mercredi 14 juin 2017

Parlez-vous le Macron ?

Résultat de recherche d'images pour "macron meeting"

Tribune de Michel Geoffroy, le 6 juin 2017.

" Emmanuel Macron, parmi les premiers bienfaits qu’il nous apporte, nous donne déjà l’occasion de parler une langue nouvelle : la macronlangue, dont il nous a appris les rudiments lors de la campagne présidentielle.

Pour être un winner comme lui, parlez la macronlangue en toute circonstance ! La macronlangue repose sur quelques principes simples.

1) D’abord, dites « je veux, je souhaite ou je crois que » à tout propos

Il s’agit d’un vieux tour de politicien qui vise à faire croire qu’il suffit de déclarer vouloir quelque chose de bénéfique pour que celle-ci entre effectivement dans les faits. Il s’agit donc d’une sorte d’incantation malheureusement rarement suivie d’effet. Rappelez-vous tous ceux qui nous promettaient la croissance économique, la fin du chômage ou le changement !

Prenez exemple sur notre Emmanuel national qui, lorsqu’on l’interrogeait sur la crise des réfugiés, répondait « Je crois que si cela est fait dans le bon ordre, de manière intelligente, c’est [l’accueil des réfugiés| une opportunité pour nous (1)». Une façon d’esquiver le fait que, justement, l’arrivée des « migrants » ne se passe pas du tout comme cela !

Exercez-vous : si on vous demande l’heure qu’il est, répondez : « Je souhaite d’abord que chaque Français puisse disposer d’une montre qui donne l’heure exacte ». Si, dans la rue, un SDF vous demande une petite pièce, déclarez haut et fort « Je souhaite la fin de la pauvreté dans notre pays » et… continuez votre chemin.

Si vous vous trouvez en groupe vous pouvez également hausser le ton en fin de phrase, voire crier un peu avec une voix de fausset : cela renforcera l’impression que vous croyez ce que vous dites, que vous êtes un homme de conviction comme Emmanuel durant ses meetings !

2) N’hésitez jamais à dire les choses d’une façon compliquée, ce qui vous fera toujours paraître plus profond que vous ne l’êtes

Ainsi, par exemple, ne dites pas « j’ai parlé avec Donald Trump du climat » mais « j’ai noté la capacité d’écoute de M. Trump et sa volonté de progresser avec nous sur le sujet climatique » (2), ce qui, vous en conviendrez, a une tout autre allure, même si au cas d’espèce notre président s’est mis le doigt dans l’œil !

Ne dites pas « je suis pas très croyant » mais « j’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais, en même temps, elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité (3) ». Nettement plus clair, n’est-ce pas ?

Ne dites pas « je suis pour l’Union européenne » mais « l’Europe ne pourra avancer que si nous la pensons dans le monde (4) ».

Vous avez compris comment faire ? Sinon apprenez par cœur quelques phrases d’Emmanuel Macron que vous pourrez répéter en société avec un air pénétré.

3) Surprenez vos interlocuteurs en devenant subitement familier ou agressif

Cela permet de « casser » votre interlocuteur, comme disent les jeunes. Comme Emmanuel Macron à Lunel, lorsque vous discutez avec un syndicaliste dites, par exemple, d’un seul coup : « Vous n’allez pas me faire peur avec votre T-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler (5)». Ou, comme Emmanuel en présence du président Poutine, dites que les médias russes en France sont des agences de désinformation !

Attention cependant : Emmanuel Macron peut se permettre ces saillies périodiques – qui dénotent un certain mépris vis-à-vis de la France d’en bas et d’une façon générale une attitude intolérante d’enfant gâté à l’encontre de ceux qui ne pensent pas comme lui – parce qu’il bénéficie d’une totale impunité médiatique et judiciaire ; et aussi parce qu’il dispose de riches soutiens et d’un service d’ordre efficace.

Si tel n’est pas votre cas, faites preuve de prudence quand même, surtout si votre interlocuteur est manifestement plus gros et plus musclé que vous.

4) Adoptez l’en-même-tempisme !

L’en-même-tempisme est une composante essentielle de la macronlangue.

Cela consiste à affirmer successivement des propositions contraires ou sans rapport évident entre elles, comme nous l’a appris Emmanuel durant la campagne présidentielle, mais en les liant par la locution adverbiale « en même temps ». Ce qui permet de contenter tout le monde en évitant de prendre clairement parti. L’en-même-tempisme correspond au vieux « balancement circonspect » que l’on apprenait à Science Po : faire croire que l’on pourrait associer des points de vue contraires dans une démarche cohérente (on dit inclusive en novlangue) : il donne donc de vous l’image d’une personne sympa, ouverte à la prise en compte du point de vue des autres.

Cela ne correspond pas tout à fait au ni-ni des politiciens de droite : car la macronlangue ne repose pas sur l’exclusion des contraires mais sur leur inclusion, au contraire, comme aurait dit le Capitaine Haddock. Vous n’avez pas bien compris la nuance ? C’est que vous n’êtes pas encore assez macronien !

Prenons donc un exemple pédagogique :

Emmanuel Macron a ainsi affirmé en Algérie que « la colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime contre l’humanité (6) », mais en même temps il a indiqué aux représentants des Rapatriés « Je n’ai pas dit que vous aviez fait un crime contre l’humanité ni que tous les Français qui y étaient avaient commis un crime contre l’humanité (7) », et il a loué en même temps le « travail formidable » fait à l’époque de l’Algérie française par des gens « formidables (8) ». Conclusion : il y a eu un crime mais pas de criminels : encore plus fort que Le Mystère de la chambre jaune (9). Sacré Emmanuel !

On peut aussi obtenir un effet comparable en affirmant deux propositions qui s’annulent, comme nous le montre Emmanuel lorsqu’il disait « La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas ». Conclusion : on ne sait pas ce qu’il en pense, mais circulez il n’y a rien à voir ! Ou lorsqu’il a déclaré, après la décision de D. Trump de se retirer des Accords de Paris sur le climat : « Ce soir, les Etats-Unis ont tourné le dos au monde mais la France ne tournera pas le dos aux Américains (10) », ce qui revient à lier deux propositions qui n’ont pas de rapport direct entre elles.

Vous avez compris, l’en-même-tempisme permet de parler pour ne rien dire. Comme le slogan qu’a choisi Emmanuel, « En marche ! », pour sa campagne électorale. Marcher vers quoi exactement ? Peu importe, on vous dit de marcher, alors marchez !

5) Enfin parlez anglais !

Cela montre que vous n’êtes pas un franchouillard replié sur lui-même, un cartésien dépassé ou, pire encore, un électeur du Front national, mais au contraire un homme (ou une femme) ouvert sur le monde et sur les autres. N’hésitez donc pas à parsemer votre propos de mots et de phrases en anglais. Car c’est toujours mieux quand ce n’est pas dit dans la langue de Molière.

La preuve, tout le microcosme médiatique français s’extasie sur la colossale finesse d’Emmanuel déclarant à l’intention du président Trump « Make our planet great again ». Imaginez un instant qu’Emmanuel ait dit cela en français : « Faites que notre planète soit à nouveau grande ». Une phrase ridicule en français, mais tellement géniale en anglais !

Si vous vous entraînez régulièrement à appliquer ces cinq principes simples, vous parviendrez rapidement à maîtriser les rudiments de la macronlangue. N’hésitez cependant pas à compléter votre formation par l’écoute régulière des médias de propagande (notamment BFMTV) et, bien sûr, par la lecture de toutes les déclarations d’Emmanuel Macron, consultables sur le site de l’Elysée.

Vous pourrez alors marcher en cadence, comme les autres !

Michel Geoffroy
6/06/2017

Notes :
Interview sur la chaîne israélienne i24 news le 25 décembre 2016.
E. Macron lors du G7 le 27 mai 2017.
Interview sur France Info mars 2017.
Le 5 août 2016.
A Lunel le 28 mai 2016.
Interview accordée le 14 février 2017 à la chaîne privée algérienneEchourouk News.
A Carpentras le 17 février 2017.
A Toulon le 18 février 2017.
Pour les moins de 20 ans, célèbre roman policier de Gaston Leroux paru en 1907.
Le 2 juin 2017.


Folie passagère 3358
Résultat de recherche d'images pour "macron"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

31 commentaires:

  1. Comment faire simple quand on peut faire compliqué, toit en parlant pour ne rien dire.

    RépondreSupprimer
  2. Il a oublié l'importance de citer toujours le féminin en même temps que le masculin sans oublier la liaison au pluriel. Les Françaises z'et les Français; les femmes z'et les homme;celles z'et ceux; les travailleuses z'et les travailleurs; les électrices z'et les électeurs...
    Ce qui a généré une déclaration ridicule: "...pour voter cette belle loi de 1905 séparant l'Eglise et l'Etat, il a fallu des femmes et des hommes de gauche et de droite" puisque les femmes ne votaient pas à l'époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claribelle: pour un homme que l o nous présente comme si érudit, le nombre de ses erreurs historiques est déjà impressionnant

      Supprimer
  3. Bien sûr, bien sûr, mais CA MARCHE car c'est une application directe des techniques de manipulation de la pub qui ont bien évolué depuis les premiers essais d'Edouard Bernays à l'époque de la guerre de 14.
    Les ordures qui sont derriére la pub Macron et qui ne s'en vantent pas, (plus...)
    Alors, que faire?
    Je ne sais pas, la majorité des veauxtants donnera toujours dans le panneau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. realist: quand un pays et une population remet son destin dans les mains de 15% du corps électoral, tu crois que cela peut durer longtemps ?

      Supprimer
  4. Et n'oubliez pas de penser printemps !
    De Prague, ou arabe, ou celui que vous voulez.
    Mais pensez printemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lamouette : c'est beau le printemps, y penser ça permet d oublier les soucis de la vie quotidienne. Il est pas con Macron.

      Supprimer
  5. Sans oublier l'horripilant "cellezéceux" devenu tique de langage de tous les macroniens !
    Excellent article qui explique très bien la manipulation subie et future à travers le "blabla macronien" ! Faut-il que les Français aient l'esprit embrumé pour ne pas voir ces ficelles grosses comme des câbles ?
    Souvent quand j'entends des gens donner leur avis dans des micros-trottoirs, par exemple, je me dis "et ça vote, ça ?"...et bien voilà où ça mène le droit de vote sans culture ni esprit critique...au suicide assisté de notre démocratie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, c'est une réflexion que je me fais souvent en écoutant les bas-de-plafond (genre téléspectateur de Hanouna, si vous voyez ce que je veux dire) dont on croit utile de nous donner les opinions, avis ou sentiments: "put..., dire que cet(te) abruti(e) vote et que son vote vaut celui d'un prix Nobel...

      Supprimer
    2. Nana et Saucisson: nous sommes d'accord, et quand tu pense que nombreux sont ceux qui voudraient abaisser le droite de vote à 16 ans...

      Supprimer
  6. Avant donc que d'écrire, apprenez à penser.
    Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
    L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
    Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
    Et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Nicolas Boileau

    Une expression peut claire est faite pour tromper ceux qui n'ont pas eu accès aux arcanes du langage des études supérieures. C'est le but recherché, la parole paraît profonde alors qu'elle est creuse, les mots s'enchaînent parfaitement pour donner des phrases trop longues et contradictoires et la pensée semble éthérée alors qu'elle est vide.

    Mais ça marche...sur les buses, volatiles qui ne semblent pas en voie d'extinction dans ce pays.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Nain: il y a une grille, que l on dit sortie de l'ENA où dans chaque case tu as une série de mot. Quelque soit le sens dans lequel tu met bout à bout les cases, les phrases ont un sens. Faudrait que je la retrouve.

      Supprimer
  7. Bonjour Corto,

    Deviendrais-tu caustique? Ceci dit, c'est totalement juste et je n'ai rien à y ajouter. Pour "cellezéceux" qui souhaitent un cours de xyloglotte, c'est là: https://www.youtube.com/watch?v=oNJo-E4MEk8

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, il est d'extrême-gauche. J'ai visionné un de ses spectacles (plus de trois heures). Ça en vaut le coup.

      Bonne soirée

      Supprimer
  8. J'en ai une belle :

    " Il faut libérer l'Europe de ce qu'elle est devenue ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nina: alors qu il est le parfait européiste...

      Supprimer
  9. Non seulement ça marche mais ça court et ça galope ! On a cinq ans pour apprendre à parler Macron , encore faut il l'écouter ! Pour ma part je souffre d'une grosse allergie ou Macronphobie aigue qui fait que je zappe d'office alors je prends du retard dans les cours ... ! Cette élection , c'est la mise en oeuvre des écoles de commerce ... on change l'emballage comme la couleur du pot de yaourt et ce dont on ne voulait plus on se met à le trouver à son goût ! Mais il y a un petit problème ! C'est le nombre des abstentionnistes ! Un parlement avec un profil de députés très homogène va renforcer le sentiment d'exclusion de toute une part de la population française qui ne se déplace plus pour voter ! Ils ont peut être conscience que le vote est devenu un leurre et que les choix sont déjà faits ! C'est cela qui est dramatique ! Il n'y a plus de convictions !C'est pour cela que les formules creuses fonctionnent ! Et même si on ne comprend rien pour ne pas se dire idiot on fait semblant de comprendre ! L'intelligence est là mais au service d'une énorme manipulation ! il suffit de le savoir ... Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marguerite: il suffit de le savoir. certes mais il y a tout de même unbon nombre de Français qui ne rendent même pas compte de ce qui se passe.

      "c'est la mise en oeuvre des écoles de commerce ", c'est ça mais c'est aussi bien plus que ça, derrière Macron, y a les écoles de commerces, Bildelberg, l'ENA, les puissances médiatiques, etc.... bref tout l attirail nécessaire et suffisant pour manipuler à donf les Français.

      Supprimer
  10. bonjour z'a toutes et z'a tous je suis votre président et je vais vous faire regrettez le petit gros à la cravate de travers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parker poilu: ça, c'est fort possible et tant pis à toutes celles ze tous ceux qui auront cru en lui

      Supprimer
  11. "Est-ce que quelqu'un peut penser raisonnablement que élu président il aura une majorité présidentielle uniquement avec son parti? Moi je n'y crois pas. Et non seulement ça n'est pas possible, mais ça n'est pas souhaitable. Parce que ce serait un hold-up"
    Macron - Angers – 28 fév. 2017
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Homo Orcus: marrant, jeviens aussi de découvrir cette phrase, à l instant sur twitter

      Supprimer
  12. Et puisque Madame semble absente de ce billet, citons le magazine Elle qui titre dans son dernier numéro : "L'amour à la Macron" où on apprend entre autres que la sexagénaire n'est plus "condamnée à finir avec un sexagénaire à la prostate bientôt à bout de souffle. C'est donc d'un index enthousiaste qu'elle fera défiler les profils juniors sur Tinder".
    Et les sous-titres défilent : "Les maris vont se rincer l'œil à nouveau" où on apprend que : "Le look de Brigitte ? Ce sont les hommes plus fans... L'âge de la Première dame, ils s'en fichent pas mal..."
    Citons encore : "La femme âgée est devenue l'option de la win pour l'homme jeune", à la suite de quoi on lit : "...Tu es un garçon et tu as les crocs ? Alors, choisis une femme qui a déjà sa carrière derrière elle, des enfants dégourdis, une véritable expérience de la vie... En revanche, une senior saura t'aider à construire ta carrière et son amour un chouia maternel lui permettra de te voir rayonner sans aucune pensée jalouse..."
    Et là, mon cher Corto, on voit que le genre 3 peut se sentir concerné aussi, sauf qu'on finit par nous dire : "Ce qui est 2017, c'est une femme très bien habillée et un mari neutre" et là, je dois avouer que ça ne colle plus du tout. Dommage ! Ces petits gars du genre 3 devraient aussi avoir leur chance, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Marianne

      La première fois que j ai vu la madam macron cela m a rappelé un personnage de Tarzan mais ce n était pas Jane.

      Supprimer
  13. Géo

    Depuis le début le macron m'a déplu parce que ce n est qu'un imposteur,un simple opportuniste intéressé par les bonnes places lui aussi et qu'il n aura jamais la stature d un chef d État.Jamais.
    Son Jupiter c est néant et il ne bâtira rien dans la durée,le creux de ses discours montre le vide,l absence de projet positif pour le pays.
    C est juste un gauleiter de l UE aux discours fastidieux.

    Et puis comme il est mauvais comédien,comme nombre d acteurs actuels du fait de la décadence présente qui perle en tous domaines et bien il se trompe de texte et son regard ment,il est concentré sur ce qu'on lui a dit de répéter c est tout.

    Quand il veut faire croire qu'il a une conviction il force ses expressions comme un cabotin amateur avec des effets trop marqués c en est gênant.

    Pour le langage il n y a rien à comprendre.
    D ailleurs le type est trop enbourbé dans une vision de caste et donc sans aucune faculté de concevoir une oeuvre de valeur,d avoir une vision synthétique réaliste des choses.

    Le seul langage que ce genre de type comprend,c'est:
    "Combien tu veux être payé pour jouer les présidents et faire ce que l on te dira de faire?Tu fais ton job on ferme les yeux sur tes conneries,tu obéis bien aux copains de Attali et tout ira bien.On sait que tu n es pas une lumière alors quand tu es en difficulté contentes toi de t en sortir par des pirouettes comme on t'a expliqué c est tout!"

    Le langage macronien ce n est que cela.
    Le mauvais discours d un camelot qui va vendre un vieil aspirateur à une bande de ploucs perdus dans la Grande Prairie et cela rien que sur son image de mannequin censée séduire ou impressionner.

    La forme au détriment total du fond.

    On a du lui crier:
    " tu es comme Juppét'esrien (du tout)"
    Et il aura compris... "jupitérien?"

    Ce "Jupiter" là c est celui d un gaspilleur dont la moralité de mon point de vue est plus que douteuse.

    On cherchera en vain une qualité à lui trouver et on n en remarquera vraiment aucune,mais la France serait elle le seul pays où les veaux auraient besoin de lunettes?
    Il est en fait très banal comme une photo de mode peut l être en réalité faute de substance,faute de densité.

    (Quant à Édouard Philippe,le futur m'sieur En Panne,si il reste à son poste,c est le retour de l Homme de Cro-macron,non?Il a un style vaguement "préhistorique" qui tranche avec la gravure de mode de Macron15% et son raz de marée dans une baignoire).

    RépondreSupprimer
  14. Ce type, outre le fait que les conditions de son "élection" le rendent totalement illégitime, est parfaitement ridicule. Mais personne, dans le milieu médiatique, ne semble l'avoir remarqué, et encore moins rapporté.

    RépondreSupprimer
  15. "Que celleszeceux qui comprennent où je veux en venir et en même temps j'applique le stand by évolutif et conjoncturel, se mettent en marche vers le rien compris dans le tout car tel est mon projêêêêêt !"

    RépondreSupprimer
  16. L'Emmanuel utilise l'avantage du français, son imprécision. On comprend ce que l'on veut bien croire.
    Une jeune maman téléphone à son pédiatre :
    - Docteur, j'ai acheté le livre que vous m'avez conseillé.
    Il est indiqué page 56 :
    - Quand bébé a fini son biberon, lavez le à l'eau bouillante et nettoyer l'intérieur avec un goupillon.
    - Oui et alors ?
    - Alors... Mon bébé n'apprécie pas du tout ce traitement !
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  17. N'oubliez pas la "task force " !
    Lui et Raffarin...
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer

  18. -“En politique, parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir.” Pierre Dac n'a pourtant pas connu Macron mais en visionnaire, il le prévoyait déjà.
    Bien à vous
    PS: un bonjour à Marianne Arnaud que je ne lis plus chez JB, hélas!

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP