lundi 24 avril 2017

Voter Macron au second tour ? Et puis quoi encore !

Résultat de recherche d'images pour "Résultats Macron Le Pen"

Ainsi donc, le deuxième tour de cette élection verra s'affronter Macron et Marine Le Pen. Macron arrive en tête avec 24,01% des suffrages exprimés (à peine 18% des inscrits), MLP avec 21,30% (à peine 16% des inscrits. Autrement dit, 76% des Français ayant voté n'ont pas voulu de Macron, 79% n'ont pas voulu de MLP, vraiment pas de quoi pavoiser !

Fillon se rétame mais, selon moi, ne s'en tire pas si mal avec 20% des suffrages exprimés malgré les affaires opportunément déclenchées, le lynchage médiatique impressionnant dont il a été victime et le soutien a minima des ténors de son camp. Mélenchon fait une belle performance: 7 millions d'électeurs ! 7 millions d'irresponsables sous le charme d'un tribun aussi éloquent que dangereux pour notre pays.

Pour une fois, les sondagiers ne se sont pas plantés sauf Filteris qui, sans être sur les mêmes techniques, nous laissait un petit espoir...

Alors que penser de tout cela ?

Que 24% Français sont assez couillons pour avoir mis en tête de cette élection une pure construction médiatique, le chouchou des médias, un homme qui n'a aucune réelle expérience du pouvoir et des responsabilités présidentielles, un homme qui nous demande de "penser printemps", un homme qui aura dit être d'accord avec tout le monde, son contraire mais en même temps, le gars qui, avant d'être son ministre, a conseillé un Président dont la réussite exemplaire et l'impopularité ne lui ont même pas permis de se représenter ! Ces 24% de Français sont de grands malades ! Le très probable futur Président sera un inconnu du grand public, des grands de ce monde, un homme dont on a aucune idée de la manière dont il pourra réagir en cas de crise sérieuse.

Marine Le Pen est en deuxième position mais avec un résultat, en pourcentage, inférieur aux prévisions et au socle électoral auquel elle nous avait habitué. Sans doute quelques uns de ses électeurs ont-ils été flirter avec Fillon, Dupont-Aignan et Mélenchon.

Fillon avait toutes les qualités requises pour le job mais il n'arrive qu'en 3ème position, une déception certes mais tant pis, il n'avait qu'à mieux se défendre et éviter de faire des promesses qu'il n'a pas tenues. De surcroît, qu'avait-il à appeler à voter Macron dans son sinistre discours de défaite ? Le voilà qui, pendant des mois et des semaines, a combattu les socialistes et le pouvoir en place et le voilà donner quitus à l'un des responsables de la merde dans laquelle nous sommes. Il eut pu se contenter d'un ni-ni et laisser les électeurs décider d'eux-mêmes. Il en va de même pour toute la clique dite de la droite et du centre qui, à de rares exceptions près et dans l’heure qui a suivi les résultats, se sont rangés comme un seul homme "mais pas de gaieté de cœur" derrière le représentant de la finance, de la mondialisation, des migrants, de la diversité heureuse, de l'immigration, des médias; bref, derrière l'un des plus beaux fleurons de la gauche caviar et de la France d'en haut, cette France dont certains nous annonçaient le crépuscule... Chez Les Républicains, les couteaux sont tirés, ses dirigeants vont sans doute nous régaler avec leurs crises d'ego boursouflés; pour la plupart, ils furent lamentables durant cette campagne, le ridicule ne tue pas, c'est bien là leur chance. La quasi totalité de ses gens-là vont en appeler au sursaut démocratique et au Front Républicain et celui-ci fonctionnera certainement: Marine Le Pen sera certainement battue. Ils n'ont maintenant plus qu'une idée en tête limiter les dégâts lors des législatives à venir et assurer la gamelle. Je souhaite bien évidemment lors de celle-ci une victoire des idées dont je me sens le plus proche, nous verrons... Mais si d'aventure, la Macronie devait l'emporter - ce qui n'est pas exclu - les pontes LR n'auront qu'à s'en prendre à eux-mêmes. Ils avaient un boulevard devant eux, ils sont aujourd'hui dans une impasse...

Hamon a le seul résultat qu'il pouvait espérer; il ne représentait que les Frondeurs du parti socialiste, son score correspond donc à ce que, peu ou prou, ils furent.

Hollande, égal à lui-même, vient, dans une allocution foireuse, d'annoncer qu'il voterait Macron et demande aux Français de faire de même: La République est en danger, le FN est aux portes du pouvoir !... Alors qu'il sait très bien qu'il ne passera pas. "Unité de la Nation " qu'il a dit alors que celle-ci n'a jamais été aussi divisée socialement, économiquement et politiquement: Tartufe un jour, Tartufe toujours !

Et votre serviteur dans tout cela ? Ben, il est bien embêté mais il ne voulait pas réagir à chaud et a donc du attendre d'être tiède... Je voterais bien Macron car, après tout, j'ai soutenu Sarko et Sarko a perdu. J'ai soutenu Fillon et Fillon, dans les circonstances que l'on sait, a perdu. Alors voter Macron, si ça pouvait lui porter la poisse, j'dis pas.

Et bien non ! J'ai un minimum de cohérence. Je ne peux, au non d'un Front Républicain qui n'a pas besoin de ma voix pour l'emporter, me résoudre à voter pour le représentant de tout ce que j'exècre et que j'ai combattu autant que possible depuis 5 ans. Fuck la Socialie un jour, Fuck la Socialie toujours et donc, Fuck la Macronie !

Comme dirait l'autre, l'abstention n'est pas dans mes gênes et je n'aime pas la pêche, j'irai donc voter le 7 mai, trop de gens se sont battus pour que l'on ait ce droit et ce qui me semble être un devoir. Le 7 Mai, j'irai donc voter pour Marine Le Pen même si je suis contre 80% de ses propositions et porte en horreur bon nombre de ses fantassins, elle sera lors de ce second tour le candidat qui sera le plus proche de mes valeurs et de l'idée que je me fais de la France. N'est-ce pas ce qui ne faisait soutenir Sarko puis Fillon ?

Elle ne gagnera pas, nous le savons, mais je souhaite, sans la soutenir autrement que par un vote de circonstance anti-Macron et un vote de colère envers Les Républicains, que son score soit le plus haut possible. Ce sera un bon début pour commencer à niquer la Macronie et qui sait donner le coup de pied au cul nécessaire et indispensable aux LR pour qu'ils réalisent que la politique, c'est autre chose qu'une gamelle bien remplie et des ego boursouflés.

Ainsi soit-il !

Folie passagère 3520.
Résultat de recherche d'images pour "Photo Hollande devant la télé résultat élection"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 22 avril 2017

Les aventures de Corto à la gare du Nord...

Quand je prends le train de banlieue, je suis sûr et certain que j'aurais quelque chose à raconter en rentrant.

Revenant d'un sympathique déjeuner entre blogueurs, j'arrive donc gare du Nord et tout de suite je sens qu'un truc bizarre a du ou est en train de se produire. L'ambiance est inhabituelle. Côté grandes lignes, je vois plusieurs valises par terre sans personne autour. Au loin, un bruit bizarre, de l'agitation, des cris. Je vois des flics courir, quelques uns l'arme au poing. Mais que se passe-t-il donc ? Hélas rien que du désormais presque habituel: un divers à la peau pas franchement blanche, à la différence de la calotte qu'il portait sur la tête, a voulu, armé d'un grand couteau, s'attaquer aux gendarmes et policiers qui vadrouillaient. Plus de peur que de mal: Le mec a été séché par terre par la police qui hélas n'a pas eu l'opportunité de le zigouiller. Après quoi, ils l'ont emmené au poste. Fin de l'histoire... quelques images et un petit film...

 



Bref... me voici pouvant enfin prendre mon train de retour direction Persan-Beaumont. Comme d'habitude, il est bondé. J'ai la chance néanmoins de trouver une place assise. Je m'y pose donc. Le train part. Je m'aperçois au bout de cinq bonnes minutes que debout, à côté de moi, dans le couloir, se tient un couple. La trentaine environ et visiblement amoureux. Elle est voilée, lui barbu. Je réalise que la jeune femme est enceinte jusqu'au cou. Vu la grosseur de son ventre, je me demande même comment je n'ai pas pu le voir plus tôt... N'écoutant que mon grand cœur et parce qu'on m'a inculqué quelques règles élémentaires de savoir-vivre, avec un beau sourire, je me lève et propose à la femme de prendre ma place. Elle me rend la politesse en me faisant elle aussi un joli sourire, sourire limité néanmoins à l'espace que son voile autorisait. Elle s'adresse alors à son barbu et lui dit rapidement quelques mots en arabe, du moins le supposais-je. 

Et là, je vous le donne en mille... C'est le barbu qui va s’asseoir à ma place ! 

Passé un bref instant de surprise et rassemblant tout mon courage (on ne sait jamais, des événements récents me laissent à penser que ces gens-là ont parfois des couteaux avec eux), je m'adresse au barbu et lui fait remarquer poliment mais fermement (à ce moment là, j'ai bombé le torse et me suis bien redressé afin de paraître plus costaud) que c'est à la dame, parce qu'elle était enceinte, que je cédais ma place et non à lui puisqu'il semblait en pleine forme. Et bien vous le croirez peut-être pas mais il a fallu palabrer un moment pour obtenir gain de cause. 

Gain de cause que j'ai obtenu puisque le barbu a finalement accepté de se lever et de me rendre ma place... puisqu'il était arrivé à sa destination ! 

Nous nous sommes donc quittés, naturellement sans un au revoir; lui se contentant de m'adresser des borborygmes dont je ne doute pas un instant qu'ils étaient sympathiques. Inutile de vous dire que tout aussi naturellement, personne n'a bronché mais que tout le monde a tourné les yeux ailleurs... 

Quelle aventure, n'est-il pas... 

Ce monde part en couilles, je vous le dis ! 

Sur ce bonne soirée, même, et encore pour quelques jours, en Socialie...


Folie passagère 3519
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 21 avril 2017

3 Possibilités, 3 risques, votez donc Fillon !


Il ne vous reste donc plus que François Fillon ! Simple.

Nb: pas de billet demain pour cause de déjeuner à Paris avec les copains-blogueurs...

Folie passagère 3518

Résultat de recherche d'images pour "Fillon Président"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


Christophe Barbier sous le charme d'Emmanuel Macron...

Résultat de recherche d'images pour "christophe barbier macron"

Hier soir, encore l'horreur d'un attentat islamiste. A la télévision, les uns après les autres, les candidats passent leur dernier grand oral avant le premier tour.

Chacun devait amener un objet qu'il emporterait à l'Elysée s'il était élu.

Dans les loges, les candidats ont appris la triste nouvelle: 1 policier tué sur les Champs Elysées.

C'est au tour de Macron. Il arrive sans objet. Il a laissé son livre de grammaire d'antan car, nous dit-il en substance, l'heure n'est pas à ce genre de gadget. Il faut penser à la victime et à ces policiers courageux. La France a été encore une fois victime d'un attentat terroriste, il faut lutter contre le terrorisme, la laïcité est une arme contre cette folie et blablabla... Puis l'entretien démarre avec le Pujadas et la Salamé. Du désormais classique, du Macron habituel, tout et son contraire, d'accord avec tout mais en même temps...

Et ce matin, les bras m'en tombent, sur BFM on parle de cet attentat; Christophe Barbier a eu la révélation et déclare, sans rire, le plus sérieusement du monde: " Hier soir, Emmanuel Macron a montré qu'il était vraiment à la hauteur de l’événement " !

Et personne ne moufte.

Folie passagère 3517
Résultat de recherche d'images pour "christophe barbier macron"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 20 avril 2017

Quand Alexis de Tocquevile pulvérise Mélenchon et tous ceux qui se réclament du socialisme



Via Aristide, Ci dessous, discours d'Alexis de Tocqueville prononcé le 12 septembre 1848 devant l’Assemblée Constituante, assemblée chargée précisément d’établir une nouvelle Constitution après la révolution de février qui avait chassé Louis-Philippe ou " Comment pulvériser façon puzzle tous ceux qui se réclament du socialisme ". A méditer à quelques heures du premier tour de l'élection présidentielle...

" Si je ne me trompe, messieurs, le premier trait caractéristique de tous les systèmes qui portent le nom de socialisme, est un appel énergique, continu, immodéré, aux passions matérielles de l’homme. 

C’est ainsi que les uns ont dit qu’il s’agissait de réhabiliter la chair [Saint-Simon] ; que les autres ont dit qu’il fallait que le travail, même le plus dur, ne fut pas seulement utile, mais agréable ; que d’autres ont dit qu’il fallait que les hommes fussent rétribués non pas en proportion de leur mérite, mais en proportion de leurs besoins [Cabet] ; et enfin, que le dernier des socialistes dont je veuille parler est venu vous dire ici que le but du système socialiste et, suivant lui, le but de la révolution de Février, avait été de procurer à tout le monde une consommation illimitée [Proudhon].

J’ai donc raison de dire, c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte, mais toujours continue, aux principes mêmes de la propriété individuelle. Depuis le premier socialiste qui disait, il y a cinquante ans, que la propriété était à l’origine de tous les maux de ce monde [Babeuf], jusqu’à ce socialiste que nous avons entendu à la tribune et qui, moins charitable que le premier, passant de la propriété aux propriétaires, nous disait que la propriété était un vol [Proudhon], tous les socialistes, tous, j’ose le dire, attaquent d’une manière directe ou indirecte la propriété individuelle.
(...)
Voici le troisième et dernier trait, celui qui caractérise surtout à mes yeux les socialistes de toutes les couleurs et de toutes les écoles, c’est une défiance profonde de la liberté, de la raison humaine ; c’est un profond mépris pour l’individu pris en lui-même, à l’état d’homme ; ce qui les caractérise tous, c’est une tentative continue, variée, incessante, pour mutiler, pour écourter, pour gêner la liberté humaine de toutes les manières ; c’est l’idée que l’Etat ne doit pas seulement être le directeur de la société, mais doit être, pour ainsi dire, le maître de chaque homme - que dis-je ! son maître, son précepteur, son pédagogue ; que, de peur de le laisser faillir, il doit se placer sans cesse à côté de lui, au-dessus de lui, autour de lui, pour le guider, le garantir, le retenir, le maintenir ; en un mot c’est la confiscation, comme je le disais tout à l’heure, dans un degré plus ou moins grand, de la liberté humaine ; à ce point que si, en définitive, j’avais à trouver une formule générale pour exprimer ce que m’apparait le socialisme dans son ensemble, je dirais que c’est une nouvelle formule de la servitude.
(...)
Et enfin, messieurs, quant à la liberté, il y a une chose qui me frappe, c’est que l’Ancien Régime, qui sans doute, sur beaucoup de points, il faut le reconnaitre, était d’une autre opinion que les socialistes, avait cependant, en matière politique, des idées moins éloignées d’eux qu’on ne pourrait le croire. Il était bien plus près d’eux, à tout prendre, que nous. L’Ancien Régime, en effet, professait cette opinion que la sagesse seule est dans l’Etat, que les sujets sont des êtres infirmes et faibles, qu’il faut toujours tenir par la main, de peur qu’ils ne tombent ou ne se blessent ; qu’il est bon de gêner, de contrarier, de comprimer sans cesse les libertés individuelles ; qu’il est nécessaire de réglementer l’industrie, d’assurer la bonté des produits, d’empêcher la libre concurrence. L’Ancien Régime pensait sur ce point, précisément comme les socialistes d'aujourd’hui. Et qu’est-ce qui a pensé autrement, je vous prie ? La Révolution française.

Eh quoi ! messieurs, tout ce grand mouvement de la Révolution française n’aurait abouti qu’à cette société que nous peignent avec délices les socialistes, à cette société réglementée, réglée, compassée, où l’Etat se charge de tout, où l’individu n’est rien, où la société agglomère en elle-même, résume en elle-même toute la force, toute la vie, où le but assigné à l’homme est uniquement le bien-être, cette société où l’air manque ! où la lumière ne pénètre presque plus. Quoi ! ce serait pour cette société d’abeilles et de castors, pour cette société plutôt d’animaux savants que d’hommes libres et civilisés, que la Révolution française aurait été faite !
(...)
Non, messieurs, la démocratie et le socialisme ne sont pas solidaires l’un de l’autre. Ce sont des choses non seulement différentes mais contraires. Serait-ce par hasard que la démocratie consisterait à créer un gouvernement plus tracassier, plus détaillé, plus restrictif que tous les autres, avec cette seule différence qu’on le ferait élire par le peuple et qu’il agirait au nom du peuple ? Mais alors, qu’auriez vous fait ? sinon donner à la tyrannie un air légitime qu’elle n’avait pas, et de lui assurer ainsi la force et la toute puissance qui lui manquaient. La démocratie étend la sphère de l’indépendance individuelle, le socialisme la resserre. La démocratie donne toute sa valeur possible à chaque homme, le socialisme fait de chaque homme un agent, un instrument, un chiffre. La démocratie et le socialisme ne se tiennent que par un mot, l’égalité ; mais remarquez la différence : la démocratie veut l’égalité dans la liberté, et le socialisme veut l’égalité dans la gêne et la servitude.
(...)
La Révolution française, je vous l’ai déjà dit, n’a pas eu la prétention ridicule de créer un pouvoir social qui fit directement par lui-même la fortune, le bien-être, l’aisance de chaque citoyen, qui substituât la sagesse très contestable des gouvernements à la sagesse pratique et intéressée des gouvernés ; elle a cru que c’était assez remplir sa tâche, que de donner à chaque citoyen des lumières et de la liberté.

Elle a eu cette ferme, cette noble, cette orgueilleuse croyance que vous semblez ne pas avoir, qu’il suffit à l’homme courageux et honnête d’avoir ces deux choses, des lumières et de la liberté, pour n’avoir rien de plus à demander à ceux qui le gouvernent."


Ce soir, si vous en avez le courage, regardez dans la lucarne les candidats de gauche exposer leurs idées... et repensez à ce texte...

Résultat de recherche d'images pour "Alexis de tocqueville"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 19 avril 2017

Après ses propos sur Sens Commun, aucun doute, Juppé aurait fait un parfait macronien

Résultat de recherche d'images pour "Juppé ,Macron"

Bon, ça, c'est fait: Par deux fois Nicolas Sarkozy a montré qu'il soutenait " sans état d'âme " Fillon et que toute la famille devait se mobiliser et voter pour lui dimanche; par deux fois Juppé, service minimum, a lui aussi confirmé qu'il soutenait Fillon. Pour le premier, je pense son soutien sincère même si nous ne sommes pas dupes: Ne pas soutenir Fillon, c'était prendre le risque, s'il n'était pas élu, qu'on lui fasse porter une partie de la responsabilité de l'échec; le soutenir, en cas de victoire, il aura été là et pourra toujours se prévaloir d'avoir sa part dans cette victoire.

Pour le second Juppé, je suis plus sceptique. A vrai dire, je n'ai jamais pu le piffer mais bon, on ne choisit pas sa famille, on fait avec. Son soutien n'est que de façade, il n'aime pas Fillon et Fillon ne l'aime pas. Entre deux marques de soutien, voilà le Juppé faire une sortie sur Sens Commun: " Je ne soutiendrais pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens commun. C'est simple, je serai dans l'opposition! " et son acolyte Bussereau de renchérir juste après: " L'arrivée de Sens Commun au sein du parti Les Républicains a été une erreur,sa présence dans un Gouvernement serait une faute. " Non mais de quoi je me mêle ?

Mais de quels mauvais germes serait donc porteur Sens Commun pour qu'ils soient tant à vilipender ce mouvement. Pour les gauchistes (média y compris), je peux comprendre, issus de la Manif Pour Tous, les gens de Sens Commun sont de vilains homophobes, réactionnaires, conservateurs, cathos pour une bonne partie et contre l'égalité pour tous. Mais pour les gens de droite et du centre (laïcards et Franc-Maçons non inclus) ? 

Sens Commun ne porte-t-il pas une bonne partie des valeurs de la droite et ne sont-ils pas attachés aux mêmes choses que l'essentiel des gens qui soutiennent Fillon ou qui soutinrent Sarkozy ? Il sont pour la préservation de la famille traditionnelle, ils sont contre la GPA et la PMA et souhaitent, non pas abroger la loi Taubira comme on le prétend, mais pour la réécrire en supprimant le volet adoption. Contrairement, là aussi, à ce que colportent les média, ce n'est pas un mouvement catholique tel que le PCD de Boutin-Poisson mais un mouvement laïc même si en son sein nombreux s'affirment catholiques.  Ils défendent la préservation de notre civilisation, traditions et racines chrétiennes inclues, et l'enseignement hors contrat. Et si on en croit leur charte, ils souhaitent voir l'école " transmettre aux plus jeunes l'amour de la France (enseignement des éléments fédérateurs de l'histoire de France, chant de la Marseillaise, service civique hebdomadaire en seconde, visite régulière de notre patrimoine) ". Cerise sur le gâteau, ils sont pour un durcissement des conditions d'accès à la nationalité française, pour la suppression du droit du sol, pour cesser de considérer Poutine comme un gros méchant loup et pour considérer les Ricains non pas comme des partenaires obligés mais de simple alliés. Quoi de plus proche de nos valeurs ? Ils ont en plus le chic d'être de tendance libérale; libérale soft, s'entend.

Mieux encore, le bureau national Les Républicains, à l'unanimité, les a accepté en son sein en tant que courant politique au même titre que la (défunte) Droite Forte en son temps et la porte-parole de Sens Commun est même entrée au bureau politique du parti.

Bref, selon moi, Sens Commun a toute sa place au sein de LR, ils sont même, de par leur programme, parfaitement en phase avec celui de Fillon (hormis la suppression du droit du sol), un côté séduisant pour tous les gens de droite qui se respectent. Alors Juppé, de quoi se mêle-t-il ? C'est quoi qui le dérange chez Sens Commun ? Simple, Juppé n'est pas de droite - l'a-t-il été un jour ? - et Sens commun, comme Fillon, représente tout ce qu'il déteste: l'Eglise, son histoire, la défense de nos racines chrétiennes, le refus de la diversité à tous crins, la résistance au communautarisme, etc... On ne peut être islamo-compatible et accepter Sens Commun ou... le Fillon de 2017. Hors, de nombreux gestes de Juppé et actions entreprises à Bordeaux vis à vis de la communauté muzz nous démontrent que Juppé est bien islamo-compatible.

Alors, si j'espérais bien, pour cette campagne présidentielle, que Juppé soutienne Fillon - Juppé a ses supporteurs dont Fillon a besoin - il est souhaitable, indispensable même, que dès celle-ci terminée, Fillon, devenu Président, se sépare totalement de Juppé. Faute de quoi, ce dernier n'hésitera pas à le torpiller dès que Fillon entreprendra la moindre réforme qui n'ira pas dans le sens de ce que souhaite le maire de Bordeaux.

Juppé n'a rien de droite, rien de commun avec Fillon et Sens Commun; à l'analyse, finalement, je me dis qu'il aurait fait un parfait macronien. Vous verrez d'ailleurs que si le Macron est élu, ces deux-là ne tarderont pas à se faire des mamours. On parie ?

NB: Ci-dessous, affiche d'un meeting commun Sens Commun / Fillon en septembre dernier pour les primaires

Folie passagère 3516.
Résultat de recherche d'images pour "Fillon Sens Commun"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 18 avril 2017

Alors violente, ou pas, cette campagne présidentielle ?

Résultat de recherche d'images pour "affiches électorales 2017"

Ce matin sur Radio Macron, aux Grandes Gueules, ils se posaient  la question de savoir si cette campagne présidentielle était violente, ou pas. Rendez-vous compte, à les écouter, c'est vraiment violent: Quelqu'un a craché sur un journaliste, Macron a reçu un œuf sur la tête, MLP a été "agressée" par une Femen et Fillon s'est fait enfariné. Quelle violence en effet ! Mais pas un mot sur le bordel qui a été organisé par les gauchiasses contre le meeting d'heir du FN et pas un mot pour dénoncer ces quelques gauchiasses qui tapent le cul des casseroles lorsque Fillon arrive quelque part. Par contre, pour dénoncer les méchants qui viennent perturber les meetings du Micron...

Oui, m'sieurs, dames qui me lisez, cette campagne est violente; m'enfin, regardez, écoutez, voyez, même Fillon " s'est radicalisé " et incite ses militants, " la fange et ceux qui élèvent leurs enfants dans la crainte de Dieu " selon Askolovitch, à insulter les journalistes. Ce Fillon qui " n'a rien de courtois, il est le capo qui parle et que ses partisans entendent ", toujours selon le même Askolovitch. Tout est violent même la logorrhée des journalistes qui, chaque jour, violent allègrement mon esprit critique, notre libre arbitre, l'opinion, la présomption d'innocence et la déontologie.

Je ne sais si elle est véritablement violente cette campagne mais ce qui est certain c'est qu'elle moins paisible que la précédente. Il y a eu l'affaire Fillon, bien sûr, opportunément déclenchée et qui pourrait être fatale au candidat. Il y a ces affaires qui concernent MLP et le FN mais qui, étrangement, ne semblent pas ébranler son électorat: Fillon voleur mais pas Marine et consorts. Il y a ce dont on ne doit pas parler dans le poste concernant Macron. D'ailleurs, lui rien ne le concerne, circulez, y a rien à voir, et si violence il y a  dans la famille du prédicateur christique, elle n'est que  dans ses vociférations délirantes de fin de meeting. Chez Macron tout est beau, gentil, " printemps " et puis un gars qui est d'accord avec tout le monde en même temps ne saurait être violent, n'est-il pas ?

Violente cette campagne ? On a tout de même parlé de dégagisme, de casser la baraque, de remettre la France en ordre, d'assassinat politique...

Pas si violente que ça tout de même, la preuve ? Mélenchon nous propose grosso modo de faire en France ce qui a ruiné le Venezuela et personne ne moufte quand la meute des journalopes s’ébahit de son score dans des sondages qu'on nous assène comme des coups de trique tous les jours, matin et soir.

Violente cette campagne, je n'arrive toujours pas à me déterminer mais tout de même, n'est-ce pas assez violent de constater que 20 % des Français seraient prêts à voter pour Mélenchon quand 20 à 25% d'autres Français sont prêts à voter pour un mignon dont on ignore tout des capacités qu'il aurait à gérer ne serait-ce qu'une circonscription de province ? Violent, peut-être pas, mais ça pique les yeux !

Pas si violente puisque ce matin le Bourdin était préoccupé par la sexualité électorale. Un expert sorti dont ne sait où, François Kraus, l'affirmera à son micro: " La proportion d'échangisme sur la population d'extrême-gauche est deux fois plus importante qu'à l'extrême droite. A l'extrême droite et à droite, moins imprégné de féminisme, on va plus vers la fessée ou l'éjaculation faciale " ! Débat de fondements à n'en pas douter.

Alors violente ou pas cette campagne ? Et bien violente puisqu'ils ont fini par le dire dans la radio. Elle est violente parce que ce sont "les gens" qui sont violents, qui se radicalisent. Il y en a même qui osent maintenant proclamer publiquement qu'ils vont voter Le Pen. C'est pas comme si ils avaient des excuses, les gens, mais le chômage de masse dont on ne voit jamais la fin, les conneries de la clique socialiste ces 5 dernières années, le pouvoir d'achat en berne, les précaires, le mal logement, ..., et bien sûr les étrangers, les migrants qu'on aide, ça fait beaucoup tout de même. De quoi placer les extrêmes et les radicalisés du camp Fillon à égalité ou presque dans les sondages, non ?

Violente parce que comme jamais les média à qui rien de ce qui les intéresse n'échappe nous auront emporté dans leur tourbillon: sondages, émissions spéciales, émissions politiques. Un véritable matraquage depuis les primaires, pas un jour sans que nous ne soyons épargnés, pas un jour pour souffler. Sauf à tout éteindre et rentrer dans sa coquille. Ces médias scandaleusement tournés vers un nouveau messie à qui personne ne demande des comptes sur son bilan de 4 années passées au Château. Ces mêmes média qui, reprenant à l'unisson les éléments de langage du palais, dénoncent le vrai danger, le seul danger qui menace la République et ses valeurs: le FN et cette défunte droite républicaine emmenée par Fillon-le-Capo. Mais heureusement qu'il existe le FN; où donc les gens iraient vomir leur colère et leur ras le bol de tout si il n'était pas là ? Je vous le demande. Ben tiens, imaginons un instant que nombreux, là-haut, aient laissé, voire aider, le FN à se développer afin qu'il serve de réservoir à la colère populaire, celle-ci, calée dans les cadres d'un parti qu'on nous dit dangereux mais qui n'est pourtant pas interdit, n'est-elle pas ainsi circonscrite ? Un FN utile en quelque sorte. Voilà qui serait violent si cela était démontré.

La trouverions-nous pas assez violente cette campagne qu'aussitôt l'actualité nous rappelle qu'elle l'est puisque la menace terroriste est toujours à son plus haut niveau: Encore une tentative d'attentat opportunément déjouée-révélée à 5 jours du premier tour, attentat qui aurait "principalement visé François Fillon", 2 terroristes arrêtés: " Une prise remarquable ". Entretenir le climat anxiogène => voter FN mais pas trop, puis faire jouer le Front Républicain pour que le plafond de verre surtout ne cède pas. Tremblez braves gens... mais n'ayez pas peur, la socialo-macronie vous protège: Pas moins de 50 000 policiers et gendarmes protégeront les bureaux de vote. 50 000, mais d'où les sortent-ils ? Et si ça pète, on vous dira que le risque zéro n'existe pas mais que tout sera fait... blablabla... Fermez le ban et sortez le bougies !

Et voilà, j en suis à la fin de ce billet et je ne sais toujours pas si cette campagne est réellement violente, ou pas. Une certitude, il est temps qu'on en finisse en espérant tout de même, et avec grand plaisir, pouvoir constater avec quelle violence les journalopes se battront la coulpe lorsqu'ils verront leur champion, Macron, prendre la porte...

Folie passagère 3515.
Résultat de recherche d'images pour "coleurs d affiches fillon2017"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Europe, ton soleil revient