vendredi 6 janvier 2017

Journalopes ? Juste une vue de l'esprit véhiculée par l'extrême droite...


Il y a un article de Libération qui est extraordinaire ! C'est suffisamment rare pour que je vous en parle. Dans cet article, l'auteuse (oups!) raconte la genèse du qualificatif " journalope " pour désigner les membres de cette honorable profession, plus largement, elle montre comment seule l'extrême-droite prend un malin plaisir à dénigrer ce beau métier et ce particulièrement sur les réseaux sociaux. Parce que forcément, il ne peut y avoir que l'extrême droite pour reprocher plein de choses aux journalistes et aux médias.

Sans remonter jusqu'aux HLPSDNH, elle parvient à nous refourguer tout plein d'exemples de dérapages frontistes: "les médiacrasseux" de JMLP, le " monolithisme idéologique des médias traditionnels " de MLP, les "merdias" de l'écrivain Dantec, " le médiature journalope" des éditions Ring qui éditent l'affreux Obertone ou bien encore cet internaute qui depuis 2010 se plaît à user et abuser du " journalope".


Qui dit extrême-droite, dit forcément antisémitisme dont serait régulièrement victimes Patrick Cohen, Ruth Elkrief ou encore Bourdin. Oui, vraiment pas bien, il y en a qui critiquent impunément les journalistes mais qui en plus sont antisémites, c'est la fachosphère dans toute sa splendeur. Et la journaliste démontre que c'est bien le cas en recourant à une sociologue experte, Cécile Alduy, qui nous explique doctement: "L’idée est à la fois de discréditer les journalistes tant qu’ils n’offrent pas une couverture complaisante et de se construire une posture antisystème nécessairement du côté de la vérité". Vérité que ne détiendraient que les sites qui puent comme FDS.

Et non seulement cet extrême droite nauséabonde insulte les journalistes mais elle critique même le mode de vie de la corporation des journalistes qui ne seraient que des bobos hors-sol, pratiquant l'entre-soi et ne comptant que des gauchistes. Oui, tout cela n'est pas bien beau, reconnaissons-le, merde, tout de même !

Car tout le monde sait bien que les journalistes sont tous objectifs, intelligents, impartiaux, non orientés, qu'il y en tout plein de droite (tellement nombreux qu'on a du mal à en citer autant que nous avons de doigts aux deux mains), qu'ils ne sont pas tous juifs, qu'ils habitent tous dans des quartiers défavorisés et qu'aucun ne saurait se faire inviter gratos par telle ou telle personnalité politique à de jolis week-ends au soleil. Alors, les qualifier de journalopes ou de merdias, ça ne peut être que de la désinformation, l'oeuvre des extrêmes et rien d'autre. Compris ?

Curieusement, à aucun moment, l'auteuse de cet article ne se pose la question de savoir pourquoi cette profession est aussi décriée et les journalistes si honteusement vilipendés, ni même de savoir si, à tout hasard, en dehors de la fachosphère et du Front National, il n'y aurait pas des gens qui trouveraient les journalistes un tantinet journalopes... Et pourtant...

Folie passagère 3413.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

62 commentaires:

  1. Corto: je réagis à chaud, et reviendrai peut être plus tard...
    Mais trop,c'est trop!
    Bientôt ces hypocrites patentés vont nous la jouer à la Souchon :Allô maman bobo...
    Alors qu'il est de plus en plus évident que la quasi totalité de ceux qui sont censés nous informer par les voies officielles ou habituelles (presse écrite,radio,télé ) pratiquent soir l'omerta ,soit la langue de bois...
    Qui sait en dehors de tes lecteurs que l'État se défausse sur les gogos pour nettoyer la jungle de Calais?
    Qui parle de l'accusation prononcée à l'encontre du fondateur de Terra Nova?

    Il y aura du travail en mai 2017, pour redoter ce pays de médias honnêtes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Vous savez,Gridou,que ce genre de crasse ne s enlève pas comme celà,il faut insister avec du Harpic pour en venir à bout.
      Pire que les doryphores sur un champ de pommes de terre!

      Supprimer
    2. @ Gridou et Géo
      Même le Harpic ne serait pas suffisant.
      Ne pas oublier d'ajouter une bonne étrille ; de préférence en paille de fer.
      Et, pour se faire plaisir, on pourrait fignoler avec du goudron et des plumes. S'il vous en reste !... ;o)))

      Supprimer
    3. @gridou, Géo, Franzi: allo maman bobo, c'est tout à fait ça, ou bien encore le gamin qui ne comprend pas qu on puisse le gronder après une connerie. Dans le genre foutage de gueule, on fait pas mieux que cet article. Pour le nettoyage, va y avoir du boulot

      Supprimer
  2. J'aime la France,je suis"fachotte".
    Marie-France

    RépondreSupprimer
  3. Géo

    Actuellement "journaliste",auprès de tous ces journaux,ce n est pas un métier,c est de la prostitution(sauf à considérer que la prostitution est un métier alors en tel cas journaliste c est un métier).

    Quant à "sociologue", c est la même chose à mon sens,dés lors qu ils/elles ont pignon sur rue notamment en France et dans ces journaux de merde c est aussi de la prostitution.

    Et comme la loi interdit le recours aux prostituées et bien on doit se garder à mon avis d aller les consulter.
    Pas vrai?

    " sociologue experte"
    Dés lors qu elle attribue l incompétence et le grand larbinat des journasalopes à un désir de discréditer cette caste elle se discrédite elle même car inapte à la moindre objectivité.
    Si être sociologue consiste à lécher les génitaux de politiques corrompus pour s en faire bien voir,j appelle aussi celà de la prostitution.

    Au fond,les avis de ces gens on s en fout,non?
    Ils ne concernent que les naïfs et les aveugles qui veulent bien les croire et acheter leurs magazines.

    J aime bien tous ces "experts" qui prétendent décrypter les gens par le prisme du léchage de génitaux qu ils pratiquent,ils me font penser à ces "experts" en météorologie,qui,pour peu que,par exemple,dans les deux ans qui viennent,le temps tourne subitement plus au froid y compris en Été,viendront raconter que c est le réchauffement climatique qui est en cause et qui a perturbé les saisons alors qu'ils ne sont pas foutus de prévoir ce genre de variations normales,
    les "experts".
    Je suis allé voir en un clic la tronche de la " sociologue"eh bien en toute franchise elle m a fait effet de quelqu un qui ne quitte pas souvent les salons faux-derches et bien pensants,là où le léchage de génitaux est savamment entretenu pour décrocher divers titres,ce sont les seuls "experts" que je vois en tout cas,plombés dans leur complaisance envers les pouvoirs corrompus et par leur propre insignifiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo: le pb de ces gens là, c'est qu ils sont partout, d'une solidarité et d'un corporatisme exemplaires, alors ils ont pignon sur les medias et s accrochent comme la vérole sur le bas clergé, ils n'informent pas, ils " font " l'info, nuance de taille.

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      Je suis retourné lire un instant les propos de "l'experte sociologue" sur le Net et en fait je n ai trouvé que la copie de tous les poncifs inexacts véhiculés par les amibes bien pensantes de notre temps et qui plaisent tant au pouvoir en place.
      Si il suffit de ça pour être "expert"...
      ...à ce compte je vais recopier des oeuvres de Baudelaire,Rimbaud ou autres et pouvoir me prétendre poète auprès des niais.
      Ma démarche aurait au moins le mérite de collecter des choses de valeur même si ce n est que de la copie.

      Supprimer
  4. En un temps pas si lointain, l'éducation nationale s'appelait l'Instruction Publique.
    Pareillement, un journaliste s'appelait un Publiciste.
    Aujourd'hui un diplomate s'appelle Bernard Henri Levy et un Président Bonhomme Culbuto.
    Les valeurs s'effondrent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lepoilux: tout fout le camp et comme l'avait dit le président de l'assoce des journalistes accrédités auprès de l'Elysée, consterné par le niveau des questions posées à Culbuto: " Albert Londres doit se retourner dans sa tombe ".

      Supprimer
  5. Et pourtant il me semble bien que les propriétaires des dites médias sont très souvent des gens plutôt de droite (à part l'infâme Pierre Bergé). Alors si même les patrons ne sont pas foutus de maîtriser leurs personnels on n'est pas sorti le cul des ronces comme disait une vieille tante à moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jipé: y a Pigasse aussi ! Les patrons de presse n ont que peu d influence sur les écrits de leurs journalistes qui dépendent de la rédaction et à vrai dire, ils s en foutent à la limite, ce qui compte c'est que le journal leur rapporte d'une manière ou d une autre et soit rentable. et puis tu n as pas que la presse. Imagine l'énorme machine à influencer qu'est Radio France et France Télévisions, totalement aux mains de la gauche

      Supprimer
  6. Journaliste n'est plus un métier car il n'informe plus vraiment en France. Une presse officielle dont l'on sait que 80 % ont voté pour Hollande en 2012, est juge et partie et cela ne gêne personne dans ces journaux dont le mot extrême droite revient trop souvent pour que l'on croit encore en leur neutralité et en la vérité des informations données. Libération n'est que la Pravda d'un pouvoir aux abois qui n'a rien de neuf à proposer au pays! le vieux truc du FN arrive bien sur .. comme certaines affaires judiciaires .. Comme par hasard . Etonnant non à 4 mois des élections. N'y aurait-il pas des tentatives pour influencer l'électeur?
    Cela me rappelle curieusement un anti-sarkozysme latent,journalopté sans doute la aussi, fruit unique de l'extrême droite bien sûr!
    La presse (les 3/4) n'est plus qu'un organe de propagande pour un parti au pouvoir qui cherche à récupérer des voix.La Haine que diffusent ces gens de gauche vis à vis du FN(via la presse manifestement partie prenante dans ce cas précis) démontre tout le sectarisme et l'intolérance qui les guident préférant formater la tête de nos bambins à la manière des pires régimes totalitaires, capables d'accepter les pires dérives morales lorsque cela les arrange!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: pas pour un parti au pouvoir, ou disons plus pour un parti au pouvoir, les journalopes, massivement de gauche, sont au service d une idéologie, si le pouvoir est à gauche, elle le soutient, si il est en déliquescence comme c'est le cas en ce moment ou de droite, elle le défoncera par tous les moyens: cf les années Sarko

      Supprimer
  7. bonjour Corto

    ça calimerote fort chez nos journaleux, pov choux on est trop méchant
    françois

    RépondreSupprimer
  8. Annie

    Ce matin, sur R T L, il y avait un débat avec un très, très bon journaliste du Figaro : Guillaume Roquette face au nullisime nicolas domenach gaucho. On retrouve le débat sur "je suis stupide..." On en trouve un peu de droite, mail il faut vraiment qu'ils soient excellents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mouais,G Roquette qui est le faire valoir de droite au 28 minutes de la très gaucho Elisabeth Quin et son pote Asko,bien molasson le monsieur.Peut être efficace ce matin en face de cette merdouille ricanante de Doménach,mais à 28'on ne voit plus la couleur de son pinard tellement il y a mis d'eau

      Supprimer
    2. Pourquoi cette pseudo-experte ne se pose-telle pas la question ?
      Mais, très simple, mon cher Corto, très simple, n'est-il pas ?
      Se poser la question c'est y répondre. Et comme elle connait la réponse, elle veut éviter de devoir la communiquer, ce qui reviendrait à se tirer une balle dans le pied ; voire dans les deux. Et n'est pas Culbuto qui veut !!! ;)

      Supprimer
    3. @Annie et Zen Aztec: Roquette est pas mauvais, ces édito ds le Figaro sont assez souvent au vitriol contre la gauche et de surcroît bien écrits, par contre, j ai noté aussi que sur un plateau Tv, il était nettement plus soft. Mais le gars est bien, enfin, je pense.

      Franzi: bien sur qu elle le sait mais tu sais elle est un peu comme la gauche au pouvoir depuis 2012, ils se prennent le mur des réalités dans la tronche , de là à le reconnaître...

      Supprimer
  9. Ayons une pensée émue pour ces pauvres commissaires politiques... ha! on me dit dans l'oreillette qu'ils préfèrent le terme journalistes? Donc ces braves gens qui ont le monopole de la pensée dans les journaux, sur les ondes et les plateaux de télévision, et qui demeurent largement majoritaires en temps de parole, ne peuvent tolérer que d'autres qu'eux puissent avoir une liberté d'expression...Ben voyons donc!
    Il est vrai que dire du mal de Cohen ou d'Aram (deux beaux spécimens de France Inter)
    c'est po bô! Passqu'eux c'est les gentils qui nous disent comment faire pour aimer le vivre ensemble et bien baisser notre froc devant tout ce qui peut abaisser notre pays

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GfB: la liberté d expression elle est à géométrie variable, comme le 2p2m.

      Supprimer
  10. Un site que je consulte régulièrement : L'Observatoire des Journalistes et des Médias,
    a fait une excellente page de portraits de journalistes :
    http://www.ojim.fr/portraits/
    Si on veut s'informer et lire des articles intelligents il vaut mieux fréquenter la ré-infosphère, que les fascistes de gauche appellent la fachosphère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @geneviève: je le lis régulièrement. J'avais fait un billet, ya assez longtemps tiré d un article lu surojim, les gauchistes m étaient tombés dessus: c'est un site facho ! donc pas crédible

      Supprimer
  11. Quelques avis éclairés
    Karl Kraus « ne pas avoir d’idées et savoir les exprimer : c’est ce qui fait le journaliste. »
    « La presse est une école d’abrutissement parce qu’elle dispense de penser. » Flaubert
    sur la presse, le journalisme et les journalistes
    Beaumarchais qui trouvait que « La sottise et la vanité sont compagnes inséparables » et Montaigne qui affirmait que : « il n’est cru si fermement que ce qu’on sait le moins, ni gens si assurés que ceux qui nous content des fables »
    "Dans un pays ou l'Etat est le seul employeur, toute opposition signifie mort par inanition. L'ancien principe : qui ne travaille pas ne mange pas, est remplacé par un nouveau: qui n'obéit pas ne mange pas." - Léon Trotski (1937)
    « Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution » - Salvador Allende
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  12. Les journalistes ont perdu toute crédibilité, à de rares exceptions près, infatués d'eux même, n'informant pas, mais désinformant, voulant rééduquer tant ils sont certains de détenir la vérités, passant sous silence ce qui les dérange. A l'époque d'internet où l'information circule librement, ces attitudes sont mortelles pour eux, car le pékin moyen voit que le roi est nu. Leur modèle est mort, ils sont moribonds, mais ils ne s'en aperçoivent pas. L'état de la presse française devrait pourtant leur ouvrir les yeux.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @le Nain: l essentiel du désappointement de cette journaleuse est en grande partie due, effectivement, à internet: tu pense le citoyen peut maintenant s informer par lui même, fouiller et s apercevoir du nombre de conneries débitées par ces journaleux, sans compter ce qu ils taisent volontairement. L'affaire Bejach de ces deerniers jours en est un parfait exemple

      Supprimer
  13. Pourquoi ils ne nous parlent pas de ça nos bon, tres bons, excellents journalistes?

    http://www.delitdimages.org/magouilles-de-youssoufi-toure-lancien-president-de-luniversite-dorleans/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GfB: une rapide recherche sur Googl et tu t aperçois que les médias, petits, il va de soi, en ont parlé. Mais tant qu une affaire ne passe pas au JT de TF1 ouFrance 2...

      Supprimer
  14. Oui très rigolo son article,elle oublie que les subventions qu'elle reçoit lui permettent de ne pas pointer chez popaul et auxquelles à leur corps défendant la "fachosphère" participe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zen aztec: subventions et sans oublier ce fabuleux autant que scandaleux abattement fiscal dont bénéficient les journalistes

      Supprimer
  15. Corto, nous avons depuis deux jours un bel exemple du savoir-faire de nos journalistes français. Mi-décembre, Christophe Bejach, co-fondateur de Terra Nova et ex-conseiller d'Arnaud Montebourg lorsque celui-ci était ministre, a été condamné en Grande-Bretagne pour pédophilie. Les charges sont lourdes et indiscutables. Aucun de nos journaux, habituellement si prompts lorsqu'il s'agit de confondre les hommes d'église, n'en a parlé. C'est Fdesouche qui a relayé hier l'information publiée dans la presse britannique -le Daily Mail ou l'Evening Standard. Aussitôt, la presse française, Libération ou le Lab d'Europe1, plutôt que faire son autocritique, accuse la prétendue fachosphère d'utiliser l'information pour éclabousser Montebourg. Et camoufle ainsi l'information principale derrière un rideau de fumée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Noix Vomique: oui, j ai suivi cette histoire, bel effort du Huff, du Laab et de Libé pour transformer une sordide affaire en lynchage de la fachosphère.
      Imagine si un ex conseiller de Sarko, Fillon ou Le Pen avait été ainsi condamné... Journalopes, nous sommes d'accord !

      Supprimer
  16. Extrait "Les nouveaux chiens de garde" de S. Halimi, ed. Liber-Raisons d'agir, 1997
    Que devient alors le journalisme ?

    "Les journalistes perdent de leur autorité. Ils ne sont plus seuls à « raconter le monde ». Ils ne sont plus seuls à disputer aux pouvoirs le privilège de définir l’ordre du jour de l’actualité. La hiérarchisation des nouvelles leur échappe de plus en plus. En tant qu’analystes, ils tendent à s’effacer, laissant la place aux experts, qui s’expriment sur des blogs. Les journalistes sont de moins en moins présents, enfin, comme témoins privilégiés des événements. Le réseau est désormais inondé de témoignages et d’images en provenance directe du terrain."

    RépondreSupprimer
  17. Un bot-journaliste coûte 40 000 euros par an aux contribuables français. Un statut d’hyper-fonctionnaire, une fiscalité en or.

    Le rapport de la Cour des Comptes de 2013 révèle que le plan d’aide à la presse est estimé à 5 milliards € pour la période 2009-2011, si on prend en compte le total des aides directes et indirectes. Le Monde : 18,5 millions par an, le Figaro : 17,3 millions € et Libé : 7,9 millions €.

    5 milliards € pour 40 000 journalistes pendant trois ans, cela revient à subventionner chaque journaliste pour un montant d’environ 40 000 €. Plus l’abattement fiscal de 7 650 € dont bénéficient les heureux journalistes "embedded".

    Finalement, la presse française est une presse d’État, une presse de ponctionnaires. La presse la plus subventionnée de toute l’UE. On comprend pourquoi les couples journalistes-politiques ne sont pas une espèce en voie de disparition.

    RépondreSupprimer
  18. Subventions que les médias reçoivent de l’état pour vous désinformer :
    Le Figaro : 16 179 637 €
    Le Monde : 16 150 256
    Aujourd’hui en France :11 997 569
    Ouest France : 10 443 192
    La Croix : 10 435 028
    Télérama : 10 105 985
    Libération : 9 832 531
    L'Obs : 8 284 007
    Télé 7 jours : 6 947 010
    L’Humanité : 6 898 645
    L’Express : 6 349 770
    Télé Star : 5 001 215
    Paris Match : 4 965 561
    Le Point : 4 658 889
    Le Nouvelle République du Centre : 4 594 863
    La Dépêche du Midi : 4 399 649
    Télé Loisirs : 4 389 023
    Sud-Ouest : 4 075 490
    Les Echos : 4 039 648
    Le Parisien : 3 971 527
    Le Progrès : 3 956 623
    Le Dauphiné Libéré : 3 753 737
    Le Petit Quotidien : 3 619 856
    Télé Z : 3 574 651
    L’Equipe : 3 449 962
    Mon Quotidien : 3 383 765
    La Montagne : 3 330 890
    TéléCable Satellite Hebdo : 3 170 247
    Femme Actuelle : 2 876 255
    Nice Matin : 2 748 468
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/06/aides-a-la-presse-qui-touche-le-plus_4411883_4355770.html#partie1


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SD: Moi Président, je supprimerai en 5 ans toutes les aides a la presse

      Supprimer
  19. Un journaliste est au pouvoir en place ce que la prostituée est au proxénète .
    Avec Libé on ne peut même pas envelopper le poisson ou s'en servir comme papier toilette .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude Henri : un torchon que nous subventionnons à hauteur de 10 millions dd euros ! tout de même

      Supprimer
  20. Au-delà des réactions que peuvent provoquer chez un lecteur sain les divagations de cette auteuse, la question de fond demeure: comment faire le ménage dans les radios et chaînes publiques, en cas de changement de gouvernement..?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @BlaisedeMontluc

      A mon avis,le citoyen doit se réveiller et faire le ménage en boycottant les infos télé,radio et Presse écrite.
      Ces parasites cessent ainsi d'exister,à quoi servirait t il au pouvoir en place de subventionner des gens qui auraient sombré dans l anonymat?

      Le boycott,une arme terrible et qui fait peur mais les individus n ont pas conscience du pouvoir qui est le leur en tous domaines.

      Supprimer
    2. Blaise: Comment ? en ayant pas peur des syndicats et des... médias, si tel était le cas privatiser un maximum et rationnaliser parce que quand on voit le nombre de différentes chaines et radio publiques, c'est du délire

      Supprimer
  21. Des incompris, eux seuls connaissent la vérité, les derniers apôtres.
    Je ne vais pas plus loin sinon, je vais devenir injurieux.

    RépondreSupprimer
  22. Ce terme est loin d'être récent : https://www.youtube.com/watch?v=A9EpQeX9mmg

    RépondreSupprimer
  23. Les Degauche journalistes devraient,au contraire,saluer la remarquable inventivité et la verve des conservateurs-réacs-fascistes-nazis: Mediacrasseux..Merdias..Mediature journalope...

    Mazette! un jour,nous passerons directement de la case Journalophobes bons pour l'asile à la case diffamation des journalopes avec terminus devant la XVII ème chambre correctionnelle.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vendemiaire: Un jour ? ben mezavi qu il n y aura pas a attendre longtemps

      Supprimer
  24. Dans une interview de Collard par une "journaliste" dont je n'ai pas retenu le nom, celle-ci déplore que le FN s'adresse directement au peuple via le Net en particulier plutôt que via la presse (écrite ou audio-visuelle) parce qu'alors "le message ne peut plus être brouillé".
    Inutile de dire que Collard, jubilant, en fait alors des tonnes sur ce brouillage avoué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Isabelle C: terrible lapsus que j ai entendu aussi

      Supprimer
  25. La "bolchocrassie journaleuse" dans toute sa splendeur.
    Quand je pense que quelques décennies en arrière on se faisait plaisir à aligner sur la même table de lecture de l'état major Libé, le fig et son mag et le répu lorrain. Il est vrai que les pages de l'aberration n'étaient pas les plus tournées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Dragon: moi je me souviens que jeune, acheter Libé était presque un acte de rebellion, aujourd'hui, bof, tout juste bon a allumer le feu :)

      Supprimer
  26. tonton flingueur7 janv. 2017 à 01:25:00

    c'est curieux ce ne serait donc que du fait de la " fachosphère " ? enfin d'après cette " auteuse, auteure " ? ce n'est pas bien d'oublier les petits copains du camp comme il faut.. . il suffit de jeter un oeil sur youtube et de taper " groland journalope " pour mater un épisode au vitriol sur ce beau métier et portant tout particulièrement sur la gent féminine de cette confrérie et la manière toute parti-cul- ière de se hisser au sommet a la force du poignet ( enfin quand je dis poignet, d'autres parties anatomiques sont aussi très utiles ) , et je supposes, mais je me peus me tromper que les gus de caca+ sont au premières loges pour observer ce manège, cet épisode date d' au moins une bonne quinzaine d'années, je ne crois pourtant pas ( et je peus encore me tromper...) que groland et ses acolytes aient jamais été catalogué " nauséabonds " ?
    enfin, bon, laissons ces caliméros chouiner sur la perte de leur influence, qu'ils ont eux meme provoqués a force de compromissions, de lachetés, de servilités, de mensonges éhontés, de refus de la réalité, tiens pour utiliser un mot a la mode, de stigmatisation du beauf souchien, catho, réac, raciste, islamophobe, sexiste, intolérant, j'en oublies surement... comme dirait l'autre, leurs états d'ames, ca m'en touche une sans faire bouger l'autre... j'ai le plus grand respect pour les tapineuses qui exercent dans la rue, la plupart n'ont pas eu le choix, c'était ca ou crever de faim, mais ces putes de luxes, qui osent se nommer journalistes, gavés au petits fours et toujours prets s'avilir pour garder leurs gamelles et leurs privilèges de caste supérieure me débectent eu plus haut point, vous etes colères? changez de métier et allez exercer dans la rue ce pourquoi vous etes naturellement doués, vous rendrez service a tout le monde et pour une fois vous serez vraiment utiles...

    RépondreSupprimer
  27. Ce syndrome de Caliméro parfaitement étalé dans cet article de Juliette Deborde est symptomatique de la frustration de cette corporation qui, depuis l'avènement des réseaux sociaux et plus généralement de l'internet, se voit contestée dans son monopole d'information. En clair, elle souffre de ne plus être l'indiscutable et incontestable incarnation d'un cliché à l’instant "T" du monde qui nous entoure.
    Alors elle se défend comme elle peut, désignant les boucs émissaires comme un médecin charlatant remplirait une ordonnance de Doliprane et autres Paracétamol à un cancéreux en phase terminale.
    Cette espèce d'arrogance journalistique qui dégouline tout au long de cet article sonne comme un baroud d'honneur pour une profession qui n'a que trop usé de ce statut "d'incontestable narrateur du monde".
    Aujourd'hui, le citoyenternaute nauséabond dispose de biscuits qu'il n'avait pas autrefois, et il s'en sert, l'enc... !
    Et il dénonce tout le con, même la connivence politico/journalistique !
    Comme je l'ai écrit dernièrement chez moi, il suffit de se rendre devant les portes de l'Hotel Crillon les derniers mercredi de chaque mois (Diner du Siècle) pour avoir une idée claire de cet "entre-soi" mondain, et des salauds de "sans dents" qui le dénoncent.

    «Il faudra s’attacher à restaurer l’indépendance de la presse écrite et audiovisuelle : le fait que les grands groupes de médias appartiennent à des sociétés en étroite relation avec l’État (armement, BTP) pose un vrai problème de liberté ; une loi interdira cette possibilité», dit Marine Le Pen...
    Juliette Deborde s'en étouffe ? Qu'elle aille dans le caisson d'oxygène et qu'elle y reste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eric: C'est vrai que internet est le fossoyeur de la presse ecrite, normal que ces caliméros de pacotille s’émeuvent de ne plus être dépositaire du "savoir "

      Supprimer
  28. Je (re)paye uniquement pour V.A. et Causeur, et l'Opinion (qui vit sans subvention, crois-je savoir, je ne le repaye donc pas) une fois de temps en temps. C'est mal. C'est très très mal -il me sera beaucoup reproché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Al West: pour quoi ? y a pas de mal a se faire du bien surtout en achetant VA ou Causeur ( L Opinion, je le trouve trop austère )

      Supprimer
  29. Lors d'une de ses conférences (https://www.youtube.com/watch?v=ek9ByPElwgY), Viktor Dedaj compare le journaliste à un boucher. Si ce dernier vous vend de la viande avariée, il perd sa clientèle et risque des sanctions. Par contre le journaliste pourra raconter n'importe quoi, jamais il ne sera inquiété; même s'il perd de l'audience, il sera subventionné.
    L'élection de Trump a été très révélatrices. TOUS les journalistes "autorisés" se sont plantés. Et personne, sauf Brunet sur RMC, n'a fait son mea culpa. Non seulement ils ne sont pas capables de faire leur métier correctement (commenter la réalité), mais en plus ils s'érigent en maîtres à penser et en inquisiteurs, rôle qu'on ne demande même pas au Pape.
    Ils nous saoulent avec leur extrême drouate et leur fachosphère à la con. Qu'ils commencent à faire leur auto-critique avant d'insulter tous ceux qui ne pensent pas comme eux, c'est-à-dire l'immense majorité d'entre nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jef Koone: a propos des sondages de la primaire de la droite et de l'élection de Trump qui se sont tous plantés, un journaliste de BFM, ce matin,disait que c'était parce que les gens ne savaient pas les interpréter, le même qui pronostiquait une victoire de Juppé et de Trump auparavant. Bouffon !

      Supprimer
  30. De journalope ou de fachiste, quel est le plus injurieux? L'un est certainement une insulte, l'autre peut être considéré comme un mensonge ou une erreur. Je suis en train de lire "Chronicles of Wasted Time" de Mulleridge, qu'on pourrait baptiser "Mémoires d'un journalope repenti". Que craint exactement la gauche bien pensante? De s'être trompé dans les grandes largeurs?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen