mardi 30 avril 2013

Election Présidentielle: On refait le match ! ( sans se réjouir trop vite...)


Un sondage CSA pour BFM fait beaucoup parler de lui. Si la présidentielle devait se rejouer ces jours-ci, dans tous les cas de figure, au premier tour comme au second, Sarkozy l'emporterait. hollande serait même exclu dès le premier tour avec 19% des intentions de votes quand La Marine afficherait 23% et Sarkozy 34%. Au deuxième tour, dans un duel Sarko-hollande, le premier l'emporterait avec 61% des suffrages; dans un duel opposant Sarko à La Marine, Sarko ferait péter le score à 67%.

41% des électeurs d'hollande au premier tour de 2012 ne revoteraient pas pour lui aujourd'hui; 35% au second tour.

Et bien vu comme cela, n'y-a-t-il pas pour la droite et pour les fans de Sarkozy une bonne raison d'avoir le coeur en fête aujourd'hui ? Quel enseignement tirer de ce qui n'est somme toute qu'un sondage ?

La première chose, c'est la confirmation, pour  ceux qui en douterait encore, que hollande n'a pas fini de décevoir les Français. Ce qui semble bien normal compte tenu de toutes les conneries, renoncements, reniements, couacs et autres mensonges en série accumulés en moins d'un an. Le vrai changement, il est là: 51% le 6 mai 2012, 39% aujourd'hui ! Au final, ce que nous étions nombreux à pressentir et à écrire lors de l'arrivée de hollande au pouvoir: Il ne pourrait que décevoir; le candidat de la gauche n'avait ni les capacités pour assumer les responsabilités, ni un programme crédible pour redresser la France.

Le deuxième enseignement de ce sondage devrait cependant mettre en alerte la droite. 

Celle-ci aurait bien tort de se réjouir trop vite. Primo, parce qu'il met en exergue, encore une fois, l'incontournabilité de Sarkozy dans le jeu politique français et qu'il est bien trop tôt - même si le temps politique est bien plus rapide que le temps réel - pour avoir l'assurance que celui-ci ose, veuille ou puisse se représenter. Le deuxio est un corollaire de ce primo: nul à droite aujourd'hui ne semble capable de s'imposer face à hollande.  Il n'y a pas de Copé, de Fillon ou d'autre prétendant qui tiennent la route aujourd'hui. C'est une évidence, le pitoyable spectacle des élections pour la tête de l'UMP est encore dans toutes les mémoires. hollande n'est éjectable qu'à la condition sine qua non: que Sarkozy se représente.

ET là est le véritable avertissement pour la droite: si d'aventure Sarkozy ne se représentait pas et compte-tenu de l'absence totale à ce jour de candidat sérieux et crédible à droite, hollande serait réélu sans réelles difficultés en 2017. On imagine même aisément, un " 21 avril à l'envers ": hollande affrontant, avant de l'emporter, Marine Le Pen. Front Républicain oblige !

Que conclure de tout cela ? Et bien que je suis vachement content de voir que Pépère me donne raison: il s'annonçait décevant, il l'est; tous les sondages le prouvent. Mais force est de constater qu'actuellement, hors Sarkozy, point de salut pour la droite. Osons donc imaginer que nos cadors de droite s'aperçoivent de cela et qu'ils mettent toute leur énergie à bâtir rapidement un programme crédible afin de blackbouler au plus tôt toute la clique hollandaise et ce dès les municipales de l'an prochain.

On sait aujourd'hui que hollande prépara sa conquête dès 2009 avec les quelques olibrius qui  jamais ne cessèrent de croire en lui; Le Drian, Le Foll, Le Roux, Jouyet, Mignard et quelques voltairiens. J'aimerai croire, qu'à droite, on se prépare aussi bien à reconquérir ce que l'on n'aurait jamais du perdre.

------------------------------------ ### --------------------------------------

Sans rapport aucun, c'est mon côté bubble-gum, il y a 6 ans, jour pour jour, Gregory Lemarchal disparaissait à l'âge de 24 ans. Pour diverses raisons, j'aimais beaucoup ce chanteur dont l'histoire n'aurait jamais du s'achever si tôt. Une pensée pour lui.




Folie passagère 1688.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 29 avril 2013

Ne rien lâcher. Ne pas se taire. Ne pas capituler. Ne pas céder.


Z'avez rien remarqué d'anormal ? Vous n'avez pas l'impression qu'un curieux silence s'est installé ? 

La loi Taubira a été votée et, zou, plus un mot dans les médias. Comme si toute opposition à cette loi avait disparu. Envolées les manifs, disparues les photos truquées, étouffés les scandales d'Etat sur le nombre de manifestants, terminées les images de CRS s'en prenant aux manifestants pacifiques. Étouffons, étouffons cette folklorique contestation, croisons les doigts en espérant que le Conseil Constitutionnel signera le bouzin sans faire la moindre remarque. On nous regarde, vite, il faut entériner définitivement le mariage zinzin.

Tenez, croyez-vous qu'un merdia français aura rapporté la question ouverte d'un député italien ( oui, oui, italien ) au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe sur les violences policières commises en France contre les manifestants? Que nenni, ça ferait désordre.

Après avoir diabolisé les manifestants, les avoir mis plus bas que terre, les avoir traité d'homophobes ou de nazis comme le fit une collaboratrice de Taubira, les avoir gazé, les avoir verbalisé pour port de sweat-shirt "subversifs", maintenant, on ignore, on se tait, les médias se taisent, les journaux sont passés à autre chose.

Et pourtant. Il suffit d'aller sur twitter pour constater qu'il n'en est rien. 

L'opposition est toujours là, toujours aussi active. Les manifestants toujours aussi nombreux, mais se faisant remarquer de manière différente. Aucune grande ville n'est épargnée par la contestation. Le mouvement des veilleurs essaime sur toute la France. Les Hommen font quasiment chaque jour une opération aussi courageuse que marquante. Chaque jour, à Lyon, Marseille, Paris, Cergy, Bordeaux, Tours, Nantes, Rennes, Mulhouse, Rouen, Namur, Perpignan... oui chaque jour La Manif Partout est présente et manifeste par des coups d'éclats aussi sympathiques que pacifiques. Les ministres produisent des agendas vierges de peur d'être coincé, coursé, vilipendé, hué à chacun de leurs déplacements. Le 5 mai, ce sera le jour des grandes manifs régionales. Le 26 mai, celui de la grande manif nationale à Paris.

Ne rien lâcher. Ne pas se taire. Ne pas baisser la tête. Ne pas capituler. Ne pas céder.

Quelques gauchistes blogueur, twittos et autres éditocrates bas du front ironiseront: " A quoi bon, vous avez perdu, la loi est votée, bandes de nazes ", sans même se poser la question de savoir pourquoi  les opposants sont chaque jour un peu plus nombreux, sans même avoir compris que cette opposition dépassait largement le cadre de cette loi inique. Sans même comprendre ( ou en faisant semblant de ne pas comprendre ) que derrière cette opposition au mariage zinzin, apparaissaient peu à peu la remise en question de certains " dogmes " progressistes, la contestation d'un politiquement correct étouffant, le ras le bol des idées gauchistes qui nous polluent la vie depuis des années, la colère, bientôt à son paroxysme, vis à vis d'un gouvernement qui n'a cessé d'ignorer sciemment l'existence du 13 janvier, du 24 mars, du 21 avril...

Certains chroniqueurs patentés parlent, non sans sourire, d'un " mai 68 à l'envers ". Mais c'est exactement ce qui est entrain d'apparaître. Un " mai 68 " de droite qui serait l'expression du ras le bol généralisé vis à vis du noyautage complet de la société par l'idéologie gauchiste. Les réacs osent parler, les veilleurs osent chanter, certains prier, d'autres huent les ministres, d'autres encore bloquent des rues et des avenues... Rien de bien méchant pour le moment, tout juste est-ce réprimé en toute discrétion. Jusqu'à quand ?

Jusqu'à ce que la soupape explose, jusqu'à ce que se libère pleinement cette frustration trop longtemps contenue d'être ignoré ou moqué. Jusqu'à quand ? Jusqu'à l'incident de trop. Dès lors le gouvernement sera responsable et coupable.

La manif Pour Tous ne cède rien, son combat évolue et le gouvernement ferait bien d'en tenir compte.

Prochaine étape le 5 mai en régions, le 26 mai à Paris.

Folie passagère 1687.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Ce mur des cons qui dérange la gauche


Non mais qu'est-ce qu'on se marre avec nos socialistes et blogueurs de gouvernement. C'est plus fort qu'eux: ils ont toujours raison, ils savent tout sur tout, ils sont la vérité. Ils savent. Rien ne les effraie, encore moins leurs contradictions.

Tenez, prenons cette affaire du " mur des cons ", et bien à les lire et les écouter, cela n'a rien de dramatique, c'est juste un truc de potaches dans un lieu privé. Et le journaliste qui a filmé et dévoilé le truc est un salaud, un vendu qui n'a pas respecté la " déontologie " de la profession; à supposer qu'il y ait une quelconque déontologie chez les journalistes. Il n'avait qu'à se taire et ne rien dire. Ben voyons ! Un journaliste trouve une info croustillante - et le scandale qui s'en suit prouve la crousticité de l'info - et il devrait sagement la mettre dans sa poche avec des tonnes de déontologie dessus ? Et bien non seulement, il ne l'a pas caché mais il a eu raison de dévoiler le truc, ne serait-ce que pour faire comprendre aux Français à qui nous avions à faire avec 30% de la magistrature. Mal lui en a pris, il est maintenant pourchassé par tous les gauchistes de la terre, y compris par ses collègues de FR3 et ses pairs du SNJ; les mêmes qui crient, quand cela les arrange, aux atteintes à la liberté de la presse ! 

Mais quand les bons journalistes, entendez ceux qui sont de gauche et détiennent la vérité, utilisent l'infiltration, les écoutes téléphoniques, les enregistrements audio ou vidéo pris à l'insu des personnes, j'en passe et des meilleures, là, pas de problèmes, c'est normal ! Mais de qui se moque-t-on ?

De tous temps, les journalistes ont utilisé tous les moyens disponibles, légaux, pas légaux, moraux ou immoraux  pour pécho l'info. Choper l'info et la diffuser, telle est leur mission; à tout prix. Et ils viennent, ces gauchistes de salon, nous faire la morale parce qu'un journaliste a fait son boulot ?

Mais revenons à notre mur des cons.

Est-ce de l'information que de savoir qu'un syndicat hébergé dans les locaux de la Chancellerie, ouvertement de gauche, et représentant 30% de la magistrature s'amuse à dresser un mur sur lequel sont pointées, caricaturées injuriées et moquées diverses personnalités, globalement de droite ? Avons-nous le droit de savoir et est-ce de l'information que de révéler que des magistrats s'amusent à se foutre de la gueule du père d'une jeune fille violée et assassinée ? Assurément oui !

Qui peut prétendre du contraire ? Personne.

Même ce qui nous sert de ministre de la Justice ( celle que tous ces gauchistes sus-cités saluaient il y  a peu pour son combat pour l'égalité ) a jugé l'information suffisamment "grave", le fait "consternant" et l'existence d'un "possible manquement aux règles de déontologie" de la magistrature pour saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature. C'est dire si l'info méritait d'être dévoilée.

Non décidément, rien n'arrête nos auto-proclamés parangons de vertu, même pas le ridicule.

Tenez, rappelons l'un des principes, issu de la Constitution, qui régit la magistrature: " Toute délibération politique est interdite au corps judiciaire. Toute manifestation d'hostilité au principe ou à la forme du gouvernement de la République est interdite aux magistrats, de même que toute démonstration de nature politique incompatible avec la réserve que leur imposent leurs fonctions "

Cette affaire méritait d'être dévoilée ne serait-ce par qu'il est légitime que les Français sachent par qui, un jour, ils seront peut-être jugés.

Cette histoire de mur des cons, à gauche, c'est un peu: " Cachons cette merde que nous ne saurions voir ! ".

Folie passagère 1686.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 28 avril 2013

Valls, Sapin, Bartolone... Ils nous auront tout fait !


Claude Bartolone, après avoir été député PS de Seine Saint Denis pendant de longues années, est aujourd'hui Président de l'Assemblée Nationale. A ce titre, il est le quatrième personnage de l'Etat.

Abondant dans le sens de Harlem Désir qui souhaite entraîner le PS ( et donc la France ) dans une guerre ouverte avec l'Allemagne, Bartolone déclare dans le journal Le Monde qu'il fallait, si nécessaire aller à " la confrontation " avec l'Allemagne d'Angela Merkel.

Ce disant, Bartolone, plus stupide qu'il le paraît, a toutefois perdu toutes ses chances d'entrer dans un futur gouvernement. Logiquement.

Ses propos idiots n'ont pas manqué de faire réagir quelques personnalités de gauche et non des moindres...

" Ces propos sont irresponsables, démagogiques et nocifs. Ils risquent de mettre en très grande difficulté la relation historique entre nos deux pays, essentielle pour l'avenir de l'Union. il ne peut pas y avoir de recherche d'un bouc émissaire qui aurait le visage d'Angela Merkel. Si elle gagnait les élections en septembre, que ferions-nous? Nous déclarerions la guerre à l'Allemagne ? " Manuel Valls, ministre de l'Intérieur.

" Le terme de 'confrontation' utilisé ces derniers jours est totalement inapproprié, inadapté. C'est même un contresens vis à vis des relations entre la France et l'Allemagne. (...) Parler de confrontation est une erreur de mot et même de concept. Si on veut que le débat ait vraiment lieu, il faut éviter les mots qui blessent. " Michel Sapin, ministre du Travail.


Deux ministres de premier plan remettant vertement à sa place le Président de l'Assemblée Nationale ! Du jamais vu. Mais qu'est-ce que c'est que cette équipe de bras cassés ?

Ils nous auront tout fait.

Folie passagère 1685.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Erreur du JDD: 78% des Français favorables à une dissolution de l'Assemblée Nationale


Il paraîtrait que les Français, selon un sondage du JDD, souhaitent un gouvernement d'union nationale. François Bayrou serait l'homme providentiel plébiscité pour devenir premier ministre.

La première réflexion qui vient c'est que ce sondage est avant tout une preuve magistrale de l'échec d'hollande et de sa clique. Alors que les socialistes ont tous les pouvoirs, avoir dégoûté à ce point les Français en si peu de temps, relève de l'exploit !

La deuxième réflexion  c'est peut-être bien que les Français ne sont pas aussi cons qu'ils en ont l'air; peut-être bien que ce désir d'union nationale est aussi la preuve qu'ils considèrent comme une erreur d'avoir confié tous les pouvoirs aux mains des mêmes personnes et de la même idéologie. Il n'y a plus de contre-pouvoir institutionnel aujourd'hui. Il reste le pouvoir de la rue - et toutes les récentes manifestations montrent qu'il n'est pas suffisant pour infléchir le pouvoir en place - mais celui-ci fait peur. Les Français n'aiment pas le désordre et les risques évidents d'explosion sociale inquiètent, d'où sans doute cette envie subite d'union.

Ceci dit, les Français sont de doux rêveurs. Pour qu'il y ait un gouvernement d'union nationale qui tienne la route, encore faudrait-il qu'il y ait une dissolution de l'Assemblée Nationale. Car comment imaginer qu' un gouvernement composé de personnalités diverses, de droite , du centre et de gauche puisse gouverner correctement et sereinement avec une assemblée nationale toute acquise à la gauche. Et comment imaginer que Pépère et les caciques du PS puissent, ne serait-ce qu'un instant, se laisser déposséder de ce relais qu'est l'Assemblée. Il ne peut donc pas y avoir de gouvernement d'union nationale sans dissolution. Et compte-tenu des circonstances, il y a fort à parier que de nouvelles législatives n'apporteraient pas à Pépère le soutien recherché.

Quant à Bayrou, premier ministre... C'est qui Bayrou ? Qui donc est cet homme ? Quels sont ses réseaux ? Que pèse-t-il à part ses 80 kilos de bonhomie béarnaise ? Le gars qui, par haine de Sarko, a appelé à voter pour Pépère ? J'ai bien noté qu'il était réapparu sur nos écrans radars depuis quelques temps, Pépère l'aurait même reçu récemment en son Château, mais qui pourrait bien vouloir participer à un gouvernement durable avec lui ? Certainement pas les gars de l UMP, encore moins ceux du Front de Gauche ou d'EELV.

Non, non, ce sondage est ridicule car le JDD n'a pas posé ou osé poser la bonne question. La question n'est pas de savoir si les Français veulent un gouvernement d'union nationale mais bien plutôt:

Etes-vous favorables à une dissolution de l'Assemblée nationale ? 

Je parierai bien compte tenu des circonstances sur un 78% de Français favorables !

Folie passagère 1685.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 27 avril 2013

De Vincent Peillon à Robespierre en passant par la Théorie du Genre




La théorie du genre, c'est le truc à la mode chez nos socialistes. C'est quoi au juste la théorie du genre ? C'est pour faire simple le fait de nier que le petit garçon est un petit garçon avec kiki et nier que la petite fille est une petite fille avec foufoune, seule la vie qui passe et les expériences feront que le petit garçon, s'il le souhaite, devienne un homme, que la petite fille devienne une femme. Avec cette théorie, ce n'est donc pas la morphologie et les attributs qui font le devenir et la sexualité des êtres humains; c'est à chacun, en fonction de ses choix, de ses goûts et de son histoire de décider s'il veut s'assumer en tant que femme ou homme.



La chose peut paraître complètement débile à certains mais elle est considérée comme fondamentale chez nos socialistes. Pourquoi ? Parce que grâce à cette théorie, nos idéologues pensent ainsi gagner une nouvelle lutte: Parvenir, au nom de l'égalité, à une société sans classe de sexe. Nous avions la lutte des classes entre prolos et bourgeois que le communisme et le socialisme souhaitaient abolir: tous égaux, égale répartition du travail et du capital, etc... La théorie du genre est donc censé porter le fer dans un autre bastion des ( supposées ) inégalités: les différences entre les sexes. En clair la sexualité ne doit pas être un critère de différenciation entre les hommes et les femmes. L'altérité sexuelle disparaîtrait ainsi.

Nous le voyons, la théorie du genre relève totalement d'une démarche idéologique, charge à nos politiques de gauche de la mettre en oeuvre: Egalité pour tous, y compris en matière de sexualité, par delà les différences morphologiques et biologiques. Egalité pour tous... cela ne vous fait penser à rien ?... Mariage pour tous. A terme, une société uniformisée. Avec pour base la transformation de l'enfant-roi ( voulu et choyé par un papa et une maman ) en être à élever et éduquer.

Comment ça je délire ? Il suffit pour s'en convaincre de lire la Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif. Cette convention rédigée à l'initiative de divers ministères ( droit des femmes, Education nationale, Agriculture... ) est pilotée par Vincent Peillon et Najat Vallaud Belkacem. Il s'agit ni plus ni moins d'assurer la promotion à tous les niveaux de la vie éducative, scolaire et universitaire de l'égalité - la négation ? - sexuelle et, accessoirement, de bannir toutes discriminations à l'égard des femmes et ce " dès le plus jeune âge " ( cf admission des enfants dès 2 ans prévue par la loi Peillon ).

A tous les chapitres de cette convention, la théorie du genre apparaît; petit aperçu:

- L’éducation à la sexualité, dans toutes ses dimensions, soit assurée pour les filles et les garçons. Les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre, les inégalités et les stéréotypes doivent nourrir les politiques publiques mises en place pour assurer l’égalité effective entre filles et garçons, femmes et hommes.


- L’école porte à tous niveaux le message de l’Égalité entre les filles et les garçons et participe à modifier la division sexuée des rôles dans la société.

- Préjugés et stéréotypes sexistes, ancrés dans l’inconscient collectif, sont la source directe de discriminations et, à ce titre, doivent être combattus dès le plus jeune âge.

-  Engager une réflexion avec les éditeurs pour éviter les stéréotypes sexistes dans les manuels et ouvrages scolaires.

-  Donner aux élèves, étudiants et étudiantes les outils nécessaires pour mieux  appréhender le traitement du genre.

En lisant ce texte  on s'aperçoit que tout a été prévu à quelques niveaux que ce soit ( éducation sportive, histoire, médias, littérature, manuels scolaires, corps enseignants, etc... ) pour imprimer à toutes et à tous, dès le plus jeune âge ( la circulaire insiste plusieurs fois sur ce point ), le bien fondé et l'utilité de cette théorie.

Théorie dont la mise en oeuvre n'a, à mon sens, qu'un but unique: nier les différences sexuelles et remettre en cause tous les fondements de la famille traditionnelle et le modèle de société hétérosexuelle dans lequel nous vivons.

A quelles fins ? L'uniformisation, la modélisation des générations futures, la négation de l'altérité. En clair, un socialisme républicain supposé d'un nouveau genre dont l'être suprême ( l'être humain dégenré ) serait l'étalon. Etre Suprême, cela ne vous rappelle rien... Robespierre et compagnie... Le Genre Humain etc...

Robespierre n'imaginait-il pas que le culte de l'Etre Suprême était le meilleur moyen de " développer le civisme et la morale républicaine " ? Civisme, morale républicaine... tiens, tiens... tout serait donc lié !

Bienvenue en Socialie !

Folie passagère 1684
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Les socialistes déclarent la guerre à l'Allemagne !


Crénom, ça y est nous sommes en guerre ! Il y avait longtemps que l'on n'avait pas cassé du schleu. Le Parti Socialiste s'y colle. " Le PS déclare la guerre à l'Allemagne " titre Le Figaro. " Le PS dénonce l'intransigeance égoïste de Merkel " pour Libération; " Au PS, réquisitoire contre l'Europe de droite ", pour le Monde.

Taper sur le meilleur de la classe, le privilège des cancres !

Mais quelle mouche a donc piqué la direction du PS, les présidents socialistes de l'Assemblée et du Sénat et le gouvernement pour vouloir comme cela la peau de l'Allemagne et de Merkel. Parce que nous disent ces 3 journaux, ils sont tous d'accord, ou presque, au PS: Il faut mettre la pâtée à Merkel, à l'austérité, aux égoïsmes allemands, à la rigueur et patati ! Pourquoi ?

Et bien c'est assez simple, pour ressouder la majorité, donner des gages de socialisme à la gauche de la gauche de Pépère, globalement ulcérée par la politique menée par le gouvernement et espérer ainsi, et tant qu'à faire, consolider les alliances avec la gauche européenne. Un conseiller du gouvernement, cité par Le Figaro, explique assez bien la chose: " Depuis un an, nous n'avons pas désigné d'adversaire politique. Nous avons essayé de nous mettre bien avec chacun. Résultat, on s'est mis tout le monde à dos. Il était temps de désigner un adversaire pour ressouder les troupes ".

La technique du bouc-émissaire façon PS ! Désigner le méchant pour masquer ses incompétences, ses manques de résultats et les contradictions avec " les valeurs de la gauche " ( dixit Clémentine Autain et La Méluche ) que révèlent certaines décisions ( accord de flexi-sécurité par exemple ). En gros, si on n'y arrive pas c'est parce que la crise, parce que Sarkozy et parce que le grand méchant loup allemand ! L'histoire économique et politique de l'Europe est pleine d'exemples de désignation de boucs émissaires: les juifs, les arméniens, les ritals, les portos, les arabes etc... ça n'a jamais marché et cela s'est toujours retourné contre les manipulateurs.

Bon c'est clair que la diversion ne fait pas illusion, personne n'est dupe; même à gauche !  La " confrontation " voulue par Bartolone " sert de dérivatif. Ça arrange tout le monde et ça permet de gagner du temps… Mais, c'est trop facile de tonner contre l'austérité en Europe sans faire le lien avec la politique menée en France. Notre condamnation unanime de l'Europe ne doit pas nous exonérer de réfléchir au cap économique poursuivi en France. Il y a un lien entre les deux. Passons donc sans tarder à une deuxième phase du quinquennat. " déclare Maurel, le représentant de la gauche de la gauche du PS.

Ainsi, le PS et le gouvernement déclarent la guerre à l'Allemagne pour masquer ses divisions et les mécontentements internes. Ni plus, ni moins. 

Quant à déclarer la guerre à l'Allemagne, premier partenaire économique de la France - Il serait peut-être bon de le rappeler à nos gauchistes -, encore faudrait-il que nous soyons armés pour cela. Si on considère nos déficits, nos 5 millions de chômeurs, nos 8 millions de précaires, notre dette, notre manque chronique de compétitivité et l'incompétence flagrante de nos dirigeants, je crois que le PS et consorts feraient bien de la mettre en sourdine et de s'occuper des affaires de la France.

Avec humilité.

Il est loin le temps où Tonton comptait fleurette à Helmut...

Folie passagère 1683.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 26 avril 2013

Le retour des petits pains au chocolat


Voici comment Europe 1 raconte les détails du procès qui s'ouvre aujourd'hui à Paris. Vous pouvez vous livrer à une petite analyse de texte passionnante sur le thème du comment prendre des gants pour parler des sujets qui fâchent; ces sujets dont on est bien obligé de parler lorsque l'on est un média mais qu'il fallait taire il y a encore peu de temps. Dans ma grande bonté et pour vous guider dans votre analyse j'ai souligné quelques passages ou mis quelques commentaires entre parenthèses.



Le contexte: C'est un procès inhabituel, dérangeant pour certains ( Pourquoi cela devrait-il être dérangeant ? ), qui se tient vendredi devant la treizième chambre du tribunal correctionnel de Paris. Celui d'une agression raciste commise en septembre 2010 qui, ne vise pas, comme souvent, une personne issue d'une minorité, mais un homme insulté de "sale blanc" ( admirez les guillemets; Europe 1 oublie de mentionner les " enculé, sale Français" etc... ). La justice a décidé de poursuivre le seul agresseur identifié avec la circonstance aggravante d'insultes racistes. L'audience, qui devait avoir lieu en octobre dernier, avait été renvoyée car le contexte était trop tendu ( c'est vrai qu'en ce moment tout est calme ), un mois après la polémique lancée par l'affaire des "pains au chocolats" de Jean François Copé. Le jugement devrait être mis en délibéré.

Une cigarette refusée: Les faits se sont déroulés dans le métro parisien, tôt le matin, à la station gare du Nord (ce genre de problèmes se produisent rarement aux stations Assemblée nationale ou Solférino ). Un homme refuse de donner une cigarette que lui demandent deux jeunes ( Qui sont ces jeunes ? 2 selon E1, 3 selon Le Monde et pourquoi 1 seul inculpé ? mystère ). La situation dégénère et les agresseurs commencent par insulter le récalcitrant de "sale blanc, sale Français", avant de le frapper à coups de tessons de bouteille ( C'est vrai que tout le monde se ballade, tôt le matin avec des tessons de bouteilles ). La victime est sérieusement blessée ( 40 jours d'ITT, une paille ! )au cours de cette scène de violence qui pourrait sembler banale. Mais pour la justice, il s'agit bien là d'une agression raciste ( Non, sans déconner ! ).

La LICRA soutient la victime: ( L'info est presque aussi importante que le drame: une assoc anti raciste s’intéresse à une affaire de racisme... ) Le concept de "racisme anti-blanc" fait polémique ( Pourquoi devrait-il, ce racisme anti-blanc, faire polémique? ). Mais, pour la première fois dans ce type d'affaire ( Y en aurait-il eu d'autres que l'on nous aurait caché ? La Licra se serait-elle mobilisée sans les petits pains au chocolat de Copé ? ), la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) a décidé de se positionner aux côtés de la victime. " Sale blanc, sale Français ", c'est quelque chose qui n'est pas acceptable dans la société française" ( Non, sans déconner, bis ), explique au micro d'Europe 1 le président de la LICRA, Alain Jacubowicz. " Je crois qu'il est naturel qu'une association antiraciste soit aux côtés des victimes d'actes de racisme", poursuit-il. L'avocat souligne cependant que "fort heureusement", "lorsque l'on est blanc et français, on n'est pas discriminé en France" ( ah oui ? cet idiot a-t-il été voir dans certaines cités ou dans certaines stations de métro ou dans certains trains de banlieue comment le " blanc " était discriminé ? ). " Pour autant on ne peut pas ignorer ces faits qui, malheureusement, sont de plus en nombreux", précise-t-il enfin ( de plus en plus nombreux, tiens, tiens, mais pourquoi donc se moquait-on il y a peu de ceux qui dénonçaient cette montée du racisme anti-blanc ? ).

Un phénomène peu étudié: Si le racisme "anti-blanc" existe bien, le phénomène reste cependant encore peu étudié par les chercheurs ( et pourquoi donc ? ). Le sujet est sensible ( normal, à force de l'éviter ) et souvent récupéré par la classe politique ( ben en même temps, c'est un peu son job d'en parler, non ? ). Ainsi, à l'automne dernier, Jean-François Copé avait été accusé de flirter avec les thèses du Front National ( Si c'est la LICRA qui en parle, ça va, si c'est Copé, non ? ) en évoquant cette notion. "Un racisme anti-blanc se développe dans les quartiers de nos villes où des individus - dont certains ont la nationalité française ( comment cela, ils n'ont pas tous la nationalité française dans les quartiers ? ) - méprisent des Français qualifiés de gaulois au prétexte qu'ils n'ont pas la même religion, la même couleur de peau ou les mêmes origines qu'eux", avait-il alors déclaré ( Copé avait pourtant raison, pourquoi lui être tombé dessus ainsi ? ).

Le racisme anti-blanc suscite d'ailleurs un malaise au sein même des associations de lutte contre le racisme. ( La conclusion qui tue ! Y aurait-il donc des associations anti-racistes qui lutteraient uniquement contre certaines formes de racisme... Je n'ose y croire... )

Allez vite, vite, que justice se fasse pour lire et entendre les différentes réactions. Gageons que la LICRA saura mettre en avant sa participation dans ce procès que SOS Racisme semble pour l'instant bouder...

Folie passagère 1682.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Ce type est vraiment une bille !


Le record de 1997 a donc été battu: Au mois de mars 2013, la France compte 3 224 600 demandeurs d'emplois inscrits à Pôle Emploi en catégorie A soit + 11,5% en 1 an.

Toutes catégories et territoires confondus, la France compte 5 millions de demandeurs d'emplois. C'est tout simplement du jamais vu !

Tu parles d'un record ! Une catastrophe, un désastre, oui. Mais bon, Pépère semble aimer battre des records: popularité désastreuse, mensonges, reniements, chômage, pression fiscale... Un vrai petit cumulard !

Mais il n'y a aucune raison de s'affoler d'abord parce que Pépère nous l'a maintes fois promis, la courbe va s'inverser à la fin de l'année et ensuite parce que son ministre du travail, Michel Sapin, nous l'assure: " tous les leviers de la politique de l'emploi sont désormais opérationnels : emplois d'avenir, contrat de génération, sécurisation de l'emploi. Leur montée en puissance au cours des prochains mois est désormais l'enjeu majeur pour tous les acteurs de terrain ".

Le seul vrai levier en matière de création d'emploi, c'est la croissance mais sans doute Sapin l'a-t-il oublié ou perdu de vue et en matière de croissance, rien n'est " opérationnel ".

De Chine où il est parti pour une visite zip, Pépère a déclaré - les usages veulent qu'on ne parle pas de problèmes domestiques quand on est à l'étranger - que ce qu'il voulait " c'est que les Français puissent se rassembler sur cette seule cause nationale : la lutte contre le chômage. C'est le seul rassemblement qui convienne. " Alors, si après avoir divisé les Français pendant 6 mois avec le mariage zinzin, Pépère veut maintenant nous rassembler, hein, pourquoi pas, mais j'ai comme qui dirait des doutes.

Le seul rassemblement qui conviendrait, c'est celui de ses affaires, oui, qu'il rassemble ses affaires et autres effets personnels ( Trierweiler inclue ), qu'il fasse ses valises et tchao pantin !

Correction, patientons encore un petit peu avant de lui demander de dégager, je suis trop impatient et curieux de voir comment  à la fin de l'année, lorsque nous constaterons tous que la courbe du chômage, loin de s'être inversée, est toujours à la hausse, Pépère viendra nous expliquer le truc.

Ce type est vraiment une bille ! Et nouveauté, même dans son propre camp, ils commencent à s'en rendre compte. Mieux vaut tard que jamais...

Folie passagère 1681.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 25 avril 2013

Des bébés parfaits ! Avec ou sans options...


Le Comité consultatif national d'éthique a  validé aujourd'hui la possibilité de recourir à des test génétiques pour dépister la Trisomie 21. En clair, grâce à des prélèvements d'ADN fœtal  plus précis et moins risqués que l'amniocentèse, les toubibs pourront déceler à coup sûr si le bébé venant à naître est ou n'est pas trisomique. Dès lors, la future maman, bien " encadrée " par les toubibs, pourra décider, ou pas, de mener à terme sa grossesse.

Ce genre de décision me perturbe. Les scientifiques sont désormais capables d'étudier et d'analyser le génome entier d'un fœtus grâce à une simple analyse de sang. Ce n'est plus le " bébé " en gestation qu'on peut analyser mais bien le fœtus  Alors, si techniquement, je ne maîtrise pas les tenants et les aboutissants de ce genre de progrès scientifique, et cela se ressentira sans doute dans la rédaction de ce billet, il me semble percevoir les dérives évidentes à venir.

La première réflexion qui me vient, en ce qui concerne la Trisomie 21, c'est que l'on chercherait ainsi non pas à trouver les moyens de guérir cette pathologie mais plus simplement à l'éradiquer... à la source. N'est-ce pas se tromper de combat ? En privilégiant le " traitement préventif ", n'est-ce pas ruiner toutes possibilités de trouver des moyens de guérir ou d'améliorer les conditions de vie de ceux qui sont ou seront passés au travers de ces tests sanguins ?

Il ne se passe pas une semaine sans que l'on nous informe sur une nouvelle avancée ou une nouvelle découverte en matière de recherche embryonnaire ou " fœtale ". La médecine progresse dans ce domaine a une vitesse fulgurante. Bientôt, et nous parlons maintenant en mois, l'être humain pourra choisir les caractéristiques physiques, voire intellectuelles, de sa progéniture... à la vue de simples résultats d'analyses sanguines !

Tout cela semble bien s'apparenter à une quête du bébé parfait, de l'enfant parfait, de l'homme parfait. Et se débarrasser peu à peu, grâce aux progrès de la médecine, des aléas de la nature. Le bébé à naître ne sera plus un " cadeau tombé du ciel ", tout juste la matérialisation d'un idéal: on ne fera plus des bébés, on les fabriquera, avec ou sans options.

Et de me demander si l'on ne confondrait pas un peu entre le plaisir et la nécessité d'avoir des enfants supers et eugénisme.


Eugénisme: peut être défini comme l’ensemble des méthodes et pratiques visant à transformer le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé. Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles convergentes prises par les futurs parents, dans une société où primerait la recherche de l’« enfant parfait ».

Tout cela rappelle de sales histoires d'un autrefois pas si lointain.


Ça fout les jetons quand même, non ?

Folie passagère 1680.
Une seule réponse à cet article sur la #trisomie21 http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/25/depistage-genetique-trisomie-21-autorise_n_3152952.html?utm_hp_ref=france Du dégoût !
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr