mardi 30 juin 2015

Marine Le Pen, une politicienne comme les autres...


Marine Le Pen a donc décidé de se lancer dans la course à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. C'est chouette ça; elle n'a pas fini d 'annoncer sa candidature qu'elle prend le temps de préciser ah mais attention, j'irais aussi à la présidentielle, je me reposerai, le temps de la campagne, sur l'équipe que j'aurai mise en place à la région. Il n'y a plus aucun doute, Marine Le Pen s'est normalisée, elle est devenue une politicienne comme les autres...

Je me présente à une élection même si j'en vise une autre et si je suis élue à la seconde, fuck à ceux qui m'auront fait confiance pour la première. Si je gagne la première élection et que je perds la seconde, même pas mal, je reste en poste là où j'ai été élue en premier. Si je gagne la première, j'accrois éventuellement mes chances de gagner la seconde, j'ai acquis une dimension nationale. Si je perds la première, rien ne m'empêche de me présenter à la seconde, et tant pis si je saluais les responsables politiques britanniques qui démissionnent quand ils ont été blackboulés à une élection. On pourra mettre mon échec sur le compte de l’establishment qui aura tout fait pour que je sois pas élue. Je me victimiserai, j'accuserai les médias de m'avoir torpillé... blablabla...

Je ne supporte plus ces comportements de carriéristes politiciens.

La règle devrait pourtant être simple, t'es élu à un poste que tu convoitais, tu le prends et tu fais tout le mandat pour lequel tu as été élu. Point barre. 

Folie passagère 2826.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Référendum grec, le retour de la démocratie en Europe


Ci-dessous et même si je ne suis pas d'accord avec tout ce qui y est écrit, à lire, la tribune de Jacques Sapir publiée par le Figaro décrivant pourquoi la décision de Tsipras marque le retour de la démocratie dans l'espace européen. Que ceux qui le souhaitent et peuvent prennent le temps, auparavant, de lire l'article de Jean Quatremer  en lien ici : " Aux racines de la crise grecque ". L'engouement tout naturel que suscite la décision de Tsipras d'organiser un référendum ne doit pas occulter les responsabilités du peuple grec dans son ensemble pour cette crise dont on ne voit pas la fin...

" Un spectre hante l'Europe:

Alexis Tsipras, dans un geste que l'on peut qualifier de «gaullien», a décidé de convoquer un référendum le 5 juillet, demandant au peuple souverain de trancher dans le différent qui l'oppose aux créanciers de la Grèce. Il a pris cette décision devant ce qu'il faut bien appeler les menaces, les pressions, et les ultimatums auxquels il avait été confronté durant les derniers jours de la négociation avec la «Troïka», soit la BCE, la Commission Européenne et le FMI. Ce faisant, il a délibérément renvoyé au domaine politique une négociation que les partenaires de la «Troïka» voulaient maintenir dans le domaine technique et comptable. Ce geste a provoqué une réaction de l'Eurogroupe d'une extrême gravité. On le mesure au communiqué publié le samedi qui, dans une note de bas de page, confirme l'expulsion de fait de la Grèce hors de l'Eurogroupe. Nous sommes ici en présence d'un véritable abus de pouvoir qui a été commis ce 27 juin dans l'après-midi. Ce qui se joue désormais n'est plus seulement la question du devenir économique de la Grèce. C'est la question de l'Union européenne, et de la tyrannie de la Commission et du Conseil, qui est ouvertement posée.

La déclaration d'Alexis Tsipras:

Le texte de la déclaration faite par Alexis Tsipras dans la nuit du 26 au 27 juin sur la télévision d'Etat grecque est un exemple de probité démocratique. Devant le comportement de ses interlocuteurs, et en particulier ce qu'il appelle un ultimatum, le Premier ministre grec en appelle à la souveraineté du peuple. Le texte, de ce point de vue, est extrêmement clair:

«Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l'UE et sape la relance de la société et de l'économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l'humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l'obsession du FMI pour une politique d'extrême austérité. (…) Notre responsabilité dans l'affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l'ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J'ai proposé au conseil des ministres l'organisation d'un référendum, et cette proposition a été adoptée à l'unanimité» .

Ce texte court, empli de gravité et de détermination, entrera vraisemblablement dans l'Histoire comme l'une des déclarations qui font honneur à la démocratie. Ce texte dit aussi la colère, froide et déterminée, qui imprègne son auteur. Et c'est peut-être là l'échec principal de l'Eurogroupe et des institutions européennes: avoir transformé un partisan de l'Europe en un adversaire résolu des institutions européennes.

Les enseignements de la déclaration d'Alexis Tsipras:

Il convient de lire attentivement ce texte, qui n'est pas que de circonstances. En effet, on peut retirer de cette courte déclaration trois points importants.

Le premier est que le désaccord entre le gouvernement grec et ses partenaires a été d'emblée politique. La BCE et la Commission Européenne n'ont eu de cesse que de rechercher une capitulation du gouvernement grec, ce que Tsipras appelle «l'humiliation de tout un peuple». Ce que cherche l'Union européenne, par le biais de l'Eurogroupe, c'est de cautériser le précédent ouvert par l'élection de janvier 2015 en Grèce. Il s'agit de faire la démonstration non seulement en Grèce, mais ce qui est en fait bien plus important en Espagne, en Italie et en France, qu'on ne peut «sortir du cadre de l'austérité» tel qu'il a été organisé par les traités comme l'avait affirmé dès l'élection du 25 janvier Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne.

Le deuxième point important de cette déclaration est que, pour la première fois un dirigeant légalement élu et en fonction déclare que les institutions européennes font des propositions qui, dans leur fond comme dans leur forme «violent absolument les acquis européens». C'est une accusation très grave. Elle revient à dire que les institutions européennes qui sont censées être des garants de la démocratie agissent au contraire de celle-ci. Elle revient aussi à dire que ces mêmes institutions, dont la légitimité n'existe que par délégation de la légitimité des Etats membres ont des comportements qui violent la légitimité et la souveraineté de l'un des dits Etats membres. Cela revient donc à dire que les institutions de l'UE se sont constituées en Tyrannus ab exercitio soit en un pouvoir qui, tout en étant issu de procédures légitimes, se conduit néanmoins en Tyran. Cela revient à contester radicalement toute légitimité aux instances de l'Union européenne.

Le troisième point se déduit des deux premiers. Il est contenu dans la partie du texte qui dit: «Notre responsabilité dans l'affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l'ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec». Il place désormais les enjeux non plus au niveau de la dette mais à celui des principes, de la démocratie comme de la souveraineté nationale. Et c'est en cela que l'on peut parler d'un véritable «moment gaullien» chez Alexis Tsipras. Il a osé poser la question de l'austérité et du référendum, et a reçu un soutien unanime, y compris des membres de l'ANEL, le petit parti souverainiste allié à SYRIZA. Il s'est ainsi réellement hissé à la stature d'un dirigeant historique de son pays.

Le coup de force de l'Eurogroupe:

La réaction de l'Eurogroupe ne s'est pas faite attendre. Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, après avoir qualifié de nouvelle «triste» (sad) ce référendum , a demandé au Ministre grec, M. Yanis Varoufakis, de quitter la salle de réunion. Ce faisant, il a confirmé les options et les méthodes antidémocratiques qui ont cours aujourd'hui au sein de l'Union européenne. Au-delà des mots, il y a les faits, et ces derniers sont d'une extrême gravité. Dans un acte qui conjugue l'illégalité la plus criante avec la volonté d'imposer ses vues à un Etat souverain, l'Eurogroupe a décidé de tenir une réunion en l'absence d'un représentant de l'Etat grec. De fait, l'Eurogroupe a donc décidé d'exclure la Grèce de l'Euro. Ceci constitue à l'évidence un abus de pouvoir. Et il faut ici rappeler plusieurs points qui ne sont pas sans conséquences tant juridiquement que politiquement.

1. Aucune procédure permettant d'exclure un pays de l'Union Economique et Monétaire (non réel de la «zone Euro») n'existe actuellement. S'il peut y avoir une séparation, elle ne peut avoir lieu que d'un commun accord et à l'amiable.

2. L'Eurogroupe n'a pas d'existence légale. Ce n'est qu'un «club» qui opère sous couvert de la Commission Européenne et du Conseil européen. Cela signifie que si l'Eurogroupe a commis un acte illégal - et il semble bien qu'il en soit ainsi - la responsabilité en incombe à ces deux institutions. Le gouvernement grec serait donc fondé d'attaquer la Commission et le Conseil à la fois devant la Cour Européenne de Justice mais aussi devant la Cour Internationale siégeant à La Haye. En effet, l'Union européenne est à la base une organisation internationale. On le constate par exemple dans le statut, et les exemptions fiscales, des fonctionnaires européens. Or, la règle dans toute organisation internationale est celle de l'unanimité. Le traité de Lisbonne a bien prévu des mécanismes de majorité qualifiée, mais ces mécanismes ne s'appliquent pas à l'Euro ni aux questions des relations fondamentales entre les Etats.

3. Le coup de force, car il faut l'appeler par son nom, que vient de faire l'Eurogroupe ne concerne pas seulement la Grèce. D'autres pays membres de l'Union européenne, et l'on pense au Royaume-Uni ou à l'Autriche, pourraient eux-aussi attaquer devant la justice tant européenne qu'internationale la décision de fait prise par l'Eurogroupe. En effet, l'Union européenne repose sur des règles de droit qui s'appliquent à tous. Toute décision de violer ces règles contre un pays particulier constitue une menace pour l'ensemble des membres de l'Union européenne.

4.Il faut donc ici être clair. La décision prise par l'Eurogroupe pourrait bien signifier, à terme, la mort de l'Union européenne. Soit les dirigeants européens, mesurant l'abus de pouvoir qui vient d'être commis, se décident à l'annuler soit, s'ils persévèrent dans cette direction ils doivent s'attendre à une insurrection des peuples mais aussi des gouvernants de certains Etats contre l'Union européenne. On voit ainsi mal comment des Etats qui ont juste recouvré leur souveraineté, comme la Hongrie, la République Tchèque ou la Slovaquie, vont accepter de telles pratiques.

Ceci révèle au grand jour la nature fondamentalement antidémocratique des institutions de l'UE et le fait que cette dernière soit en train de se constituer en Tyrannie. Le silence des principaux responsables tant du PS que de l'ex-UMP (rebaptisée «Les Républicains») en dit long sur l'embarras d'une partie de la classe politique française. On le comprend, sans l'excuser.

Le spectre de la démocratie dans les couloirs de Bruxelles:

En France donc, on ressent très distinctement le malaise que provoque l'initiative d'Alexis Tsipras. Que ce soit au Parti Socialistes ou chez les «Républicains», on ne peut ouvertement s'opposer à une telle décision sans contredire immédiatement et brutalement tous les discours qui ont été tenu sur la démocratie. Mais, en réalité, le référendum grec fait planer le spectre d'un autre référendum, celui de 2005 sur le projet de traité constitutionnel en Europe. La manière dont la classe politique française, dans sa large majorité, de Nicolas Sarkozy à François Hollande en passant par les Aubry, Bayrou, Juppé et autres Fillon, avait été désavouée par la victoire du «Non», mais avait fait passer en contrebande à peu de choses près le même texte lors du Traité de Lisbonne qui fut ratifié par le Congrès à Versailles, est l'un des épisodes les plus honteux et les plus infamants de la vie politique française.

On ne peut, et on ne doit, préjuger du résultat de ce référendum. Mais on doit souligner qu'il représente le retour de la démocratie dans un espace européen dont elle était absente. Il est probable que les partis d'opposition, que ce soit Nouvelle Démocratie ainsi que le Parti de centre-gauche La Rivière (To Potami) protestent et cherchent à empêcher par divers recours légaux ce référendum d'avoir lieu. Ces réactions sont exemplaires des comportements antidémocratiques qui s'épanouissent aujourd'hui en Europe. Ils apportent de l'eau au moulin d'Alexis Tsipras. On sent comment les acteurs européistes de ce drame sont aujourd'hui terrorisés par le spectre de la démocratie.

Alexis Tsipras ne doit ainsi pas s'attendre à un quelconque soutien de la part de François Hollande, n'en déplaise à Mélenchon. Notre Président est renvoyé sans ménagement à sa propre médiocrité. Il ne doit pas s'attendre au moindre merci d'Angela Merkel dont la politique est la véritable cause de cette crise. Mais il peut s'attendre au soutien de tous ceux qui, en Europe, se battent pour la démocratie et la souveraineté."


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 29 juin 2015

La gauche qui tweete

Au menu de ce nouveau rendez-vous " La gauche qui tweete " l'auto-proclamé comique Stéphane Guillon et ce twitter lambda pseudonomysé Grandludo:


C'est aussi cela l'esprit gauchiste...

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Grexit: Rien à craindre !


Bien, s'il le dit... Mettons tout de même ce tweet de côté, ici, bien au chaud. On pourrait bien avoir à le ressortir...

Folie passagère 2825.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 28 juin 2015

Ainsi va la vie en Socialie ... ( 30 )


Hier, c'était la Gay Pride à Paris, cette grande manifestation festive qui à ses heures glorieuses emmenait plusieurs centaines de milliers de participants défiler dans la capitale. Moi qui me targue d'être plutôt bien informé je ne savais même pas que c'était hier: La fierté homosexuelle totalement occultée par les médias télés, une première, sans doute liée aux événements. Si j'en crois les quelques compte-rendus lu ci et là, ce ne sont que " quelques milliers " de personnes qui déambulèrent dans les rues. L'heure ne serait-elle plus à la fête ? 

La laïcité par ci, par là, ça me gonfle, mais d'une force ... et de plus en plus. Avant, on en faisait pas tout un foin. Aujourd'hui, ce sont les maires de France qui, par la voix de leur président, François Baroin, prônent l'idée qu'il devrait être interdit aux joueurs de foot et autres sportifs de se signer avant d'entrer en lice, surtout quand il s'agit des membres d'une équipe nationale: " quand on représente la France, on représente la République et qu’il y a peut-être un code de conduite à adopter " Serait-ce devenu mal se conduire que de se signer ? Bande de bouffons ! 

Pourquoi n'arrive-je pas à m’intéresser aux problèmes de la Grèce en ce moment ? Sortiront-ils de l'euro ? Resteront-ils dans le bouzin ? Je suis quand même curieux de voir quelles seraient les conséquences de ce Grexit. Mézavi, malgré tout ce que l'on nous prédit comme catastrophes consécutives, que cela ne changera pas grand chose à ma vie et à celle de l'Union. 

Françoise Degois, un quasi étalon, si j'ose dire, en matière de sectarisme gauchiste (pléonasme) a tweeté: " 26 juin 2015 : abomination djihadiste en France , en Tunisie , au Koweït et un Referendum en Grece ...heures sombres " C'est assez con de mettre sur le même plan des attentats et un rendez-vous démocratique, non ? 

Fut un temps, en janvier dernier, où toute la socialie tomba à bras raccourcis sur Sarkozy parce que celui-ci avait osé parler de guerre de civilisation à propos de l'EI et de la menace islamo-terroriste. Le 6 février, le PS publiait un communqiué où il était écrit: " Théoriser le conflit des civilisations c'est diviser et abaisser la République! " Lorsque le conseiller de Marine Le Pen, Aymeric Chauprade, parla lui de choc de civilisation, la présidente du FN l'éjecta aussitôt. Ce matin c'est l’hystérique de Matignon qui a évoqué cette guerre et là, pas grand monde ne moufte. Voilà qui est étrange. Ces autres bouffons commenceraient-ils à ouvrir les yeux ? 

En Tunisie, pays musulman s'il en est, le gouvernement a décidé, suite à l'attentat, de fermer 80 mosquées salafistes. En France, ce matin sur Europe 1, Valls reconnaît qu'il y a entre 10 000 et 15 000 salafistes et que le salafisme est un terreau du terrorisme. Fera-t-il fermer la centaine de mosquées identifiées comme repaires de salafistes (chiffre non démenti par Manolito) ? N'y pensez même pas. 

Un spécialiste de la police nous explique qu'il faut au minimum 7 policiers pour surveiller un musulman radicalisé 24/24. Au même moment, un bandeau en bas d'écran nous explique que le gouvernement déploie 200 policiers supplémentaires à Paris pour contrôler les véhicules UberPop. 

Le député Thévenoud qui est toujours député a pris l'initiative de convoquer à une réunion de concertation toutes les organisations de taxis et de VTC. Sauf UberPop. La réunion aura lieu dans les locaux de l'Assemblée. 

En écoutant ce matin  Europe 1, j'ai pu constater que la clique journalistique, Elkabach, Darmon et Parmentier, était d'une courtoisie remarquable avec le premier Sinistre, courtoisie dont ils semblent totalement démunis quand ils reçoivent Marine Le Pen ou un ténor de la droite. 

Après que Jean-Claude Juncker a émis l'idée de répartir les " migrants " par pays en fonction de quotas, c'est au tour des Nations Unies par la voix de son commissaire chargé des migrations de préconiser la même chose. Vous verrez que d'ici quelques temps et malgré les dénégations de notre gouvernement on y arrivera à ces " quotas ". On les appellera juste autrement, un truc du genre " clés de répartition migratoire " 

Alors que les autorités françaises se préparent à réformer le droit d'asile et à régulariser quelques milliers de migrants, Manuel Valls a déclaré qu'il n'était pas question de l'accorder à Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Pourquoi ? Parce que: " Cette question ne se pose pas et en tout cas ne réglerait pas le dossier. Nous avons une relation avec les Etats-Unis... " C'est vrai quoi, on ne va pas se fâcher avec des amis qui nous espionnent, manquerait plus que ça. 

Il paraît qu'au PS tout va bien et que les frondeurs sont rentrés dans le rang. Ça, c'est que que l'on nous a dit après le congrès de Poitiers. Il semblerait que cela ne soit pas le cas. Un député PS, frondeur, Philippe Noguès quitte le PS et " ce Président de la République qui se renie " et le frondeur, Christian Paul, s'adresse ainsi au chef des députés PS: " Bruno Le Roux a toujours aimé faire le vide: plus une seule commune PS dans sa circonscription! " et ce dernier de lui répondre: " Christian Paul voit partir les siens après le congrès et cherche excuses à son absence de perspective et le vide de la fronde. Pathétique ! ". Un autre frondeur, Laurent Baumel, n'hésite pas lui à demander l'exfiltration du PS vers le gouvernement de Bruno Le Roux. Comme pour Harlem Désir. 

De record battus en records battus, la France compte officiellement à fin mai 3 552 200 chômeurs (cat.A) et 6 369 300 chômeurs toutes catégories confondues. Pas de panique, François Rebsamen, le ravi du gouvernement, nous promet une " baisse effective " du chômage d'ici la fin de l'année. De combien ? 10 000, 30 000, 50 000 chômeurs en moins ? Dérisoire. 

Les agents publics de Pôle Emploi sont absents en moyenne 30,6 jours par an pour maladie, contre 17,1 jours pour les agents privés. Pôle Emploi compte 55 559 salariés ! 

Certains se posent de drôles de questions. Ils sont au moins 6 à être parvenus aujourd'hui sur ce blog en tapant " le blog à toi l'honneur est-il raciste ? " sur google. Ayant parfaitement imprimé dans ma petite tête les règles du vivre ensemble, du politiquement correct et toussa, je me dois de les rassurer, le concept de race n'existant pas, ce blog ne peut donc pas être raciste. 

Sur ce les p'tits loups, bonne fin de week-end, même en Socialie ! 

Folie passagère 2824.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 27 juin 2015

Le Collectif contre l'islamophobie communique; attention, ça pique les yeux...


Le Collectif contre l'islamophobie en France, machin subventionné avec vos sous et très en vogue auprès du parti socialiste et du pouvoir en place, communique. Attention, ça pique les yeux !:

" Le CCIF est profondément choqué par ce nouvel acte de violence inqualifiable. Nous adressons toutes nos condoléances aux familles et aux proches des victimes.

Dans un contexte déjà difficile, où la société française est gangrenée par une montée du racisme et de l'intolérance ainsi qu'une recrudescence des actes islamophobes, nous mettons en garde contre toute tentative d'amalgame et demandons à ce que la sécurité des lieux de culte soit renforcée, surtout durant cette période de Ramadan où les mosquées sont très fréquentées. 

Nous demandons aux responsables des lieux de cultes d'être vigilants, et de signaler tout acte hostile aux autorités en mettant le CCIF en copie (contact@islamophobie.net)

Le danger ne réside pas dans les vaines tentatives de groupes armés de déstabiliser la République. Ses principes sont assez ancrés dans l'esprit des Français et l'Histoire de notre pays l'a mainte fois montré.

Le vrai danger réside du côté de ceux qui utilisent ces événements pour déverser leur haine contre une partie de la population qui est, de fait, celle qui paye le plus lourd tribut face au terrorisme. "

C'est ben vrai ça, le danger ne réside pas dans les vaines tentatives de groupes armés, blablabla..., le fait que nous ayons connu Merah, Nemmouche, Glam, Salhi, les frères Kouachi, Coulibally, le musée du Bardo, l'hôtel Marhaba, etc... (liste non exhaustive) n'a effectivement rien à voir avec un quelconque sentiment de danger que nous pourrions ressentir. N'est-ce pas?

Certains commentaires laissés par les internautes sur leur site ne manquent pas de sel...

Je ne voulais pas utiliser la photo ci-dessous et puis après tout, me suis-je dit, y a pas de raison, le vrai danger ne réside pas... Vous conclurez comme bon vous semble...

Folie passagère 2823.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 26 juin 2015

Yassin Salhi, le ramadan... intensément

Bernard Cazeneuve à propos du ramadan:



" Je veux dire aux français de confession musulmane, vivez intensément ce moment, vivez le au plus profond de vous-mêmes et au moment où vous le vivrez, pensez à la République [...] et la République a besoin des Français de confession musulmane pour porter haut et loin ses valeurs ". Le même Cazeneuve qui avait déclaré le 26 mai 2014: " Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1 000 combats à mener dans la République, pour la France. "

Il semblerait que Yassin Salhi, 35 ans, " un père de famille tout à fait ordinaire, sympa, gentil, quelqu'un de très bien qui a une petite barbe comme tout le monde, qui joue avec les enfants ", ait reçu parfaitement le message... Oups, comme dirait l'inénarrable Cambadélis: " Grande émotion devant cet attentat et son mode opératoire. Restons unis. Pas d'amalgames. Ne jouons pas sur les peurs." Pas d'amalgame...

Quant à Président, il a fait une déclaration, le genre de gloubi-boulga habituel en pareille situation: " Notre réponse, c'est l'action, la prévention, la dissuasion et donc la nécessité de porter des valeurs et de ne pas céder à la peur ", déclaration dont est extraite la photo ci-dessous:


C'est par contre le commentaire du journaliste de BFM, juste après l'intervention du Grand Homme, qui revêt un intérêt certain:

" Nous ne sommes pas habitués à voir le Président porter physiquement les traces de ces événements " Bien, si il le dit, j'imagine que cela doit être vrai...

Allez, bonne soirée à tous et rappelez-vous les propos de l'hystérique de Matignon : " Il faut s'habituer à vivre avec la menace terroriste qui est le fruit d'organisations internationales particulièrement barbares comme Daech ou al-Qaida, mais aussi d'individus radicalisés sur notre sol ". T'as raison Manuel: " Ne jouons pas sur les peurs "...

Folie passagère 2823.
Résultat de recherche d'images pour "attentats isere"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

UberPop fait-il perdre la boule à François Hollande ?


Je me demande parfois si nos actuels dirigeants ne sont pas entrain de péter les plombs... Ont-ils encore toute leur tête ?

Je viens de prendre connaissance des dernières déclarations de ce qui nous sert de Président: Consternation, cet homme est entrain de perdre la boule, pas possible autrement.

Qu'a-t-il dit ?:

A propos des violences d'hier, et sans jamais citer nommément le nom de ceux qui ont commis l'essentiel des violences, à savoir les chauffeurs de taxis, il déclare: 

" Il y a des violences qui sont inacceptables dans une démocratie, inacceptables dans un pays comme la France. UberPOP doit être dissous et déclaré illégal et la saisie des véhicules devra être prononcée et effectuée. Ce n'est pas l'État qui peut saisir des véhicules lui-même, la saisie devant être autorisée par des décisions de justice. Mon premier mouvement comme président de la République, c'est de dénoncer, de condamner ces violences même si elles sont sans doute le fait d'une minorité. Rien ne peut excuser la violence, parce que la violence est non seulement insupportable pour les personnes qui en sont victimes mais insupportable aussi pour l'image de notre pays. UberPOP ne respecte aucune règle sociale ou fiscale et se livre à une concurrence déloyale, une situation inacceptable et intolérable. Une loi (sur les véhicules de transport avec chauffeur) a été votée par le Parlement, elle doit s'appliquer. "

Insupportable pour l'image du pays ? Président a-t-il déjà oublié à quel point le voir se faire poisser sur un scooter au petit matin sortant de chez sa maîtresse a pu être insupportable pour l'image de notre pays ? mais passons...

Je parlais de terroristes hier, il semblerait qu'avec Président nous n'ayons pas la même conception du mot. 3 000 chauffeurs de taxis mettent le bronx dans le pays et lui s'en va demander la dissolution... d'UberPop. La dissolution d'une application téléphonique pour smartphones ! 

Dissolution !: Une dissolution, c'est ce que l'on ordonne à l'encontre d'organisations terroristes, comme Valls le fit pour des groupuscules d'extrême-droite, comme on le fit en son temps avec le FLNC ou l'ETA. Que UberPop " soit déclaré illégal " ? Fatche de con, depuis quand un Président de la République peut-il décréter que Untel est illégal ? Sauf à vouloir influencer la justice qui seule est habilitée à décider de ce qui est légal ou illégal ! " UberPop ne respecte aucune règle " ? Ah bon, et bien prouve-le nous Pépère. Seuls certains chauffeurs recourant à l'application en question peuvent éventuellement ne pas respecter certaines règles (si par exemple ils ne déclarent pas au fisc leurs revenus) mais Uber et UberPop, en tant que tels, que ne respectent-ils pas ?

" Des violences inacceptables dans une démocratie " Absolument Pépère, encore faudrait-il que les autorités consentent à mettre les moyens pour enrayer à temps cette violence ? Comment expliquer, si ce n'est par une volonté délibérée des autorités de faire le moins de vagues possibles que sur 3 000 chauffeurs de taxis-casseurs d'hier, seuls 10 GAV aient été ordonnées ? Pour plus de 70 véhicules incendiés, 7 policiers blessés, des centaines de km d'embouteillage sur le territoire, des aéroports quasi-impossible à atteindre, ...

En clair, le coupable de ces " violences inacceptables ", UberPop, est désigné d'avance avant même qu'il ne soit jugé et pourtant ce n'est pas lui qui, comme ont pu le constater tous les médias et tous les Français qui auront regardé hier les images, a commis les violences en question. On marche sur la tête !

3 000 gusses paralysent un pays et ternissent son image (si tant est qu'il soit possible de la ternir un peu plus) et encore une fois, l’exécutif cède à la pression et choisit le camp de ceux qui commettent " des violences inacceptables " !

Consternation !

NB: sondage internautes ce matin via Le Point; sur 12 000 votants, 60% sont contre la dissolution d'UberPop

Folie passagère 2822.
Résultat de recherche d'images pour "hollande"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 25 juin 2015

Des terroristes à Paris, Toulouse et Marseille...











Bon, je ne vais pas vous mettre toutes les photos disponibles, celles-ci suffisent. Vous l'aurez compris, nous ne sommes pas à Bagdad ou Mossoul, nous sommes bien, sur ces photos, en France, ce matin. Juste quelques chauffeurs de taxi en colère...

Sur la plupart des photos, lorsqu'elles sont agrandies, les visages de ces terroristes sont parfaitement reconnaissables, de nombreux CPF parmi eux... J'imagine que leur traque par les forces de police sera aussi efficace que celle menée contre les djihadistes... Parce que finalement, c'est quoi un terroriste ? Juste quelqu'un qui sème la terreur. Non ?

Rien ne justifie dans un pays de droit ce genre de " manifestations ". Sauf à considérer que ces fouteurs de merde sont entrain de crever à petit feu conséquemment à la concurrence déloyale exercée par les taxis UberPop et autres. Si tel était le cas, souhaitons que les 9 millions de Français qui sont sous le seuil de pauvreté, les 6 369 300  chômeurs et tous les Français qui galèrent ne se mettent pas à recourir aux mêmes moyens pour se faire entendre...

Que fait le gouvernement ? Quelles instructions données aux forces de l'ordre ? Combien de temps cela va-t-il durer ? Qu'en pense Dam' Taubira ? Ou est l'hystérique de Matignon ? Quelles décisions va prendre Président ?

Allez, gardez le sourire, nous sommes en Socialie et tout va bien !

Folie passagère 2821.
Résultat de recherche d'images pour "françois hollande"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mercredi 24 juin 2015

Le chômage: Plus que jamais ! 6 369 300 chômeurs !


Plus tôt dans la journée, je twittais que vu le battage médiatique fait autour de cette histoire de grandes oreilles américaines c'est que forcément les chiffres du chômage à paraître en fin d'après-midi seraient mauvais, encore mauvais, toujours mauvais, inexorablement mauvais...

Ces chiffres, les voici :

" Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en cat. A s’établit à 3 552 200 en France métropolitaine fin mai 2015. Ce nombre augmente par rapport à la fin avril 2015 (+0,5 %, soit +16 200). Sur un an, il croît de 5,0 %

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en activité réduite (catégories B et C) s’établit à 1 862 000 en France métropolitaine fin mai 2015 : sur un mois, il augmente de 0,6 % pour l’activité réduite courte (catégorie B, +5,9 % sur un an) et de 4,4 % pour l’activité réduite longue (catégorie C, +19,4 % sur un an). Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5 414 200 en France métropolitaine fin mai 2015 (5 717 900 en France y compris Dom). Ce nombre augmente de 1,3 % (+69 600) au mois de mai. Sur un an, il augmente de 7,9 %. Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 651 400 en France métropolitaine fin mai 2015. En mai, le nombre d’inscrits en catégorie D diminue de 0,7 % tandis que le nombre d’inscrits en catégorie E est stable. " ( source Insee-Dares)

Et puisque ces braves gens de la Dares n'osent pas faire le Grand Total, je l'ai fait pour vous:

A fin mai 2015, toutes catégories de chômeurs confondues, la France, Dom-Tom compris, compte:

6 369 300 chômeurs !


Il paraît, a dit le gars qui nous sert de ministre du travail, que les chiffres de mai étaient à prendre avec des pincettes car il y aurait eu un problème sur le nombre d'actualisations considéré comme relativement faible, ou fort, ou, on ne sait plus trop, enfin bref, quoiqu'il en soit: la France compte désormais et durablement plus de 6 369 300 chômeurs !

Et pendant ce temps-là, les gens qui nous gouvernent actuellement nous font une petite colère parce que la NSA les a espionné, Ségolène Royal joue avec des vignettes de couleurs et s'en prend au Nutella, Fabius, en visite en Israël, se fait jeter par Netanyahu, Président inaugure à tour de bras ou se fait mousser à Bruxelles, Le Foll et Rebsamen nous prennent pour des cons, l'hystérique de Matignon continue de distribuer des coups de mentons,...

En trois mots comme en cent: Tout va bien !  Et ça, c'est cadeau:



Folie passagère 2820.
Résultat de recherche d'images pour "françois Hollande"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Ecoutes NSA - Wikileaks: Mon Dieu quelle affaire !


Alors comme cela, les méchants américains écoutaient nos trois derniers présidents ainsi qu'une partie de leurs collaborateurs.

Le scandale a éclaté hier en fin de journée avec la publication par Médiapart et Libération d’extraits d'écoutes fournis par Wikileaks. Et aussitôt tout le monde de s'en indigner. Président réunit ce matin un conseil de défense extraordinaire, c'est dire s'il n'est pas content et si il prend la chose au sérieux. Le Foll va sur Itélé pour dénoncer ces pratiques intolérables et tous les médias s'emballent, chacun livrant une petite info dénichée, comme par hasard, depuis hier. Libération nous montre les fenêtres de l’ambassade US dont certaines seraient en fait des fenêtres en trompe-l’œil masquant en réalité des antennes et autres micros.

Et tous ces gens de s'indigner. Quoi, nous aussi sommes écoutés par nos alliés, mais c'est dingue, fou, inadmissible. Heu... Les gens, quand il y a deux ans, on découvrit que Angela Merkel subissait le même sort, cela ne vous a pas mis la puce à l'oreille ? Angela serait écoutée par les Ricains et pas nos huiles gouvernementales ? T'as qu'à croire ! La bonne question serait de savoir ce que nos dirigeants ont fait pour mieux se protéger depuis l'affaire " Angela "...

Bon okay, il paraît qu'ils auraient arrêté rapidement d'écouter Président, normal: juste le temps de s'apercevoir de la vacuité du bonhomme et de passer à d'autres cibles. Mais une question demeure cependant: Les Américains ont-ils su, avant Closer, pour le scooter, les croissants et jolie-Julie ? 

Vous me direz aussi que cette indignation de posture est inévitable, les écoutés ne vont pas encaisser ces révélations sans piper mot, il leur faut s'indigner, bomber le torse, bander les muscles, pour une fois qu'ils peuvent moucher les amerloques, on ne va pas se priver ! Et pi', être écouté, c'est en quelque sorte la preuve que l'on est quelqu’un d’important, rien que pour cela, ça vaut le coup de monter au créneau et de s'indigner publiquement. Comme Le Foll ce matin.

Ceci dit, jouer les indignés parce que l'on est écouté ou parce que l'on a écouté notre bien aimé Président, c'est un peu se foutre de la gueule du monde de la part de gens qui s'apprêtent à adopter définitivement, ce soir, une Loi Renseignement qui permettra aux autorités françaises, sans l'accord préalable d'un juge, d'écouter tout le monde et n'importe qui; cette même loi qui est contestée par une foultitude d'associations, d'ONG, de magistrats et de journalistes car jugée, pour faire simple, liberticide.

Contestée par les journalistes au premier rang desquels ceux de Médiapart et de Libération... Tiens, tiens, les mêmes qui publiaient hier ces extraits d'écoutes. A moins de vingt quatre heures de l'adoption définitive de la Loi Renseignement. Un hasard ? Je ne le crois pas.

Quant aux Américains qui se font à nouveau poisser, si vous voulez mon avis, ils s'en balancent. Ils feront le dos rond pendant quelques temps, adresseront quelques excuses, promettront de ne pas recommencer et... recommenceront comme avant, comme toutes les puissances, dont la France, l'Allemagne, l'Angleterre, Israël, la Chine et compagnie qui en ont les moyens, ils recommenceront à " écouter " leurs alliés et ennemis en se fichant comme d'une guigne du principe élémentaire en matière d'espionnage: Tout est permis, sauf de se faire prendre.

Sur ce bonne journée et n'oubliez pas, ce soir, 18h15, publication des chiffres du chômage en Socialie.

Folie passagère 2819.
Résultat de recherche d'images pour "Hollande téléphone"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mardi 23 juin 2015

Messes en plein air et tensions confessionnelles au Lavandou

Le Lavandou, petite commune du Var, 5 200 habitants, jusqu'à 40 000 l'été.


Alors comme cela, à cause des tensions confessionnelles et des événements du 7 janvier ET pour ne pas attiser les critiques des adeptes de la laïcité et pour éviter qu'un déséquilibré ou un fanatique défouraille, les habitants et gens de passage n'auront pas la possibilité, comme cela se faisait depuis 20 ans à la période estivale, d'assister aux messes célébrées en plein air. La mairie consentira cependant à faire deux exceptions pour la St Pierre et le 15 août, dates auxquelles la sécurité des participants sera assurée par ... la police municipale.

Monsieur le Maire compte sur la compréhension de monsieur le Curé et espère que les tensions religieuses qui menacent notre pays s'éteignent pour nous permettre de retrouver toute la tolérance dont la France est capable depuis des siècles...

Voilà, en quelques lignes et sans doute intentionnellement, parfaitement résumé le bordel ambiant qui règne en ce moment dans notre " beau " pays. Je ne sais pas ce qui me dérange le plus dans cet arrêt municipal: les tensions confessionnelles, les critiques des adeptes de la laïcité, l'éventualité d'un fanatique qui traînerait dans le coin, cet élu, au demeurant visiblement charmant, qui se propose d'assurer discrètement la sécurité avec sa petite police municipale qu'on imagine forcément formée pour réagir face à un déséquilibré, qui reconnait de facto que oui, c'est le bordel et " qu'avant c'était mieux "... Je ne sais pas... et me demande  comment et combien de temps il faudra avant que ces tensions religieuses, finalement nouvelles à l'échelle de ces années de traditions de messes en plein air, s'éteignent.

NB: Vous noterez que nulle mention n'est faite du plan Vigipirate.

Folie passagère 2818.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr