vie doit être a priori plus élevé qu'en Roumanie, on s'est dit que 300 euros, c'était pas assez, alors on est passé à 500 puis 650 euros. Mais visiblement, c'était pas suffisant. Alors notre gouvernement que c'est pas cher, c'est l'Etat qui paye, il a augmenté la dose: 2 500 euros, billet d'avion gratos pour le retour au pays !

Oui, M'sieurs, Dames, les gars qui voudront, on va leur refiler 2 500 euros et un billet en classe éco pour rentrer au bled ! L'équivalent de 26 mois payés au Smig au Congo pour un agent d'Etat ! 2 500 euros, soit l'équivalent, peu ou prou, de 5 mois au RSA pour un Français en galère ! L'équivalent de 3 mois de minimum vieillesse !

Et tout ça en échange de quoi ? D'une  prise d'empreintes et d'une promesse de panpan-cucul s'ils reviennent ! Non mais allo, quoi !

2 500 euros !

On vit une époque Formidable !

Folie passagère 3368.
Résultat de recherche d'images pour "pour eux l accueil c'est oui"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr