mardi 28 février 2017

Réserve parlementaire: quand y a du flouze, y a un loup !

Résultat de recherche d'images pour "assemblée nationale"

Je ne doute pas un instant que l'association Aide et Partage au Burkina fasse du bon travail en aidant les populations locales et, après tout, pourquoi le député PS d'Ardèche, Pascal Terrasse, n'aiderait-il pas cette association à hauteur de 1 500 euros. Comme je ne doute pas non plus de la mission humanitaire que s'est donnée l'Association Aide et Solidarité au Burkina Fasso qui a elle reçu 1 000 euros du député UDI de la Mayenne, Yannick Favennek. Curieusement, ces deux associations ont des lieux de domiciliation différents, l'une est à Bernée (53), l'autre à La Batie (26) et pourtant, quand on cherche sur internet, on s'aperçoit que l'on tombe toujours sur la même association dont la présidente est une certaine Marie-Pierre Bigot. Qu'a donc bien pu faire cette Bigot pour que deux députés fort éloignés géographiquement et politiquement la financent ? Nos deux députés sont-ils de vrais philanthropes ? Iront-ils, à nos frais ou aux leurs, sur place, vérifier de la bonne utilisation de ces 2 500 euros que vous et moi, sans le savoir, nous leur avons donné avec nos impôts ?

Qu'est-ce qui a donc pu motiver Cécile Duflot pour qu'elle finance, avec notre pognon de contribuable, à hauteur de 10 000 euros, l'Association de Culture Berbère du 20ème arrondissement de Paris, à hauteur de 10 000 euros la fédé des assoces de solidarité avec les immigrés, à hauteur de 7 000 euros pour, je cite, " l'Organisation du bilan de la mise en place des conseils citoyens de l'Association de la Coordination nationale des pas sans nous. " de Toulouse ( sic et ouf !).

N'est-il pas étrange que Sergio Coronado (EELV), député des Français de l'étranger finance à hauteur de 3 000 euros la 4ème compagnie des pompiers de Santiago du Chili ?

A quel titre le député LR de Mazières finance-t-il, toujours avec notre pognon, l'Académie Internationale des Arts et spectacles ? En quel honneur, moi qui suis opposé à l'euthanasie, devrais-je permettre à Jean Glavany, député PS, de financer à hauteur de 5 000 euros l'Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité de l'affreux Roméro ? Pourquoi devrais-je me sentir solidaire des anciens travailleurs de chez Renault moi qui n'ai jamais eu de Renault mais qui participe, comme vous, à hauteur de 5 000 euros, via le député LR, Thierry Solère, à leur association d'Anciens ?

Voilà quelques exemples de ce que devient ce qu'on appelle la réserve parlementaire. Chaque député de base dispose de 130 000 euros (Bartolone, patron de l'Assemblé dispose lui de 520 000 euros dont 230 000 iront à la fondation jean Jaurès et 80 000 à l'Institut François Mitterrand) et tout ce beau monde fait absolument ce qu'il veut de ce pognon: 82 millions d'euros distribués sans qu'aucune règle d'attribution n'ait été édictée ! 82 millions sur les 90 millions prévus dans la loi de finance 2016.

Et tout le monde touche, des associations en tous genres, un vrai inventaire à la Prévert, de l'association des anciens combattants de Plougastel à la Boule Lyonnaise en passant par celle de l'Apprentissage de l'Art du tissage Africain, des associations de travailleurs, religieuses, communautaristes, d'autres à but politique évident, etc... C'est Pognon Pour Tous !

Vous me direz, certains députés, de droite comme de gauche, sont plus " carrés " et ne donnent qu'à des communes en manque de moyens (investissement collectivités, 48% des 82 millions), qui pour la rénovation d'une école, qui pour celle d'une chapelle, d'un trottoir, d'une courre d'école, etc... c'est vrai et c'est encore heureux. Au moins là, on peut voir de manière concrète ce que devient l'argent mais pour la majorité de ces "dons" (au moins pour la cinquantaine de pages que j'ai consulté, sur 166), il est totalement impossible pour une quelconque institution de vérification ou pour les généreux donateurs de vérifier la bonne utilisation des sommes allouées. 

Impossible donc de vérifier ce que devient l'argent mais la distribution de celui-ci étant laissée à la seule discrétion du député, on ne peut s'empêcher de penser que l'altruisme de nos députés ne soit teinté de clientélisme et d'électoralisme quand ce ne sont pas des " dons idéologiques ". C'est ainsi que l'on peut constater que les députés LR financent plus facilement des associations de parachutistes ou d'anciens combattants quand à gauche, on aura tendance à financer associations d'aides aux travailleurs, aux quartiers, aux immigrés, etc... Maillage territorial indispensable pour exister en politique...

82 millions tout de même ! 82 millions d'argent public (donc fourni par le contribuable) dépensés sans qu'il y ait obligation de fournir d'une part le moindre justificatif ou processus décisionnel et d'autre part sans qu'aucun contrôle, a posteriori, ne soit effectué; vu le nombre de chèques distribués, on serait d'ailleurs dans l'impossibilité technique et matérielle de vérifier. 

On est, avec cette réserve parlementaire, dans la quasi même situation qu'avec l'enveloppe dont disposent les parlementaires pour rémunérer leurs assistants: le flou le plus total. Et comme le disait si bien la vieille Lilloise: " Quand y a du flou(ze), y a un loup ".

Doit-on supprimer la réserve parlementaire ? Pas forcément si elle était entièrement consacrée à des projets d'investissements des collectivités, seules dépenses qui peuvent être véritablement contrôlées. Pour le reste, basta !

Vous savez quoi...  Pour les sénateurs, c'est  153 046 euros par tête de pipe et 3 millions pour le président Larcher et ses vice-présidents; le tout pour un montant global de 52 millions dont 81,5% ont été consacrés au financement d'investissements des collectivités et 18% au financement d'association.

Folie passagère 3466
Résultat de recherche d'images pour "sénat"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


Et n'oubliez pas d'apporter votre contribution... Cinq ans d'Hollande, ça se fête ! Les premières publications à partir de demain!

Combien ça coûte de saccager tout un quartier ?

Combien ça vaut ça ?:

Une résidence vandalisée dans le quartier du Plateau, à Juvisy, le 15 janvier 2017. 

Résultat de recherche d'images pour "Juvisy quartier dévasté" Résultat de recherche d'images pour "Juvisy quartier dévasté"

Résultat de recherche d'images pour "Juvisy quartier dévasté"


Oui, combien ça vaut une bonne vingtaine de voitures cassées, rétroviseurs et pare-brises brisés, plusieurs halls d'immeubles dévastés, un appartement entièrement saccagé ?

Ça coûte quoi quand on est une bande de jeune, qu'on fait une descente dans un quartier et qu'on y met le bronx ? Ça coûte quoi de semer la panique, de terroriser " par erreur " un père et son bébé ?

" Ils ont semé la terreur ", " des scènes de guérilla urbaine ", " C'est hallucinant ce qui s'est passé ici "...

Oui, ça leur coûte quoi aux 7 jeunes majeurs qui ont été arrêtés (sur la trentaine de racailles ayant participé au saccage) pour avoir semé la panique et la désolation dans tout un quartier de Juvisy-sur-Orge?

Et bien pas grand chose: 1 an de prison avec sursis et 175 heures de travail d'intérêt général ! Youpi, même pas une fessée déculottée !

Folie passagère 3465.
Résultat de recherche d'images pour "racaille"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 27 février 2017

Quasi-guerre civile ? Oui, Monsieur, parfaitement !


Cette vidéo date d'avril 2016 et a été filmée dans les rues de Nantes. Qu'y voit-on ? Comme d'habitude - le simple fait d'employer ce terme " comme d'habitude " est révélateur - de la racaille en train de s'attaquer et de piller des commerces. Ce jour-là, il n'y avait pas de meeting de Marine Le Pen... J'ai choisi cette vidéo comme j'aurai pu en choisir une tournée à Bobigny, à Rennes,  à Paris, à Sarcelles, à Argenteuil, à Drancy ou bien une autre encore prise hier à Nantes, encore Nantes, fief de gauche, nid d'antifas.

La Marine y était hier et on a pu voir ces désormais sempiternelles scènes de bordel urbain. Deux à trois mille personnes qui viennent manifester contre sa venue. Des jeunes et des moins jeunes,  des syndicalistes, la gauche, l’extrême-gauche défilent pour dire non au Front, pour réclamer l'interdiction de son meeting. Ces prétendus amoureux de la démocratie qui voudraient pouvoir décider qui a le droit ou pas de battre l'estrade. Eux, ils peuvent, pour les autres, c'est une autre histoire. Alors ils ont dit non à Marine et certains, antifas et racaille, en ont profité pour se joindre (avec la complicité évidente des organisateurs) au cortège des manifestants et, comme d'habitude, c'est parti en vrille: bus attaqués, vitrines brisées, commerces saccagés et pillés, mobiliers urbains détruits, policiers blessés et quelques trop rares interpellations.

Ce qui s'est passé hier à Nantes, c'est à peu de chose près ce qui se passe sur cette vidéo ci-dessus. Casse, pillage, mise à sac, destructions, voitures de police incendiées, pompiers caillassés, policiers brûlés vif, etc... A causes différentes - Théo, Adama, la police assassine, NDDL, mariage zinzin, bonnets rouges, loi travail, un déplacement de Marine, etc - résultats identiques: des scènes d'émeutes, d'affrontements et de bordel.

Pas une semaine ne passe, vous pouvez vérifier, peut-être même chaque jour, sans qu'on y ait droit. Pas deux jours sans qu'il n'y ait quelque part de la casse. On aurait tort de faire référence aux émeutes de 2005. Ce fut un sacré boxon mais les " incidents " avaient été circonscrits à une période, trois semaines et c'était fini, c'était rentré dans l'ordre. Depuis cinq ans, le phénomène s'amplifie, non pas en importance, comme en 2005, mais parce qu' il devient récurrent: les " incidents " c'est chaque semaine qu'on y a droit. La violence est en passe de devenir endémique. Et pourtant, nous sommes en " état d'urgence " depuis plus d'un an...


Alors quand François Fillon accuse le gouvernement de laisser " se développer dans le pays un climat de quasi-guerre civile ", je dis qu'il a entièrement raison et que son " quasi " est presque de trop. Et quand le Premier Sinistre, Bernard Cazeneuve, lui répond que: " Employer le terme de quasi-guerre civile lorsqu'on est un responsable politique éminent (...), ça n'est tout simplement pas responsable.", je dis qu'il se fout ouvertement de notre gueule. Il n'y a certes pas (encore) de guerre civile telle qu'on l'entend généralement, elle est juste larvée, nous sommes simplement dans une succession de petites guerres civiles. 

Ce quinquennat aura aussi été celui de la violence, pire celui d'une violence qui se banalise et on ne peut s'empêcher de penser que certains y trouvent leur compte...

Folie passagère 3464.
Résultat de recherche d'images pour "violences urbaines"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


samedi 25 février 2017

François Hollande a-t-il encore toute sa tête ?


Résultat de recherche d'images pour "Donald Trump"

Déclaration, hier, de Donald Trump: 

" Paris n'est plus Paris

Ce à quoi ce qui nous sert de Président répond:

" Ici il n'y a pas de personnes qui prennent des armes pour tirer dans la foule "

La question à se poser: Notre président a-t-il encore toute sa tête ?

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, c'est grand'ment suffisant.

Pauvre France.

Folie passagère 3463.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 24 février 2017

Théo visé par une enquête de police: nouvelle preuve de l'amateurisme de François Hollande

Résultat de recherche d'images pour "Hollande Théo"

C''est tout de même incroyable ! Depuis trois semaines, pas un jour ne passe sans que l'on nous parle de l'affaire Théo. Pas un jour sans un reportage, quelques manifs par ci, par là et quelques casseurs en prime ! Il y a eu le bordel à Bobigny et dans plusieurs villes de France pour soutenir ce pauvre pénétré par une matraque télescopique et hier encore, ce sont des lycéens parisiens, stimulés par des extrêmes gauchistes, qui ont mis le bronx place de la République.

Autant dire que quand on parle de Théo, tout le monde sait de quoi il s'agit. Mais tout le monde ne sait pas forcément que l'enquête de l'IGPN contredit formellement la version du jeune homme, normal, cette enquête n'a pas été elle médiatisée. Par contre, Théo sur son lit d'hôpital, ça, on sait ! Même que Présiflan, jamais à court de démagogie, a été lui rendre visite, déclarant même que ce " jeune homme avait beaucoup de courage et était exemplaire " ! D'ailleurs, dans la cité, les "gens" ainsi que ses proches, ses frères et soeurs, nous l'ont tous dit: c'est un brave garçon, qui joue au foot et toussa, un mec sympa, pas un voyou. Alors, les noeuds-noeuds du bulbe, ils y ont cru au gentil Théo et à cette jolie famille Luhaka bien insérée... Pas touche à Saint Théo !


Sauf que hier, vers 18h00, le Parisien fait de curieuses révélations, révélations bien étayées, chiffres et sources fournies. La famille de Théo, et Théo lui même, sont visés par une enquête de la police judiciaire pour, je cite, " suspicion d’abus de confiance et escroquerie ", faits auxquels on pourrait ajouter détournement de fonds publics et emplois fictifs ! (voir tous les détails ICI). Et on ne rigole pas chez les Luhaka: 680 000 euros d'argent public envolé et 350 000 euros de cotisations sociales non payées. 8 membres de la famille, dont Théo, travaillaient, soi-disant, dans l'entreprise familiale à vocation sociale dirigée par l'un des frères de Théo. Près de 1 million d'euros envolés, disparus ! Ce brave Théo a même reçu, par virement de la dite entreprise, 50 000 euros ! Depuis tout a disparu et Théo est interdit bancaire.


Compte tenu de l'ampleur qu'avait pris l'histoire de la sodomisation à sec du jeune homme-bien-sous-tous-rapports, je me disais que cette révélation allait faire du bruit, du ramdam. Alors j'ai guetté, sur BFM, Itélé, TF1 , France 2, etc... à 19h, puis à 20h00, puis à 21 heure, puis à minuit, puis à 1hoo. J'ai regardé sur les sites des principaux médias. Et rien ! Il faudra attendre après 20h00 pour que les sites internet de plusieurs journaux reprennent l'info, mais à la télé, rien, rien de rien! Dans le Figaro papier de ce matin, rien ! Rien de rien, vous dis-je. Ben merde ! Merde ! On ne touche pas à Saint Théo ! Ça me fout la rage, pas un mot !

Il faut dire aussi que Président avait été voir Théo à l'hosto et qu'il l'avait qualifié " d'exemplaire " et que l'enquête policière a démarré en février précédée par une enquête de l'inspection du travail dès juin 2015 ! On comprend mieux le silence médiatique...

Le président de la cinquième puissance qui va rendre hommage et féliciter un enculé brave gars sans savoir que le dit personnage et toute sa famille sont visés par une enquête de police portant sur 1 million d'euros volatilisés, ça la fout mal. De deux choses l'une, soit il ne savait pas et là ça en dit long sur l'amateurisme de Président et de ses équipes, soit il savait et nous avons là un nouvel exemple du je-m’en-foutisme de Hollande-le-démago.

Perso, je pencherai pour la première hypothèse !

Folie passagère 3462.
Résultat de recherche d'images pour "Hollande Théo"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Et n'oubliez pas d'apporter votre contribution... Cinq ans d'Hollande, ça se fête !

jeudi 23 février 2017

Colonisation, Algérie, crime contre l'Humanité: Bernard Lugan explose Emmanuel Macron

Résultat de recherche d'images pour "emmanuel macron"

Communiqué de Bernard Lugan, écrivain et historien spécialiste de l’Afrique et de la colonisation:


" Lettre ouverte à Monsieur Emmanuel Macron, homme politique né d’une PMA entre le grand capital et les Minotaures de la repentance

Monsieur Macron,

Lancé sur le marché politique tel un nouveau smartphone, vous êtes, Monsieur Macron, un ignorant butor dont les propos concernant la colonisation sont doublement inadmissibles.

1) En premier lieu parce qu’ils furent tenus à Alger, devant ces rentiers de l’indépendance qui, pour tenter de cacher leurs échecs, leurs rapines et la mise en coupe réglée de leur pays, mettent sans cesse la France en accusation.

Certains qui, parmi votre auditoire, applaudirent à vos propos d’homme soumis (cf. Houellebecq), et devant lesquels vous vous comportâtes effectivement en dhimmi, sont en effet ceux qui, le 1er novembre 2016, publièrent un communiqué exigeant que la France :

« (…) présente des excuses officielles au peuple algérien pour les crimes commis durant les 132 ans de colonisation et pour les crimes coloniaux perpétrés à l’encontre du peuple algérien afin de rappeler les affres de la répression, de la torture, de l’exil, de l’extermination et de l’aliénation identitaire car l’histoire du colonialisme restera marquée par ses crimes de sang et ses pratiques inhumaines ».

Candidat à la présidence de la République française, vous avez donc donné votre caution à de telles exigences autant outrancières qu’insultantes. Ce faisant, vous vous êtes fait le complice des pressions et chantages que l’Algérie exerce à l’encontre de la France afin d’obtenir d’elle une augmentation du nombre des visas ou tel ou tel avantage diplomatique ou financier. En d’autres temps, vous auriez donc pu être poursuivi pour « Atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ».

2) Ensuite parce que vos propos constituent non seulement un recul de l’état des connaissances, mais également le viol de ce consensus historique auquel étaient arrivés les historiens des deux rives de la Méditerranée. Or, par ignorance ou par misérable calcul électoraliste, vous les avez piétinés.

Au nom de quelle légitimité scientifique avez-vous d’ailleurs pu oser les tenir ? Avez-vous seulement entendu parler des travaux de Jacques Marseille, de ceux de Daniel Lefeuvre ou encore des miens ?

Oser parler de « crime contre l’humanité », maladroitement rectifié en « crime contre l’humain », au sujet de la colonisation revient en réalité à classer cette dernière au niveau des génocides du XXe siècle, ce qui est proprement scandaleux. Sur ce terrain, vous voilà donc encore plus en pointe que Christiane Taubira, ce qui n’est pas peu dire...

Pierre Vidal-Naquet, pourtant militant de la décolonisation et « porteur de valises » assumé du FLN écrivait à ce sujet :

« Assimiler peu ou prou le système colonial à une anticipation du 3e Reich est une entreprise idéologique frauduleuse, guère moins frelatée que l’identification, à Sétif, de la répression coloniale aux fours crématoires d’Auschwitz et au nazisme. Ou alors, si les massacres coloniaux annoncent le nazisme, on ne voit pas pourquoi la répression sanglante de la révolte de Spartacus, ou encore la Saint-Barthélemy, ne l’auraient pas tout autant annoncé… En histoire, il est dangereux de tout mélanger. Un sottisier peut-il tenir lieu d’œuvre de réflexion ? L’air du temps de la dénonciation médiatique, le contexte social, économique et politique actuel est encore fécond qui continuera à générer de telles tonitruances idéologiques à vocation surtout médiatique ». J’ajoute électoralistes.

Vous devriez pourtant savoir, Monsieur le candidat à la présidence de la République, qu’en créant l’Algérie, la France donna un nom à une ancienne colonie ottomane, traça ses frontières, unifia ses populations, y créa une administration et toutes ses infrastructures.

Ce faisant, y aurait-elle commis un « crime contre l’humanité » ou « contre l’humain » ? Les chiffres de l’accroissement de la population ne semblent pas l’indiquer puisqu’en 1830, la population musulmane de l’Algérie n’excédait pas 1 million d’habitants alors qu’en 1962 elle avait bondi à 12 millions.

Serait-ce donc en commettant des « crimes contre l’humanité » que la France, ses médecins et ses infirmiers soignèrent et vaccinèrent les populations et firent reculer la mortalité infantile ? Serait-ce parce qu’elle commettait des « crimes contre l’humain » que chaque année, à partir du lendemain du second conflit mondial, 250 000 naissances étaient comptabilisées en Algérie, soit un accroissement de 2,5 à 3% de la population, d’où un doublement tous les 25 ans ? A ce propos, relisons René Sédillot :

« La colonisation française a poussé l’ingénuité - ou la maladresse - jusqu’à favoriser de son mieux les naissances : non seulement par le jeu des allocations familiales, mais aussi par la création d’établissements hospitaliers destinés à combattre la stérilité des femmes. Ainsi, les musulmanes, lorsqu’elles redoutaient d’être répudiées par leurs maris, faute de leur avoir donné des enfants, trouvaient en des centres d’accueil dotés des moyens les plus modernes tout le secours nécessaire pour accéder à la dignité maternelle. (L’histoire n’a pas de sens, Paris, 1965, page 71).

Enfin, puisque vos propos indécents tenus à Alger obligent à faire des bilans comptables, voici, Monsieur le candidat à la présidence de la République, celui qui peut être fait au sujet de l’Algérie française : en 132 années de présence, la France créa l’Algérie, l’unifia, draina ses marécages, bonifia ses terres, équipa le pays, soigna et multiplia ses populations, lui offrit un Sahara qu’elle n’avait jamais possédé après y avoir découvert et mis en exploitation les sources d’énergie qui font aujourd’hui sa richesse. Comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, en donnant l’indépendance à l’Algérie, la France y laissa 70.000 km de routes, 4300 km de voies ferrées, 4 ports équipés aux normes internationales, une douzaine d’aérodromes principaux, des centaines d’ouvrages d’art (ponts, tunnels, viaducs, barrages etc.), des milliers de bâtiments administratifs, de casernes, de bâtiments officiels qui étaient propriété de l’Etat français ; 31 centrales hydroélectriques ou thermiques ; une centaine d’industries importantes dans les secteurs de la construction, de la métallurgie, de la cimenterie etc., des milliers d’écoles, d’instituts de formations, de lycées, d’universités. Dès l’année 1848, et alors que la conquête de l’Algérie était loin d’être achevée, 16 000 enfants en majorité musulmans étaient scolarisés. En 1937 ils étaient 104 748, en 1952 400 000 et en 1960 800 000 avec presque 17 000 classes, soit autant d’instituteurs dont les 2/3 étaient Français (Pierre Goinard, Algérie : l’œuvre française. Paris, 1986).

En 1962, il y avait en Algérie, un hôpital universitaire de 2000 lits à Alger, trois grands hôpitaux de chefs-lieux à Alger, Oran et Constantine, 14 hôpitaux spécialisés et 112 hôpitaux polyvalents, soit le chiffre exceptionnel d’un lit pour 300 habitants.

Tous ces équipements, toutes ces infrastructures, tous ces établissements ainsi que les personnels qui les faisaient fonctionner avaient été payés par la France et avec l’argent des Français.

Monsieur le candidat à la présidence de la République, je vous poste ce jour en RAR mon dernier livre « Algérie, l’histoire à l’endroit »[1], afin que vous puissiez mesurer l’abîme séparant la réalité historique de vos inacceptables propos."



[1]: [1] Ce livre est uniquement disponible via l’Afrique Réelle. Pour le commander :
http://bernardlugan.blogspot.fr/2017/02/nouveau-livre-de-bernard-lugan-algerie.html

Résultat de recherche d'images pour "bernard lugan"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Et n'oubliez pas d'apporter votre contribution... Cinq ans d'Hollande, ça se fête !

Dîner du CRIF, l'incontournable rendez-vous...

Résultat de recherche d'images pour "diner du crif"

Si il y a un truc que je n'arrive pas à expliquer (smiley), c'est bien l'importance donnée au dîner annuel du CRIF.

Chaque année à la même époque, le ban et l'arrière ban de la politique se presse à ce fameux dîner. De gauche ou de droite, tout le monde y va; l'extrême-gauche ne s'y rend pas par refus du communautarisme quant à l'extrême droite, elle n'est pas conviée, on se demande bien d'ailleurs pourquoi.... Le président en exercice fait le déplacement et prononce une allocution, des anciens présidents s'y rendent aussi, toute une palanquée de ministres et d'anciens ministres, la fine fleur des médias, c'est the place to be. L'endroit où il faut être vu, souriant. On y voit même des gusses qui le matin se dénigraient pour se tenir bras dessus, bras dessous, tout sourire, lors de ces agapes. N'étaient-ils pas attendrissants hier soir Macron et Hamon ? 

Enfin, c'est près d'un millier de personnes, toutes triées sur le volet, qui se presse à ce raout mondain !

En 2015, le ticket d'entrée était fixé à 900 euros, 100 euros pour le dîner et 800 euros, considérés comme un don et donc fiscalement déductibles (in fine, 528 euros sont à la charge du contribuable), pour les bonnes œuvres du CRIF...

Nul autre événement mondain en France, ni en Europe à ma connaissance, ne déplace autant de personnalités politiques et médiatiques. 

Alors je me doute bien qu'il s'agit, sans doute parfois avec quelque hypocrisie, d'aller ainsi rendre hommage aux victimes de la Shoah, de montrer qu'on est contre l'antisémitisme, le racisme et toussa mais tout de même !

Aujourd'hui, la communauté juive de France comprendrait environ 450 000 à 500 000 personnes soit moins de 1% de la population du pays. Y-a-t-il une autre "communauté" pour recevoir un tel hommage républicain ? Une autre "communauté" peut-elle se prévaloir d'accueillir, chaque année, un tel parterre de VIP ? Non, aucune !

Alors, pourquoi ? Comment le CRIF a-t-il réussi, chaque année depuis 1985, à maintenir cette pression, cet engouement, cet incontournable rendez-vous ? Comment le CRIF a-t-il pu obtenir que 66% du ticket d'entrée soit payés par vous et moi ? Comment expliquer cette "puissance" du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France ? Comment le CRIF qui ne représente sans doute même pas la totalité de cette "communauté " peut-il, chaque année renouveler un tel exploit ?

Autant de questions que je n'arrive pas à expliquer si ce n'est en supposant que les Juifs de France disposeraient d'une influence énorme (et à nul autre pareil) sur le monde politique, économique et médiatique... Et si tel était le cas, serait-ce  " démocratique " qu'une si petite communauté ait autant de pouvoir ?... Mais de ça, il ne faudrait sans doute pas parler...

Folie passagère 3461.
Résultat de recherche d'images pour "diner du crif"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr