dimanche 30 novembre 2014

Berthe au grand pied


Les faits remontent à jeudi dernier. Je rentrais de Paris où j'avais été prendre l'apéritif chez monsieur et madame Boutfil avant d'aller faire quelques courses. J'étais donc dans le train, aux environs de 19 heures, et conformément à mes habitudes, je lisais, ça passe le temps et ça évite de voir le blafard ambiant des trains de banlieue. Qui aurait pu croire que je me lancerai dans la lecture d'un livre pareil?  Lire Berthe au grand pied, franchement, quelle drôle d'idée ! Il fallut que l'auteur, Rémi Usseil , un blogopote, me l'envoie pour que je me lance là-dedans: une histoire qui se passe au Moyen-Âge, écrite avec des mots que l'on a oublié depuis longtemps, même que parfois, on croit que ce sont des fautes d'impression, c'est vous dire! C'est à peine croyable, les héros n'ont même pas de téléphone portable pour se dire tout l'amour qu'ils se portent. Enfin bref, comme dirait Pépin, une vieille histoire... mais une histoire passionnante, à tel point que plongé dans la légende revisitée de Berthe, j'en oubliais de descendre à ma gare, me retrouvant à la suivante à patienter pendant vingt minutes qu'un autre train, dans l'autre sens, me ramène à bon port.

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter par le menu les aventures de Berthe, ses joies et ses malheurs, les trahisons dont elle fut victime et l'amour jamais éteint que lui portait le bon roi Pépin, lisez et faites lire, c'est un excellent moyen de passer un bon moment ou de rater sa destination...

Noël approche, pensez que cette Berthe aurait parfaitement sa place au pied du sapin pour faire plaisir à qui vous vous voudrez. La mise en page est soignée et les illustrations d'époque sont superbes, de la belle ouvrage assurée par les éditions Les Belles Lettres:

" Ce livre est l'adaptation libre de la légende médiévale qui nous est principalement connue par une chanson de geste (poème narratif originellement destiné à être déclamé en s'accompagnant d'un instrument) du ménestrel Adenet Le Roi. L'histoire de Berthe appartient au cycle de Charlemagne, dont le fleuron le plus célèbre est la Chanson de Roland.Dans ce récit, alors que Berthe au grand pied, future mère de Charlemagne, vient d'épouser le roi de France Pépin le Bref, elle est évincée de la cour par la perfidie d’une servante qui se substitue à elle. Réfugiée auprès d’une modeste famille dans la forêt du Mans, Berthe mène une existence humble et discrète. Mais diverses péripéties vont mettre Pépin sur sa piste…L’auteur a emprunté la voix d’un narrateur médiéval fictif pour conter cette histoire, et parsemé le récit de pièces en vers inspirées de la poésie du Moyen Age, afin de rendre hommage aux origines lyriques de la légende."

Vous pouvez vous le procurer ICI ou LA

Folie passagère 2557.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

PD de merde, bouffeur de bites a nègres...


" - PD et sarkozyste et après tu as le culot de parler de la "France",,,?
- t'as vraiment que du foutre dans le crane pour soutenir Sarko !!
- on va te mettre dans une cage avec 50 nègres pour te faire jouir Salope...
- on te mettra dans une cage avec 50 negres pour t'enculer salope !
- gros PD de merde bouffeur de bites a nègres et avaleur de foutre tu te prends pour qui ? le Front t'emmerde et viendra te chercher....
- grosse pédale de merde suceur de bites a nègres et bouffeur de foutre le Front t'emmerde ....
- les sarkozystes au poteau ! Dès l'aube !
- PD de merde, bouffeur de bites a negres et avaleur de foutre ! les frontistes t'emmerdent...! ON TE BUTERA LE JOUR VENU... R.M
"

Voilà, j'ai voulu vous donner un petit aperçu (sans rien n'y changer) de ce que je reçois depuis ce matin. Cela s'était calmé, ça a repris, sans doute parce qu'hier j'ai publié un billet sur Sarko. C'est tout en finesse, délicat, charmant, n'est-il pas ? 

Et si je vous fais partager cela, rassurez-vous, ce n'est absolument pas pour pouvoir bénéficier de votre soutien ou d'une quelconque compassion; voyez-vous, quand on est pédé quinquagénaire et de "droite", on est obligatoirement blindé. Blindé par les années, par les insultes maintes fois reçues, par les blagounettes à deux balles et les plaisanteries salaces, peu à peu on devient lucide quant à la bêtise humaine: Elle existe et nous la rencontrons régulièrement. 

Vous me direz que cela doit se traiter avec mépris. Absolument. Non, je vous fais partager cela pour que vous sachiez. Tout simplement. 

Les mots et la "syntaxe" employés me laissent penser que l'expéditeur est sans doute quelqu'un ayant reçu un minimum d'instruction, instruction ne rimant pas toujours avec acquis d'intelligence... Je suppose que c'est un homme qui écrit cela, sans doute un dingo de l'extrême droite, possiblement du Front National puisqu'il y fait référence. Mais rien n'est certain, l'expérience nous apprend parfois à tomber de l'armoire quand on découvre la vraie nature des gens. L'expéditeur de ces messages pourrait très bien être une nana, y en a au Front; mais cela pourrait tout aussi bien être un gars ou une nana de gauche qui ferait d'une pierre, deux coups: m'insulter et "impliquer" tant qu'à faire le FN. Mieux, pourquoi pas un homo refoulé; si vous saviez le nombre d'hétéros, d'hommes mariés ou de petits nazillons que l'on croise dans les lieux gays... Qui sait... 

Enfin, bref, vous le voyez, l'homophobie la plus basse, la plus dégueulasse, la plus stupide, la plus vile et la plus raciste existe bien, existe encore... C'est ainsi et tous les beaux discours, tous les interdits, les menaces de procès et les plaintes n'y changeront rien. 

N'y changeront rien tant qu'il y aura des individus qui n'ont rien d'autre à faire un dimanche matin, dès 6 heures, que de s’asseoir devant un écran pour balancer ce genre de conneries. Dans quel vide abyssal faut-il vivre pour agir ainsi ? Faut-il être psychologiquement malade ? Absolument. C'est aussi cela la misère humaine. 

Allez sur ce, bon dimanche à tous, même en Socialie !

Folie passagère 2556.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 29 novembre 2014

UMP: Quelques éléments pour apprécier les résultats sans dire trop de conneries


La France est dans l'expectative, la fièvre monte, les médias commencent à s'enflammer, les reporters sont positionnés devant le QG: L’événement du jour, c'est l'élection à la présidence de l'UMP. Et même si vous vous en foutez, il vous faudra des trésors d'imagination pour y échapper.

Alors avant que les résultats nous soient dévoilés, sans doute aux environs de 20h30, 21h00, il me paraît bon de faire quelques rappels. Ça évitera peut-être à certains de dires des conneries et permettra à d'autres de mieux apprécier les résultats du jour.

Primo: Cette élection est une élection interne; seuls les militants à jour de leurs cotisation peuvent voter. Ils sont donc un peu plus de 260 000 à pouvoir le faire, 268 341 pour être précis. Notons que c'est la première fois qu'un vote électronique est organisé en France à si grande échelle et sur un délai aussi court (24 heures)

Deuxio: La précédente élection pour la présidence de l'UMP remonte à novembre 2012 et vit la victoire contestée et contestable de Jean-François Copé avec 50,03% des suffrages. Les deux candidats en lice se proclameront victorieux et le bordel commença... Tout ou presque a été dit sur cet épisode de sinistre mémoire.

Tertio: C'est en 2004 que Nicolas Sarkozy est élu pour la première fois Président de l'UMP, il l'emporte avec 85,09% des suffrages devant - Mais qui pour s'en souvenir ou nous le rappeler... - Nicolas Dupont-Aignan (9,10%) et... Christine Boutin (5,82%). La participation est considéré à l'époque comme satisfaisante, elle s'élève à 53,29%. 
En 2002, au congrès de l'UMP qui se tenait au Bourget, Alain Juppé avait été élu avec 79% des suffrages devant le même Dupont-Aignan qui avait totalisé alors 14,91% des suffrages. Trois autres candidats s'étaient présentés mais leurs scores insignifiant les à fait disparaître de la mémoire collective. Le taux de participation s'élevait à seulement 28,79%. Deux ans plus tard, rattrapé par la justice pour une histoire d'emplois fictifs, Alain Juppé sera contraint de démissionner.

Quatro: Le nombre d’adhérents varie régulièrement au cours des dernières années, souvent au gré des résultats électoraux:

- 5 janvier 2007 : 335 000 adhérents à jour de cotisation (le parti aurait enregistré plus de 200 000 nouvelles adhésions depuis que Nicolas Sarkozy en était devenu le président).
- 31 décembre 2007 : 370 000 adhérents
- 7 novembre 2008 : environ 256 000 adhérents
- 20 novembre 2010 : 236 341 adhérents
- 8 novembre 2012 : 324 945 adhérents
- 29 août 2014 : 268 341 adhérents
L'UMP est le premier parti politique de France par son nombre d'adhérents (Le PS n'en comptait que 170 000 au 31 décembre 2013, en baisse de 25%)

En résumé, pour apprécier les résultats de ce soir:- 

- Il faudra prendre en compte la participation et la comparer aux précédentes élections,
- Le score de Nicolas Sarkozy , prévu aux environ de 70%, sera certes un excellent moyen de juger de la pertinence de sa candidature mais le comparer à celui de 2004 serait d'une bêtise digne d'un Michael Darmon ou d'une Françoise Degois. Et d'une, les candidats concurrents de Sarkozy sont d'un autre calibre que ceux qu'il avait face à lui en 2004 et de deux, l'eau a passé sous les ponts depuis, le Nicolas Sarkozy de 2014 n'a rien à voir avec celui de 2004. Entre temps, il a été ministre, président (avec du bon et du moins bons), la cible préférée des médias et un mets de choix pour nos petits juges (rappelons qu'à ce jour et malgré toute l'énergie déployée par ses contempteurs, Sarkozy n'a jamais été inculpé ).

Nicolas Sarkozy sera élu ce soir à la tête de l'UMP et cette perspective m'enchante, ne serait-ce que pour voir de quelle manière les gauchistes et autres frontistes vont se déchaîner contre lui... et de quelle façon ils vont tenter de minimiser son succès.

Rendez-vous à plus tard, donc.

Bonne soirée à tous, même en Socialie.

Folie passagère 2555.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 28 novembre 2014

Résolution pour la reconnaissance de l'Etat palestinien. Et puis quoi encore ?


Je suis un peu embêté avec la question palestinienne. Le sujet est tellement compliqué que même les premiers intéressés, les Israéliens et les Palestiniens n'arrivent pas depuis plus de soixante ans à se mettre d'accord. Ce conflit, c'est un peu comme la crise et le chômage en France, ça fait, en ce qui me concerne, 40 ans au moins que j'en entends parler et que d'intifada en intifada, d'attentat en attentat, rien ne change. Les haines sont tellement vivaces et la question religieuse si présente que je ne vois pas comment ils pourraient un jour se mettre d'accord.

On nous dit qu'avec la reconnaissance officielle d'un Etat palestinien, un pas de géant vers la paix serait accompli. Je ne sais pas mais si je regarde une carte de la région, je me dis que ce n'est pas cette reconnaissance qui apaisera les choses. Car qui dit Etat dit territoire et frontières définis, reconnus et respectés et là, on n'est pas sorti de l'auberge... Alors quand j'entends que nos députés débattent d'une résolution visant à défendre la reconnaissance d'un Etat palestinien, j'ai de sérieux doutes sur les capacités de ceux-ci à prendre position. Cette résolution n'aura pas force de loi, elle serait juste selon certains un "coup de pouce" donnée à un processus de paix qui depuis 60 ans en est toujours au stade du... processus.

Alors, puisque nous savons que cette résolution n'aura aucun effet sur le dit processus, quelle peut bien être sa raison d'être, son utilité ? Nos parlementaires n'ont-ils pas d'autres chats à fouetter au pays des 5 millions de chômeurs ? L'initiative, même si elle est soutenue par quelques députés de droite, vient de la gauche: parti socialiste à l'Assemblée Nationale, les écolocons derrière la "multinationale" Benbassa et les communistes au Sénat.

Personnellement et à la réflexion, j'y suis totalement opposé. D'abord parce qu'en soutenant cette résolution, c'est obligatoirement soutenir des organisations terroristes comme le Hamas (dont on découvre que nombre de ses membres s'entraînent en Turquie) ou le Fatah (Celui-ci est membre de plein droit de l'Internationale Socialiste). Soutenir cette proposition, c'est soutenir les méthodes utilisées par le Hamas. Ensuite parce que soutenir la reconnaissance d'un Etat palestinien, c'est prendre le risque d'importer en France ce conflit et d’exacerber les tensions entre diverses communautés; le pénible souvenir des manifestations à Barbes et à Sarcelles l'été dernier devrait nous inciter à la méfiance. Nous avons besoin, en France, plus que jamais d'apaisement. A croire que nos progressistes aiment porter dans les hémicycles, et donc dans le pays, les sujets clivants. Enfin, tant qu'il y aura au pouvoir à Gazza, Ramallah ou Jérusalem des gens, pardon, des palestiniens, qui soutiennent ouvertement le djihadisme et l'Etat islamique, je me dis que soutenir la création d'un Etat palestinien, c'est soutenir Daech et son Islamisme conquérant. Enfin, je vois dans cette résolution un moyen pour la gauche française de se rabibocher avec un électorat muzz bien refroidi par le mariage zinzin et autres dérives "sociétales" (ABCD de l'égalité, théorie du genre...) initiées par les gouvernement successifs de Président; la démagogie et l’électoralisme sont de véritables poisons.

At least, et considérant que l'actuelle Assemblée Nationale n'est plus représentative du peuple français ( l'a-telle été un jour ?), j'estime qu'elle n'a pas à s'engager sur des sujets de politique étrangère si sensibles; que nos députés se contentent d'essayer de bien faire le boulot pour lequel ils sont payés, à savoir défendre les intérêts du peuple français. Ça ira bien comme ça !

Folie passagère 2554.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Election Présidence de l'UMP: Mode d'emploi et commentaires


Conduisant la voiture, j'écoutais les Grandes Gueules sur RMC avec cette question du jour s'adressant (faussement) aux adhérents de l'UMP: L'élection pour la Présidence va-t-elle bien se passer ?

Manifestement, l'animateur tentait de raviver les mauvais souvenirs de l'élection de 2012 qui virent s’écharper, sur fond de fraudes manifestes, Copé et Fillon. On sait ce qu'il advint: l'UMP d'alors se couvrit de ridicule et chacun de sortir petit à petit les dossiers compromettant et de décocher flèches acérées. N'ayant jamais mis les pieds rue de Vaugirard, j'imagine néanmoins sans difficulté l'odeur pestilentielle et l'ambiance délétère qui devaient y régner, sans doute à peu près les mêmes que celles qui empoisonnèrent la rue de Solférino en 2008.

M’intéressant cependant à cette élection, j'ai donc été fouiller sur le site de l UMP, suivi la mise en place des procédures pour le vote électronique,  pris connaissance de l'information diffusée pour que chaque adhérent puisse voter correctement et ma conclusion est sans appel: L'adhérent UMP qui dirait de ne pas avoir pu voter, c'est qu'il l'aura bien voulu.

Lettres d'information personnalisées, messages sms, emails, tweets, la Haute Autorité de l'UMP et les trois candidats en lice, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, n'ont pas lésiné sur les moyens pour que chaque militant sache comment voter.

Le vote électronique pour le premier tour débute ce soir à 20 heures et se clôturera demain samedi à 20 heures. Pour le second tour, s'il devait avoir lieu, ce serait du vendredi 5 décembre 20 heures au Samedi 6 décembre 20 heures. De l'avis général, le nouveau Président devrait être connu à l'issu du premier tour soit demain samedi 29 novembre vers 21 ou 22 heures. Chaque militant aura reçu son code personnel et son mot de passe plusieurs jours, voire quelques semaines à l'avance, muni de son numéro d’adhérent, il n'aura plus qu'à se connecter au site de l'UMP: www.presidentump2014.fr pour pouvoir voter. Pour ceusses qui n'ont pas d'ordinateur ou qui préfèrent prendre en vrai le pouls de cette élection, des bureaux ont été ouverts un peu partout en France (liste disponible sur le site de l'UMP).

Des fraudes sont-elles possibles ? Sans doute, il est toujours possible de truander un brin mais quel intérêt ? Le corps électoral est suffisamment " étroit ", un peu plus de 260 000 votants, pour que les procédures mises en place et les contrôles au dépouillement en limitent au maximum le risque. L'UMP, tant vis à vis de ses militants que vis à vis des Français, n'a plus droit à l'erreur.

Reste maintenant à patienter et voir qui deviendra le prochain président de l'UMP. Les sondages prédisent une large victoire de Nicolas Sarkozy (+/- 70% des suffrages), Bruno Le Maire devrait obtenir 20 à 25 % des voix et Hervé Mariton 5%. Nous verrons.

La campagne électorale s'est-elle bien déroulée ? Chacun jugera. Pour ma part, il me semble que oui même si l'on peut regretter d'une part le peu d'audience médiatique accordée à Hervé Mariton et l'absence d'un débat télévisé réunissant les trois candidats. Par ailleurs et pour tout vous dire, j'ai beau avoir suivi l'ensemble de cette campagne, hormis sur quelques points très précis comme le mariage zinzin, je ne saurai aujourd'hui souligner les réelles différences programmatiques entre les 3 prétendants. Je suis persuadé qu'in fine, globalement, le vote se fera à " l'affect ". Une question de personne, de personnalité plus qu'une question de programme.

Rendez-vous donc samedi soir ou dimanche matin pour connaître le nom de celui qui mènera l'UMP, premier parti d'opposition à la clique qui nous gouverne, au combat pour les prochaines échéances électorales: les départementales en mars 2015, les régionales en fin d'année 2015 ( sous réserve d'une énième modification des dates par le gouvernement).

Folie passagère 2553.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 27 novembre 2014

A chacun son bon secours

Le plus ancien, le populaire, le "Républicain ", fondé en 1945: Le Secours Populaire:
Vint juste après, en 1946, le Secours Catholique:


Inconnu de moi jusqu'à ce que je vois cet après-midi dans le métro parisien une affiche annonçant leur campagne de collecte de dons 2014, parrainée par Patrick Bruel et Michel Drucker, L'Appel National de la Tsedaka, façade marketing du Fonds Social Juif Unifié, créé "depuis une cinquantaine d'année":


Plus récemment, créé soit en 1981 soit en 1991, filiale ou pas, on ne sait pas trop,  du Secours Islamique Mondial, le Secours Islamique France. Je ne connaissais pas jusqu'à ce que je vois il y a peu une affiche 4 x 3 près de chez moi ou celle-ci dans le métro parisien:


C'est chouette, les 4 principales religions de France (la République, les cathos, les juifs, les muzzs) ont donc leur "bon" secours.

Mais à part ça tout va bien...

Folie passagère 2553.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mercredi 26 novembre 2014

Salafistes et Front National, même combat !


Nouveau chouchou de nos critiques littéraires, promis par la gente canalplussienne à un prix Goncourt qu'il n'obtint pas pour son livre " Meursault, contre-enquête ", l'écrivain Kamel Daoud s'est fendu d'une tribune publiée par le Point et titrée " Salafiste toi-même". Dans cette tribune, faisant fi de toutes les horreurs commises par les salaf, il associe étroitement mais habilement les dits salafistes de l'auto-proclamé Etat Islamique aux réactionnaires, aux militants du Front National ou de l'Extrême droite et tant qu'à faire aux nazis. Il fallait oser, il l'a fait.

" Étrange rime dissonante : souche et salaf. Pour la souche, c'est connu : c'est la nouvelle doctrine de la pureté de race ou de nationalité. C'est une extension donnée à la racine, comme certains coiffeurs ajoutent des extensions aux chevelures trop courtes. La souche est une affirmation par le passé, face au présent. Une doctrine revivifiée et rénovée de la pureté, succédané du temps zéro et du moment heureux et sublimé. C'est un retour au passé pour en faire un visage, une exhumation, un repli, un basculement, un effondrement salutaire. Le Français de souche est un torticolis, un contorsionniste de la mémoire, un déni. Quand on se réclame de la souche, c'est qu'on a raté les récoltes, en gros. 

Le lien avec le salaf ? La rime et le sens. Salaf est le mot qui est à l'origine du salafisme. Dans le catalogue de l'islamiste, le salafiste est l'islamiste de souche. Le musulman pur, le fervent des temps anciens, des moments zéros, des minutes heureuses de la révélation coranique. Le salaf se traduit " ancêtre", anciens, pères fondateurs. Mais aussi souche, pureté. C'est aussi un basculement vers le passé fantasmé, l'autrefois d'avant, la chute dans le temps, d'avant le mélange, la mixité, la dégradation de la race en quelque sorte. Un salafiste refuse le temps, l'écoulement des jours. Il veut et rêve de la restauration. Comme le fervent de la race pure. Il construit un passé, grain par grain, et du coup restaure le désert, pas l'utopie. Il refuse les outils de ce monde, les habits, les corruptions généalogiques, les agressions de la modernité. Un salafiste veut reconstruire la ville du Prophète à la dimension du monde. Il veut ressembler par les vêtements, la barbe, les rites et les manières et le verbe, aux anciens tel qu'il se les imagine. Il veut donc la pureté. 

Et en ce sens, il est le frère jumeau du Gaulois qui se rêve de souche. Il est le pendant théologique de la théorie raciale. Il y a une parenté étrange et niée entre le salafiste et le fervent de souche comme nationalité pure. Les deux rêvent de restaurer un temps fantasmé et une pureté qu'ils disent altérée par l'Autre, l'étranger, le différent. Il y a un effet de rime entre salaf et extrême droite. Les deux réagissent par l’irrationalité de la fatwa et le ridicule des polémiques. Les deux ont une conception moyenâgeuse de l'Etat: Ils sont féodaux au sens ancien, émirat gaulois ou république islamique du Sahel ou d'Irak. Les deux se revendiquent d'un homme [Mahomet, je suppose. ndlr] ou d'une femme [Jeanne d'Arc, supposais-je aussi] qui entendent des voix, mêlant vision, décolonisation, patriotisme et Dieu dans la même prière. 

Les deux voient en l'autre, l'un dans l'autre, l'ennemi de soi. La Gaule pure a le même dessin que l'émirat rêvé du Sahel. Restauration, pureté, imitation, retour, repli sont les maîtres mots de leurs dictionnaires. La Gaule pure est bleue, l’Émirat se voit en vert. Et plus l'un se répand, plus l'autre se renforce. Les deux procèdent par fatwa irrationnelles, n'aiment pas le juif et le dissident, se révoltent quand on les accuse mais accusent quand on leur donne la parole. Le salafiste et le militant d'extrême droite sont la même maladie de l'époque. 

Étrangement les deux parlent de halal (viande) et haram (interdit). Le salafiste voit le haram (l'interdit) partout et le militant d'extrême droite voit le halal( boucherie) partout. 

Jumeaux, mais dos à dos, pour toujours."

La chose est bien écrite, non ? Elle devrait plaire à certains et scandaliser les autres. A vous de voir.

Folie passagère 2552.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Les larmes du drapeau - FTP