lundi 30 janvier 2017

Une catastrophique primaire socialiste !... Pas tout à fait...



Bon, ben ça y est, la primaire socialiste, c'est fini ! 

J'en entends quelques uns dire que ce deuxième tour a été une réussite. C'est vrai, techniquement, il n'y a pas eu d’incidents notables signalés si ce n'est quelques journalistes qui se sont amusés à voter deux ou trois fois... Passons,  parce que pour le reste, cette primaire des gauchistes aura été un superbe bide, une catastrophe. 

Pensez donc, par rapport à 2011, près de 700 00 votants de moins au premier tour, 858 000 de moins au deuxième tour. Ce sont donc tout juste 2 016 226 personnes qui auront fait hier le déplacement. le bide, vous dis-je ! Plus de deux fois moins qu'à la primaire de la droite et du centre.

Comment ne pas voir dans ce naufrage les conséquences du boxon qu'aura mis Président dans son propre camp en à peine 4 ans et demi ?  Le parti socialiste explosé par une politique gouvernementale aux antipodes de ce qu'attendaient l'électorat de gauche; de quoi décourager, dégoûter et démobiliser les troupes ! Hémorragie de votants comme hémorragie d'adhérents. Selon Gérard Filoche, il n'y aurait plus que environ - c'est toujours des" environs" avec les socialistes - 30 000 adhérents à jour de leur cotisation. Selon BFM, la fédération marseillaise ne compterait plus que 1 800 adhérents !

Comment ne pas voir dans ce naufrage les erreurs de casting: la nullité de Bennhamias, l’inexistence de Pinel, l'incongruité de de Rugy et un Peillon appelé à la rescousse au dernier moment. De quoi désarçonner les électeurs.

Une primaire précipitée par le renoncement de Hollande durant laquelle il n'aura pas été difficile de voir le degré d'impréparation tant des organisateurs que des candidats. Reconnaissons à Hamon le fait qu'il était sans doute celui qui avait le programme le plus abouti et le plus en phase avec l'électorat, aucun doute celui-ci avait prévu le coup depuis un moment. Quant à Valls, comment aurait-on pu imaginer que l'ex-premier ministre à qui tout, jusque là, avait réussi pourrait être aussi nul ?

Une catastrophe car elle scelle dans le marbre des résultats et dans l'esprit de la population la déliquescence du parti socialiste, son naufrage idéologique et la nullité de ses dirigeants successifs, un Harlem Désir inexistant et un Cambadélis aussi sectaire qu'arrogant, deux repris de justice. Un parti socialiste triomphant en 2012, qui avait toutes les manettes du pouvoir législatif, exécutif et régional et qui aujourd'hui exsangue, divisé comme jamais, se retrouve coincé entre un Mélenchon tonitruant et un Macron survolté. Que pourra donc faire un falot Hamon entre ces deux bêtes de scène et de... démagogie ? Pas grand chose, c'est à craindre et nombreux sont ceux, moi le premier, à prédire l'éviction du candidat socialiste dès le premier tour de la présidentielle. 12%, 15% quand Président fit  près de 29% au premier tour de 2012.

Une catastrophe quand on pense que le vainqueur de cette primaire nage, avec son programme aussi utopiste que dispendieux, dans l'irréalisme total; rien que son revenu universel fait mourir de rire les gens sérieux comme il fait pleurer les gestionnaires rigoureux. Là où tout le monde s'accorde à dire qu'il faut maîtriser la dépense publique et les déficits, le voilà nous promettre bombance à tous les étages du bas...

Une catastrophe financière cette primaire puisque les quelques 3, 7 millions d'euros récoltés couvriront à peine les frais engagés et ne permettent pas de dégager, pour le vainqueur,  une cagnotte d'avance.

Globalement, donc, une primaire catastrophique pour ceux qui osent encore se revendiquer "socialistes" et je ne peux m'empêcher d'avoir une pensée, parfaitement hypocrite, pour tous  ceux qui, en 2011 et 2012, se sont battus au quotidien pour faire gagner ce bougre d'andouille d'Hollande, le fossoyeur de toutes leurs espérances (coucou les leftblogs !)

100% catastrophique cette primaire ? Pas tout à fait puisqu'elle aura permis à Manuel Valls, l'ex-hystérique de Matignon, de se prendre une volée magistrale à côté de laquelle celle reçue il y a quelques jours apparaît désormais comme une douce caresse bretonne. Pas tout à fait catastrophique puisqu'elle nous assure l'éviction, en avril prochain, de la quasi totalité de la clique hollandaise. Valls, Cazeneuve, Sapin, Touraine, Hollande, Rossignol, Le Guen, Le Roux et consorts, vous nous aurez permis de bien alimenter nos blogs, vous nous aurez fait autant marrer que révolter, on ne vous regrettera absolument pas, tchao pantins !, bye-bye, bouffons !

Folie passagère 3438.
Résultat de recherche d'images pour "benoît Hamon"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Des murs, partout, partout et c'est qui le méchant ? Trump !

Afficher l'image d'origine

Ah ces Américains ! Qu'est-ce qu'ils me font rire, parfois. Pas tous, certains. Hier je regardais les manifestations qui avaient lieu dans plusieurs aéroports américains afin de protester contre le décret signé par Trump visant à interdire l'entrée sur le territoire US aux ressortissants de 7 pays musulmans. Ces manifestants étaient quasiment tous estampillés démocrates ou, c'est selon, "progressistes". Des tordus du ciboulot à l'indignation bien sélective ! Tenez les ressortissants israéliens sont interdits dans 16 pays au monde et là, curieusement, cela ne choque personne.

Les Américains, Obama et vedettes du show-biz en tête, et tous ceux qui, de par le monde y compris en France, s'élèvent contre l'autre décret de Trump visant à "construire" un mur à la frontière mexicaine me font rire; pas possible autrement, ils ont le ridicule chevillé au corps ! Pourquoi ?

D'abord parce que ce mur existe déjà (près de  1 500 km, 1 800 miradors et 18 000 hommes pour le surveiller), pas sur la totalité de la frontière mais presque. Lorsqu'il a fallu le construire, en 2006, devinez un peu qui a approuvé le "Secure Fence Act " de Georges W. Bush, je vous le donne en mille: Pas moins de 26 sénateurs démocrates dont... tadam... un certain Barack Obama et la sénatrice de l'Etat de New-York Hilary Clinton. Deux ans plus tard, le premier devint POTUS et la seconde secrétaire d'Etat. Et pendant 8 ans, l'administration américaine continuera de bâtir ce mur et financera son entretien. Trump ne fait rien d'autre, avec son décret, que de rénover, d'entretenir et de prolonger ce mur. Rigolo, non ? D'autant plus que le Mexique en construit un au sud du pays et que là, personne ne dit rien.

Comme personne ne dit rien des murs qui ont poussé ou poussent un peu partout dans le monde. Y en a partout et sous toutes les formes, en Israël, en Hongrie, en Serbie, en Roumanie, à Chypre, entre le Maroc et l'Espagne à Melilla et Ceuta, entre la Bulgarie et la Turquie, celui entre le Koweit et l'Irak érigé en 1991 et sans cesse consolidé depuis 2004, entre l'Arabie Saoudite et l'Irak depuis 2014 et bientôt au sud vers le Yémen, entre la Corée du Sud et celle du Nord, entre le Botswana et le Zimbabwe, entre l'Inde et le Pakistan, à Djibouti, etc... la liste n'est pas exhaustive, y en a partout. Tenez, même en France, on en a construit un du côté de Calais.

Alors c'est vrai, tous n'ont pas été érigés pour les mêmes raisons ni aux mêmes époques. Tantôt, c'était entre pays belligérants, parfois pour se protéger, souvent entre deux pays irréconciliables se partageant des bouts de territoires, pour limiter autant que faire se peut l'immigration clandestine, etc... autant de raisons, bonnes ou mauvaises, de construire des murs. Ils ont tous cependant un point commun: Empêcher "les gens" de circuler à leur guise, empêcher "les gens" d'entrer chez autrui sans autorisation. Nous avons bien des portes à nos maisons et des clôtures à nos jardins, non ?

Si après ce beau billet matinal, comme moi, vous n'êtes pas pliés de rire en contemplant ces limités du bulbe manifester contre les décrets Trump, c'est à désespérer !

Et puis, un Président qui tient ses engagements de campagne, c'est tellement rare que ça vaut le coup de le signaler !

Folie passagère 3437.
Résultat de recherche d'images pour "Trump"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 29 janvier 2017

Mouvement de panique à l’Assemblée Nationale...

L'effet #PénélopeGate en 1 image:


Et bonne journée à tous, même en Socialie !

Folie passagère 3436.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 28 janvier 2017

Les chiens sont lâchés...

Je crois avoir déjà raconté sur ce blog cette histoire: Il y a quelques années, le mari de notre dentiste de famille, médecin de son état, avait été accusé d'agression sexuelle par une patiente. La police vint le chercher au petit matin et lui mit les pinces devant femme et enfants avant de l'embarquer. Aussitôt la machine à déblatérer se mit en branle et la populace s'en donna à cœur joie. L'homme, en garde à vue, se suicida. l'enquête suivi son cours, la plaignante se rétracta et avoua qu'elle avait menti pour se venger d'un toubib qui ne voulait pas céder à ses avances. Depuis, je ne supporte pas les lynchages médiatiques. Même si il n'y a pas toujours mort d'homme, et c'est heureux, ceux qui en sont victimes n'en sortent jamais indemnes, des vies sont brisées, plus ou moins, souvent plus que moins...

Résultat de recherche d'images pour "françois Fillon"


Sans transition et sans rapport aucun, quoique...

Ainsi la France se gargarise autant qu'elle se ridiculise avec un nouveau scandale: le "PénélopeGate". A trois mois de l'élection présidentielle, celui qui avait vraisemblablement le plus de chance de l'emporter se fait épingler, non par la justice, mais par les tribunaux populaire et médiatique pour une histoire d'emploi fictif. Fillon, sur deniers publics, et un de ses amis fortuné, sur fonds privés, auraient grassement payé madame sans réelles contreparties. Le même Fillon qui aurait, tant qu'à faire, arrosé deux de ses fils pour leur compétence d'avocats alors qu'ils ne l'étaient pas encore... Mal barré le bougre...

Vous noterez que n'étant pas journalope, je me permets d'employer le conditionnel puisque jusqu'à preuve du contraire et même si personne ne semble contester les sommes évoquées l'accusation d'emploi fictif n'est pas encore démontrée.

Dès l'affaire dévoilée par le Canard qui tâche, la Chancellerie (donc le pouvoir politique) a aussitôt saisi le parquet financier afin qu'enquête soit diligentée avec une rapidité peu commune à l'institution. Personnellement, je m'attendais à ce que soient ouvertes plus de deux cent enquêtes puisque c'est à peu près le nombre de parlementaires qui emploient qui femme, fils, fille... Mais non, juste une contre Fillon. Il est vrai que tous les autres n'ont pas eu l'honneur d'une première page du Palmipède et que pas un n'a la prétention de devenir Président.

Je ne me permettrais pas de juger cette affaire sur le fond, je n'en ai ni l'envie, ni les compétences, ni les moyens mais rien ne m'empêche de vouloir tirer à boulets rouges et dire ce que je pense de la manière avec laquelle elle est traitée.

On notera que, globalement, rares sont les parlementaires à monter au créneau pour enfoncer ce pauvre Fillon, normal me direz-vous et comme on les comprend, tous profitent plus ou moins des largesses de la République. Par contre, on ne compte plus ceux qui tombent à bras raccourcis sur Fillon, ils sont foultitude, de gauche, de droite, du centre d'extrême-droite, des médias. On trouve de tout: des politiciens, des journalistes, des commentateurs, des twittos, des facebookers, des sarkozystes déçus (gratinés ceux-là), des pochetrons coincés sur un zinc, des sachants qui savent tout sur tout, des anciens conseillers municipaux, des blogueurs, des Français de base comme vous et moi... On ne compte plus ceux qui prennent plaisir à taper sur François et Pénélope.

C'est toujours les mêmes trucs qui reviennent: Il nous a bien eu le père la rigueur, le salaud (sic) qui se la jouait probité, tous pourris, corrompu, enfoiré (sic), enculé (re-sic), qu'il aille en taule, Pénélope devrait être tondue et envoyé dans un couvent (!), s'il a fauté il doit payer tout rembourser, etc, etc, etc... Ce que je lis et entends à propos du couple Fillon  est absolument hallucinant, effarant. Les chiens sont lâchés, ils adorent montrer les dents, ils aimeraient en croquer. On se croirait revenu aux HLPSDNH; vous savez, ce temps où juger était perte de temps, la vindicte populaire, bien entretenue, énonçait l'acte d'accusation, émettait le jugement et prononçait, dans le même temps, la condamnation avec exécution immédiate de la peine, si possible en place publique. Tout cela est à vomir. Tous ces aboyeurs ont-ils les fesses propres ? Ont-ils été toujours parfaitement réglo avec le fisc ? Aucun pour avoir un tantinet fraudé avec la sécu ? Aucun pour avoir un peu abusé des largesses du système ? Aucun qui n'ait un jour ou l'autre arnaqué son patron ? Ses clients ? Son voisin ? Aucun pour n'avoir ne serait-ce qu'une fois transgressé les règles ?  Ben voyons, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et il n'y a que les politiciens pour être vérolés jusqu'au trognon !

Alors, je comprends que lorsque l'on galère, on ait un peu, voire beaucoup, les nerfs quand on constate qu'encore un de là-haut s'est fait poisser, mais tout de même, merde quand même ! On se calme, les gens, on se calme. Ne rentrons pas dans ce jeu dont les règles ont été écrites par ceusses qui ont tout intérêt à ce qu'il y ait boxon chez Fillon. Ne soyons pas plus " populistes " que ceux qui jouent avec le populisme pour agiter les chiffons rouges de la guerre civile ou de je ne sais quelle déliquescence totale de la classe politique. Ce n'est pas en tirant sur l'ambulance que votre petite vie s'illuminera.

Dézinguer Fillon comme vous le faites, c'est plébisciter Hamon, Mélenchon ou Le Pen. C'est "voter" Macron. Pour déverser votre bile ou vos ressentiments, ayez au moins la décence d'attendre que justice soit rendue puisque désormais elle est saisie.

Je ne supporte pas ces lynchages médiatiques, je ne les supporte plus. Je les supporte d'autant moins qu'ils sont parfaitement orchestrés et que comme un seul homme, vous plongez. La dépouille de Bérégovoy n'aura pas suffi qu'il vous faudrait celle de Fillon ? Qui après ?


Je n'ai jamais aimé Mitterrand mais je me souviens parfaitement de ses mots: " Toutes les explications du monde ne justifieront pas que l’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous." Ces lois fondamentales de la République... faut-il que je vous les énumère ou voyez-vous à quoi je fais allusion ?



Je n'imagine pas Fillon aller à de telles extrémités mais sait-on jamais... Et puis, il y a parfois des morts, la mort politique, qui sont toutes aussi douloureuses quand on a voué sa vie à cette même politique.

Alors, on se calme, les gens, et on attend.

Folie passagère 3435.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


vendredi 27 janvier 2017

BFM, l'info à sa façon !

Hier soir, sur BFM, peut-être avez-vous vu ce petit reportage... Hollande acclamé à Poitiers, des selfies, des bains de foule, des bisous, des " on vous aime, monsieur le Président ", etc... La journaliste le raconte, tout c'est bien passé, Hollande au firmament d'une popularité retrouvée. C'est beau!


Et puis, il y a ce que BFM n'a pas voulu montrer et qu'il faut aller chercher sur le net et fouiller avant de dénicher un tout petit reportage de France3-Régions. Tous ceux qui auraient pu aller siffler, huer et jeter des œufs pourris sur la tronche de ce qui nous sert de Président avaient été bloqués par les forces de l'ordre en périphérie de la ville... Plusieurs syndicats (CGT, CNI, CFDT et FO), deux à trois cent personnes, étaient appelés à manifester devant le Centre Hospitalier Universitaire pour dénoncer les conditions de travail et la dégradation des soins aux malades à l'hôpital de la Milétrie. Cernés de toutes parts, ils ne verront pas Président.



Il est vrai que dans ces conditions, il leur était difficile d'aller chahuter un président si populaire et fort à parier que si ils n'avaient pas été aussi bien cernés, les bisous auraient été tout autre...

Difficile de croire que BFM, " première chaîne d'info de France " n'ait pas su qu'une manifestation menaçait ces effusions d'amour...


Tout ça pour dire qu'il faut vous méfier de ce qu'on vous montre à la télé mais j'imagine que vous le saviez déjà...

Folie passagère 3434.
Résultat de recherche d'images pour "médias menteurs"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 26 janvier 2017

C'est qui, c'est quoi Benoît Hamon ?


Curieux comme un pou, dit-on; je le suis, curieux...

Alors que je regardais tardivement la redif de cet énième débat de la primaire de la Belle Alliance Populaire (ah ce nom, quelle trouvaille) après avoir partagé blanquette de veau et pinard idoine, mon regard fut attiré par la boutonnière de Benoît Hamon. L'homme arborait un superbe canapé. Comme Valls. Sauf que pour Valls, je savais: il avait été élevé au grade de commandeur dans l'Ordre National du Mérite comme tout premier ministre qui tient le coup plus de six mois. Mais Hamon n'a jamais été premier ministre et encore moins ancien héroïque combattant; d'où sortait-il cette décoration. J'ai donc fouillé et trouvé: Point de Mérite National mais l'Aigle Aztèque ! Oui, m'sieurs, dames, Hamon a été fait commandeur de l'Ordre de l'Aigle Aztèque ! Késako me direz-vous ? Rien de moins que la plus haute distinction attribuée aux étrangers par le Mexique, distinction qui ne peut être attribuée qu'avec l'aval du présiflan local. Avouez que ça le fait, ça, non ? Hamon, commandeur de l'Ordre de l'Aigle Aztèque ! Au même titre que seulement neuf Français dont de Gaulle, Mitterrand, Malraux ou Le Clézio !

Oui, je sais, ça vous en bouche un coin et c'est bien normal parce rien, absolument rien du parcours de ce clampin, parcours que j'ai lu et relu avec attention, ne relie Benoît Hamon au Mexique. Rien ! De Gaulle, on peut comprendre, Mitterrand aussi, il y alla deux fois, Malraux, c'est Malraux, comme le Clézio. Mais Hamon, franchement... Hamon... Qu'a donc bien pu faire ce type pour mériter ça ? Voilà un mystère qui mériterait d'être élucidé et d'attirer la curiosité de quelques journalistes d'investigation. Même pas.

D'ailleurs, qu'a-t-il fait dans sa vie Benoît Hamon ? Et bien comme de trop nombreux politiciens, ce gars n'a quasiment fait que de la politique. A 49 ans, celui qui " veut être Président de la République " se contente pour tout bagage d'une licence d'Histoire, de plus ou moins trois ans d'activité dans une entreprise privée (Ifop) et de s'être mis à la colle avec une cadre sup de LVMH, entreprise du CAC40 ! Tout le reste n'est que politique et reptations d'appareils tantôt au MJS, au PS, au parlement européen, à l'Assemblée Nationale ou, encore plus brièvement, dans les ministères. Bref, à part onduler des fesses au sein du socialisme français, ce gars n'a rien fait et le voilà prétendre devenir Président de la cinquième puissance mondiale !

Le voilà prétendre que de filer 750 euros à tout le monde serait l'élixir contre les inégalités, la misère et le chômage, proposition qui devrait lui permettre d'engranger un maximum de voix "djeun's". Le voilà nous assurer droit dans les yeux que le travail va se raréfier et que la seule alternative c'est de taxer les robots. Le voilà prétendre - mais je dois avouer que sur ce point, je suis indécis - que le meilleur moyen de lutter contre le trafic de drogue serait de légaliser le cannabis. Le voilà nous assurer que la meilleure manière de prévenir la montée des communautarisme serait d'accorder le droit de vote aux étrangers. Le voilà nous promettre qu'il est possible de réduire d'ici 2025 à 50% la part du nucléaire dans la production électrique. Le voilà oser adresser ses condoléances et souhaiter désir de repentance républicaine pour la famille d'Adama Traoré. Le voilà nous proposer de légaliser la PMA pour tous sans trop se mouiller sur la GPA. Le voilà, au risque de paralyser l'action gouvernementale, vouloir créer un 49-3 "citoyen". Le voilà nous assurer que rigueur budgétaire et réduction des déficits n'est pas dans son logiciel pour redresser le pays.

Bref, le gars, comme tant d'autres, élu dans une circonscription qu'il n'habite pas, ne connaît rien de la vraie vie, n'a aucune idée de ce que vivent au quotidien des millions de Français et qu'a-t-il à nous proposer pour se faire élire ? De la dépense, des déficits, du communautarisme, un "progressisme" mortifère, de la démagogie à revendre  mais aucun Projet et aucune Ambition pour le pays. Mais dimanche prochain, il gagnera cette primaire; c'est dire si en France, tout est possible...

Voilà de quoi meurt la politique: démagogie, irréalisme, gabegie, médiocrité et cet insupportable "hors-sol" dans laquelle se vautrent tous les prétendants à la magistrature suprême.

Voilà où en est la politique et, à fortiori, le socialisme à la française: Permettre à un gars qui n'a rien fait de sa vie, qui n'a rien de "grand" à mettre à son actif, qui n'a aucune réelle expérience du pouvoir de se présenter à l'élection présidentielle.

Ce qui est encore plus dingue ? C'est que ça marche !

Folie passagère 3433.
Résultat de recherche d'images pour "dessin homme politique"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 25 janvier 2017

Fillon et les boules puantes du Canard


Alors comme cela, le Canard nous sort fort opportunément LE scandale du... jour: Pénélope Fillon aurait bénéficié de deux emplois fictifs: L'un pendant 8 mois à la Revue des deux mondes, l'autre pendant 8 ans comme attachée parlementaire de son mari. Pour ce dernier, elle aurait touché 500 000 euros bruts. Ça pète ça 500 000 euros bruts et c'est d'ailleurs ce qui est mis en avant, la gamelle bien juteuse ! Bien maintenant ramenons ça à sa juste valeur, ça ne fait en réalité que, à la louche, 3 600 euros net par mois pendant 8 ans. Alors certes la somme est coquette mais pas de quoi fouetter un chat.

Vient ensuite la question de "morale". Est-il "moral" que Fillon embauche sa propre épouse ? A partir du moment où c'est légal, et ça l'est, chacun se positionnera comme il le veut; perso, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. Mon boulanger rémunère bien sa bourgeoise, on travaille en confiance comme cela. Et puis, hein, Fillon n'est pas le seul, ils sont plus de 200 parlementaires à rémunérer un membre de leur famille.

Fictif ou pas l'emploi, ça doit être facile à vérifier mais en tout cas, pour l'instant, rien ne permet de dire que la Pénélope, au demeurant personnage pas très sympathique, a été payée pour ne rien foutre. Et rien, absolument rien, dans l'article du Canard ne prouve le contraire.

Ah oui, mais comme le soulignait le journaleux de BFM ce matin, il faudrait vérifier parce que Fillon, c'est quand même un candidat à la présidentielle. Ben non ma couille, ou plutôt si, on peut vérifier mais dans ce cas là, on vérifie pour tout le monde. Et compte tenu des contrôles qui sont effectués par le bureau de l'Assemblée et de la rigueur qui y sévit depuis une bonne dizaine d'année, ça m'étonnerait qu'on puisse prendre beaucoup de parlementaires en défaut.

Alors de deux choses l'une, ou Pénélope en a croqué et dans ce cas là Fillon est dans la mouise ou elle a réellement bossé et cette polémique servira plutôt François Fillon. Mais en attendant, tant que rien n'est prouvé et démontré, on leur lâche la grappe ! Et on met deux baffes au Canard !

Ras la frange de ces plumitifs à la petite semaine qui impunément passent leur temps à chercher des poux dans la tête de tout le monde et surtout dans celle des personnages en vue, qui plus est si ils sont de " droite", en usant et abusant du conditionnel.

Voilà, il fallait que cela soit dit.

Folie passagère 3432.
Résultat de recherche d'images pour "canard plumé"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 23 janvier 2017

Primaire citoyenne: Amateurisme et mascarade.


Bon, j'en ai marre d'attendre les derniers chiffres de la participation à la primaire des socialistes, alors j'y vais de mon petit billet. Billet qui pourrait, si flemmard j'étais, se résumer à un mot: Guignols ! Ou bouffons ! Pieds Nickelés conviendrait aussi.

Non mais attendez, les gars, ils nous font une primaire citoyenne, nous annoncent que tout a été super bien préparé et à l'heure où j'écris, soit précisément 26 heures et 38 minutes après qu'ait été communiqué le premier chiffre - soit 400 000 votants à midi, hier -, ils ne sont toujours pas foutus de nous donner un résultat précis.

Tenez, d'ailleurs, ils n'ont même pas été foutus de nous dire de quoi  400 000 était l'arrondi. De 351 000, de 359 550, de 388 000 ? Non, 400 000, tout rond, aussi rond que la bouche en cul de poule qu'a du faire Cambadélis en constatant la Bérézina qui s'annonçait; dès lors je savais que ça puait cette histoire de comptage. Le chef de leur Haute Autorité, un sage, prof de droit et toussa, rigoureux et pointilleux, nous dit que vu la tendance, on devrait se diriger vers un résultat qui devrait tourner entre 1,5 million et... 2 millions ! C'est pas un écart type, ça, c'est le grand écart ! Et tous les baltringues, politiciens socialistes ou commentateurs, de se mettre en route: Une primaire réussie ! En dessous de 1,5 million, c'était l'échec, au-dessus, et compte tenu du contexte, ce serait réussi ! Mais que le diable me patafiole si je me goure mais en 2011, z'avaient fait 2,7 millions alors contexte ou pas contexte, bise matinale ou pluie verglaçante, " entre 1,5 million et 2 millions " c'est un p'tain d'échec !

Échec d'une primaire improvisée, échec du parti socialiste et des candidats qui n'ont pas su mobiliser, échec de Cambadélis qui depuis des mois s'est vautré avec sa " Belle Alliance Populaire ", échec de Président qui, en 5 ans de mandat, aura explosé façon puzzle le parti qu'il dirigea pendant 11 ans. Échec sur toute la ligne !

Vous me direz, comment voulez-vous qu'ils arrivent à mobiliser quand on accorde aux candidats 50 000 euros de budget  alors que les candidats à la primaire de la droite avaient tous plus de un million d'euros pour nous séduire ? Comment mobiliser quand vous alignez 7 000 bureaux de vote soit 2 000 de moins qu'en 2011 ? Comment mobiliser en alignant sur la ligne de départ 3 candidats dont tout le monde savait, y compris eux-mêmes, qu'ils n'avaient aucune chance de gagner ? Comment mobiliser les foules quand pendant 5 ans, on a tout fait pour la décevoir ? C'était perdu d'avance !

Et plus les heures passent et plus on se marre; nous, pas eux. Chiffres définitifs toujours pas établis, confusion sur le nombre de bureau, erreur dans l'addition des pourcentages affichés par la Haute autorité, chiffres qui disparaissent du site officiel pour réapparaître plus tard, etc, etc, etc... Du grand n'importe quoi !

Enfin, on y est presque, le chef du bazar l'annonce vers 14h00, 1 601 000 votants soit... le même chiffre que celui annoncé à ... 10h00 du matin ! Non mais allo, quoi ?

Bon, au bout du bout et jusqu'au bout ils auront été nuls mais cela ne changera pas grand chose. Hamon a gagné, Valls s'est pris une claque et Montebourg un gros coup de pied au cul ! Quant aux quatre autres, ils peuvent retourner vaquer à leurs occupations,c'est à dire à plus grand chose, ils sont grillés.

Sans surprise Montebourg appelle à voter pour Hamon, Peillon se retire penaud sans dire qui il soutient pour le deuxième tour, de Rugy se fait appeler Désiré en négociant avec les deux gagnants son score minable de 3,88 % quand la Pinel, généreuse, fait cadeau de son 2 % à Valls. Bennahmias ? Il s'en sort avec les honneurs car après tout amasser plus de voix que Jean-François Copé en étant aussi étrange, fallait le faire.

Enfin bref, ce premier tour de primaire aura ressemblé à ce que fut pour bonne part ce catastrophique quinquennat: une magnifique démonstration d'amateurisme.

En toute logique, Benoît Hamon devrait l'emporter - ce qui en dit long sur l’absence de réalisme de ses supporters - la semaine prochaine ce qui aura le mérite de nous débarrasser pour un bon moment du Caudillo, d'emmerder Mélenchon et, hélas, de ravir Emmanuel Macron. 


Il est présentement 17 heures, les résultats définitifs ne sont toujours pas tombés et le site officiel de la primaire affiche toujours les chiffres donnés à 10h00 du matin... mais attention, comme l'a rapporté au Figaro un cadre du PS: " S'il y a de la gonflette, ce n'est pas de la tricherie. Attention aux mots ! Tricher, c'est modifier les rapports de force ". Okay ? Alors pas de mauvais esprit !


NB: Vous aurez noté que Président n'a quasiment pas été évoqué dans ce billet alors qu'il aurait du l'être -  merde, tout de même, c'est son camp qui vote - sauf que de lui, maintenant tout le monde s'en fout comme lui se fout de tout. Rien de nouveau finalement.

Folie passagère 3431.
L’image contient peut-être : 1 personne, debout, plein air et nature
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 22 janvier 2017

L'Europe, ce n'est pas Lampedusa... (Message de l'Institut Iliade)

Message de l'Institut Iliade:




L’Europe, ce n’est pas Lampedusa, c’est notre civilisation.
L’Europe ce n’est pas l’organisation de Bruxelles, pas davantage une monnaie ou une banque centrale.
L’Europe, ce n’est pas un espace mondialisé et sans frontière.
L’Europe, ce n’est pas le monde africain, ce n’est pas non plus une terre d’Islam.
L’Europe ce n’est ni la laideur ni le non-art.
L’Europe, c’est le continent des Européens.
L’Europe, ce sont des millénaires d’histoire, 700 millions d’Européens.
L’Europe c’est une identité : la civilisation européenne et chrétienne.
L’Europe, ce sont les temples grecs, les aqueducs et les théâtres romains, les chapelles romanes, les cathédrales gothiques, les palais Renaissance, les grandes places, les béguinages, les églises baroques, les châteaux classiques, les édifices Art nouveau.
L’Europe ce sont des rivages sauvages, des montagnes majestueuses, des fleuves paisibles. 
L’Europe, c’est le sentiment de la nature. 
L’Europe, ce sont des paysages jardinés par l’homme : des bocages aux polders, des prairies aux cultures en terrasses. 
L’Europe c’est le terroir du pommier et de l’olivier, de la vigne et du houblon.
L’Europe, ce n’est pas l’univers de la bouffe industrielle, c’est la gastronomie de l’huile et du beurre, du vin et de la bière, du pain et du fromage, du saucisson et du jambon.
L’Europe, ce n’est pas le monde de l’abstraction, c’est l’art de la représentation, de Praxitèle à Rodin, des fresques de Pompéi à la Sécession de Vienne. 
L’Europe, c’est l’imaginaire celte et le mystère chrétien. 
L’Europe, c’est la civilisation qui change la pierre en dentelle.
L’Europe, c’est le refus de l’ahurissement, c’est la culture qui a inventé le chant polyphonique et l’orchestre symphonique.
L’Europe, ce n’est pas le monde de Belphégor, c’est la civilisation qui honore la femme : déesse, mère ou guerrière. 
L’Europe, c’est la culture de la chevalerie et de l’amour courtois.
L’Europe, ce n’est pas le monde de la surveillance, c’est la patrie de la liberté : la citoyenneté grecque, le forum romain, la grande charte anglaise de 1215, les villes et les universités libres du Moyen Âge, le réveil des peuples au XIXe siècle.
L’Europe, c’est un patrimoine littéraire et mythologique : Homère, Virgile, Hésiode, les Eddas, le chant des Nibelungen et le cycle arthurien. C’est aussi Shakespeare, Perrault et Grimm.
L’Europe, c’est l’esprit d’invention et de conquête : c’est Léonard de Vinci et Gutenberg ; ce sont les caravelles, les montgolfières, les débuts de l’aviation et Ariane, ce sont les ponts jetés sur les mers. 
L’Europe, ce sont les héros qui l’ont défendue au cours des siècles : c’est Léonidas et ses 300 Spartiates sauvant la Grèce de l’Asie ; c’est Scipion l’Africain préservant Rome de Carthage, c’est Charles Martel repoussant l’invasion arabe, c’est Godefroy de Bouillon délivrant les lieux saints et fondant le royaume franc de Jérusalem, c’est Ferdinand d’Aragon et Isabelle la Catholique libérant Grenade, c’est Ivan le Terrible éloignant les Mongols de la sainte Russie, c’est don Juan d’Autriche victorieux des Turcs à Lépante.
L’Europe, ce sont des hauts lieux : c’est le Parthénon, la place Saint Marc, Saint-Pierre de Rome, la tour de Belém, Saint-Jacques de Compostelle, le mont Saint-Michel, la tour de Londres, la porte de Brandebourg, les tours du Kremlin.
Tel est notre récit civilisationnel !
Aujourd’hui, l’Europe est l’homme malade du monde. Elle est culpabilisée, colonisée, affaiblie. Ce n’est ni fatal, ni durable. Arrêtons la repentance ! Retrouvons le fil de la longue mémoire. Écoutons le message d’espoir de Dominique Venner :

« Je crois aux qualités spécifiques des Européens qui sont provisoirement en dormition. Je crois à leur individualité agissante, à leur inventivité et au réveil de leur énergie. Le réveil viendra. Quand ? Je l’ignore mais de ce réveil je ne doute pas. »


Message de l'Institut Illiade
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr