mercredi 31 octobre 2012

Entre le Point et Manuel Valls, il n'y a pas de hasard

Le jour où le premeir ministre israélien débarque à Paris pour une visite officielle,
le jour où le magazine Le Point sort avec cette couv ' aussitôt décriée par nos progressistes du camp du Bien,

 

Manuel Valls fait ça:

" Intransigeant , Valls expulse un imam.

Un imam officiant dans une mosquée de Paris a été expulsé vers la Tunisie pour avoir notamment "valorisé le jihad violent", a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur. Selon Manuel Valls, ses propos étaient "marqués par l'antisémitisme, l'appel au jihad et un discours dégradant à l'égard de la femme". "Il ne peut pas y avoir de place dans la République, dans notre pays pour ces discours qui salissent l'islam de France", a expliqué le ministre."

Est-ce le hasard ? je ne le crois pas !

Folie passagère 1417.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Ils sont devenus fous chez Libé !

Crénom, j'ai reçu un email ce matin de nicolas Demorand, le patron de la rédaction du journal Libération. Pour un peu j'en expulsai illico mon café. Tiendez, je vous le copie-colle:


" Bonjour Corto,

Le Théâtre de la Ville et Libération s'associent pour initier « Les Lundis de Libération », un nouveau projet parmi les évènements organisés par le journal. Conférence ou débat, chaque rendez-vous constitue une rencontre unique avec une personnalité de renommée internationale. Pendant une heure et demie, l’invité répondra aux questions de la rédaction de Libération et du public. Un projet artistique ambitieux porté par la volonté commune du Théâtre de la Ville et de Libération de faire bouger les lignes, de proposer à chacun une expérience inédite, l’occasion de participer à la vie de la cité.

Lancement : lundi 5 novembre 2012 de 18h à 19h30 au Théâtre de la Ville (2 place du Châtelet Paris 4ème). Rencontre avec Stéphane Hessel, animée par Nicolas Demorand.

Entrée : 5€ "

Rencontrer Hessel ( 95 piges au compteur ) participerait d'un projet artistique ambitieux capable de faire bouger les lignes et de vivre, moyennant 5 euros, une expérience inédite ! 

Je crois que la preuve est faite, ils sont devenus fous chez Libé !

Bon, vous me direz dans la foulée, ils en profitent pour sortir un numéro spécial intitulé: " Hessel, l'homme d'un siècle " à 4euros le bout. Ceci explique-t-il cela ?

Allez, et pour se faire plaisir, je vous le recase ci dessous:

" L’occupation allemande était si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art "  ( Stéphane Hessel, itw au Frankfurter Allgemeine, 21 janvier 2011 )
 

Folie passagère 1416.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mardi 30 octobre 2012

3,33 couacs par mois, ça fait 200 couacs en 5 ans !

En moins de 6 mois, nos chefs, à l'Elysée ou à Matignon, ont accumulé la bagatelle de 20 couacs.

1) le 17 mai, C'est Peillon et la semaine des 5 jours.
2) le 18 mai, Matignon interdit à Benguigui de monter les marches à Cannes. Elle n'avait pas à y être.
3) le 5 juin, la Duflot prône la dépénalisation du cannabis.
4) le 13 juin, Nicole Bricq remet en cause les forages en Guyane.
5) le 11 juillet, Valls enterre le fameux " récépissé " supposé lutter contre les contrôle au faciès.
6) le 17 août, Valls et Duflot s'écharpent à propos des évacuations de camp de Roms.
7) le 24 août, Cahuzac et Filippetti se prennent le chou sur le retour de la pub après 20h sur France TV.
8) le 26 août, Montebourg et son " Nucléaire, filière d'avenir ".
9) le 27 août, on découvre que le patron de Pulvar, compagne de Montebourg, est missionné sur la BPI.
10) le 31 août, Montebourg conteste le choix de Moscovici en ce qui concerne... Pigasse.
11) le 17 septembre, pour Valls, le vote des étrangers aux élections locales n'est pas une priorité.
12) le 9 octobre, 29 députés PS ne votent pas la ratification du TSCG non renégocié par hollande.
13) le 12 octobre, Ayrault et le patron des députés PS s'opposent sur la PMA.
14) le 12 octobre, Matignon et l'Elysée s'opposent sur la " traite négrière ".
15) le 14 octobre, Bartolone juge "absurde" la règle des 3% de déficit décrétée par Hollande et Ayrault.
16) le 15 octobre, Peillon recadré sur la dépénalisation du cannabis.
17) le 16 octobre, divergences sur la taxation des œuvres d'art.
18) le 16 octobre, Cahuzac désavoué sur l'élargissement de la redevance TV aux résidences secondaires.
19) le 24 octobre, Ayrault annonce une décision que le Conseil constitutionnel n'a pas encore prise.
20) le 30 octobre, Ayrault et les 39h.

Impressionnant. Ça le fait, non ? Et encore, à cette liste de couacs ( parfaitement détaillés ici ), il faudrait ajouter les diverses bévues accumulées, bévues qui torpillent au quotidien l'image du gouvernement et d'hollande: La marinière de Montebourg, la " normalitude ", l'affaire du " tweet ", le " blocage des prix des carburants ", la reculade devant les Pigeons,... Vous complèterez à loisir.

Mais contentons-nous de ces 20 couacs en 6 mois. Cela fait 3,33 couacs par mois. Considérant que le quinquennat de hollande devrait ( utilisation du conditionnelle désormais autorisée ) durer 60 mois, considérant les fabuleuses capacités de ces faiseurs de couacs, considérant que rien ni personne ne semble pouvoir relever le niveau ou mettre un terme à cette hémorragie, il n'est pas idiot de supposer qu'en vitesse de croisière, ce gouvernement et hollande devraient pouvoir nous faire marrer avec un total cumulé de 200 couacs.

A supposer qu'ils tiennent 5 ans.

Folie passagère 1415.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voia.fr

A chaque jour son couac; Ayrault à la manoeuvre !

Je revois ces images du Congrès PS à Toulouse. Quelle belle unité; c'était beau de voir Martine Aubry faire la bise à Jean Marc Ayrault. C'était chouette, comme si l'effet de masse pouvait réconcilier toutes les inimitiés...

Ce matin, dans le Parisien, Ayrault, premier ministre et donc chef de la majorité, assure qu'il n'est pas dogmatique, qu'il est pour débattre de tous les sujets.... puisqu'il n'y a pas de sujets tabous. Y compris celui des 35h.

" Revenir aux 39h payées 39h... " - "  Développez ce point de vue, mais vous verrez qu’il fera débat. Mais pourquoi pas. Il n’y a pas de sujet tabou. Je ne suis pas dogmatique... ". Alors certes, il ne dit pas qu'il faut revenir aux 39h, il évoque juste la possibilité de négocier sur le sujet si celui-ci devait faire débat.

Mais bon, et afin d'éviter toutes polémiques, son ministre du Travail,  Michel Sapin, se voit obligé de déclarer illico, recadrant de facto son patron: " Ce que dit le Premier ministre, c'est si vous voulez que le débat ait lieu, il aura lieu. Et bien non, il ne faut pas supprimer les 35 heures. "

Et Ayrault comprenant la portée de son propos de corriger le tir avec une réactivité étonnante de sa part: " Il n’est pas question de revenir sur les 35 heures parce que ce n’est pas la cause de nos difficultés économiques, il y en a beaucoup d’autres... ". Et de préciser à propos du rapport Gallois qui n'engage que son auteur mais pas le gouvernement ( et qu'il n'a pas lu puisqu'il ne lui sera remis que lundi prochain ): " Il n'y a rien concernant les 35h dans ce rapport ".

Donc les 35h, ce n'est pas un sujet tabou, on peut en débattre, négocier, mais on n'y touchera pas ! Clair ?

Vous arrivez à suivre ?

En gros, Ayrault a sur ce coup fait exactement pareil que Peillon avec le cannabis: Il y a un sujet qui peut faire débat. A titre personnel, je suis ouvert au débat, il n'y a pas de sujets tabous, on peut en parler. Mais ce n'est pas la position du gouvernement. Circulez, il n'y a rien à voir ! Ou comment gommer une bourde l'air de rien.

Il n' y a pas de sujet tabou pour la gauche au pouvoir mais quand la droite évoque certains sujets - comme Copé le fit avec ses " petits pains " - là si, c'est tabou, de la fumisterie, de la viennoiserie, on n'a pas le droit d'en parler ! 

Mais de qui Ayrault se moque-t-il ?

Jusqu'où iront-ils dans la cacophonie, les bourdes, les gaffes et autres couacs ? Pas une journée, vous dis-je, pas un jour qui ne passe sans une nouvelle preuve de l'amateurisme de cette équipe dirigeante.

Il suffit !

Folie passagère 1414.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 29 octobre 2012

Copé: " Aux armes citoyens ! " Oui, mais pas tout de suite !


Copé a proposé, si il était élu à la tête de l'UMP, d'éventuellement appeler les Français à descendre dans la rue pour manifester  et protester contre certains projets du gouvernement. Alors certes, nous ne sommes pas dupes, cette proposition vient de la part d'un homme qui est candidat à la présidence de l'UMP et qui de ce fait joue la surenchère par rapport à son concurrent Fillon.

Copé estime que " Hollande [et sa clique] sous-estime beaucoup le très grand mécontentement du pays réel ". Manifestons donc ! Aux Armes Citoyens !

Et aussitôt la gauche ( mais pas que ) de crier au scandale, à la provocation, à l'incitation au désordre public; et Désir d'Exister d'en rajouter une couche: " La soif de revanche de la droite ne connaît aucune limite et l'appel à la rue du principal dirigeant de l'opposition relève d'une surenchère dangereuse, irresponsable et indigne d'un républicain. "

Copé, selon moi, a eu tort de faire cette proposition; de la faire maintenant. Car les critiques qui viennent de la gauche sont en partie fondées. Un responsable politique, pour des raisons électoralistes, n'a pas à menacer l'Etat de cette façon. Par contre, qu'une fois élu, lui ou un autre, et la droite toute entière s’organise et appelle à manifester son mécontentement contre cette bande d'amateurs qui nous dirigent, pourquoi pas ? Je serais le premier à rejoindre le mouvement. Comme en 1984.

Que je sache, le droit de manifester, de descendre dans la rue, de mettre un peu le bronx n'est pas un droit réservé aux seuls gauchistes. C'est même quoiqu'en pensent Désir ou Moscovici très républicain de manifester, ils sont bien placés pour le savoir. Héritage révolutionnaire, n'est-il pas ? C'est même, sauf erreur de ma part, dans les manifestations de rue que la République a vu le jour. La droite a donc parfaitement le droit de manifester et ses dirigeants légitimement élus ont parfaitement le droit d'appeler le peuple des mécontents à descendre dans la rue. Point Barre.

Copé a raison sur un point: hollande, malgré les sondages défavorables, sous-estime totalement le mécontentement ambiant. Mécontentement au regard des hausses d'impôts, de cette crise qui n'en finit pas, du chômage, de la précarité mais aussi de ce sentiment d'une victoire ambiguë, voire usurpée, du camp du Bien. Nous sommes rendus, je l'ai déjà écrit, au point de rupture. Il suffit d'un rien pour que la cocotte n'explose et que le mouvement populaire qui en résulte soit comparable dans la forme, le nombre et la durée  à un mémorable mai 68.

Là où Copé se trompe peut-être c'est sur le fait que je ne suis pas sûr que les gens de droite ou les mécontents soient prêts à descendre dans la rue. Je regardais à midi les infos. Un chef de chantier était interrogé sur la perte de salaire induite par la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires: 1 200 euros par an. Je n'ai pas vu un gars furieux, prêt à manifester; j'ai vu un mec résigné. J'ai bien peur que les Français n'aient choisi que de courber l'échine, de faire le dos rond, se renfermant sur la cellule proche ou la famille, priant chaque jour que le ciel ne leur tombe pas sur la tête en attendant des jours meilleurs. Désabusés, floués, trompés, cocufiés mais surtout résignés.

Là où Copé se trompe aussi c'est sur sa capacité éventuelle à mobiliser les foules. Il n'a ni le charisme, ni la puissance nécessaire. Un Sarkozy, oui, peut-être, pourrait mobiliser. Remember le Trocadéro ou La Concorde. Pas un Copé, encore moins un Fillon. En tout cas pas sans l'aide de certains groupes de pression qui avaient été si efficaces lors des grandes manifs de 84 pour la défense de l'école privée.

Alors descendre dans la rue pour envoyer paître ces guignols, oui, avec plaisir. Mais pas tout de suite; il suffit d'attendre ce petit rien nécessaire qui mettra le peuple des mécontents, aujourd'hui résigné, dans la rue. Et ce jour-là, j'en serai. Comme en1984.

Folie passagère 1413.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Intensifier les relations avec les musulmans ou collaborer avec l'ennemi ?

Vient de se terminer à Rome La 13e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques. Le but de grand raout était, d'après ce que j'ai compris, de définir de nouveaux axes pour l'évangélisation et la transmission de la foi chrétienne.

Les 400 participants ont remis au Pape 58 propositions visant à déployer plus encore, urbi et orbi, " la rencontre avec le Christ ". 3 priorités ont été définies par Benoit XVI: une pastorale ordinaire ravivée, une mission ad gentes qui tienne compte de la mondialisation, et enfin l’adoption de nouvelles méthodes pastorales adaptées aux différentes cultures du monde. En gros, il s'agit donc de faire en sorte que l'Eglise soit plus ouverte sur le monde et sur les autres. Jusque là... j'arrive à suivre mais je m'arrête sur la proposition n° 53:

" Intensifier les relations avec les musulmans:
Le dialogue avec tous les croyants est une partie de la nouvelle évangélisation. L’Église invite les chrétiens à persévérer et à intensifier leurs relations avec les  musulmans. (…) En dépit des difficultés, ce dialogue doit se poursuivre. (…) Fidèle à l’enseignement de Vatican II, l’Église respecte les autres religions et leurs croyants et est heureuse de collaborer avec elles dans la défense et la promotion de la dignité inviolable de la personne."

Et je me dis que la politique de la main tendue c'est beau comme un épisode des Bisounours. L'idée est belle mais j'ai quand même de gros doute sur la capacité des musulmans à respecter les autres religions et leurs croyants.

Comment peut-on préconiser de collaborer avec " l'ennemi " ?

L'Eglise catholique n'en finira jamais de me surprendre.

Folie passagère 1413.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 28 octobre 2012

Désir d'avenir...

Du temps de SOS Racisme, voulu par François Mitterrand et financé grâce aux fonds secrets de la République:


Les années fric, la gauche caviar, Harlem Désir invité à la soirée pour fêter la privatisation de TF1, voulue par Mitterrand:


2011, les primaires socialistes:


2012, Toulouse, à la tête du parti:

Et après... ?


Je suis sûr qu'il s'y verrait bien. Pas moi.

Je crois qu'on tient un bon client pour nos blog...

Folie passagère 1412.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

monsieur Ayrault, ne comptez-pas sur moi !


Je n'ai pas aimé le discours de Ayrault au congrès du PS. Vous me direz, c'est normal, je suis de droite et lui est de gauche. Mais tout de même. Il a proposé aux gens de gauche un " nouveau modèle français " pour le pays - reprenant ce faisant la formule employée largement par Sarkozy au Trocadéro -, un nouveau modèle bien loin de l'idée que je me fais de la France et de son avenir. Mais peu importe ce que je pense de la prestation d'Ayrault, piètre orateur et mauvaise gestuelle, je n'ai plus droit à la parole et mon avis ne compte plus: je suis dans l'opposition. Je fais sans doute partie de ce que Ayrault appelle cette " vieille droite bourgeoise arrogante et indécente dont le pays ne veut plus ". Même pas. Je n'ai aucun " mépris pour le peuple et pour le monde du travail ". Bien au contraire.  Mais puisque Ayrault le dit c'est que cela doit être vrai, nous gens de droite, riches ou humbles, avec ou sans travail, humanistes ou réactionnaires, devrions apprendre à nous taire puisque nous serions, à ses yeux, les seuls responsables de tous les malheurs qui se sont abattus sur la France. Et puisque nous sommes les fautifs, les méchants, les ennemis du peuple, depuis au moins quelques lustres, taisons-nous. Encaissons ces leçons de morales, battons notre coulpe et fermons-là.

Et bien désolé, je n'accepte pas cette mise en accusation. Je n'accepte pas cette posture moralisatrice.

" ... La plus-value de la gauche, en termes de communication, c’est sa posture moralisatrice. Les socialistes ne font plus de politique, ils font la morale au Peuple. Attention, pas n’importe quelle morale, non ! Une morale laïque, progressiste, républicaine et… quasi obligatoire. Ils sont tellement l’incarnation du « Gentil », qu’ils frisent le « Parfait ». Dans ces conditions, s’opposer au gouvernement c’est, vous l’aurez compris, s’écarter du droit chemin en dérapant (nécessairement). Il convient donc de combattre l’hérésie, de restaurer la Justice et tout ce qui s’y oppose doit être balayé. La critique n’est plus acceptable, elle est amorale, souvent blasphématoire, toujours impie. Et les rassembleurs d’hier d’exclure, au nom de leur morale, tout ce qui résiste à leurs ambitions... " ( à lire absolument, en intégralité, ici )

Hors de question que j'accepte votre modèle de laïcité, votre progressisme et votre idée de la république qui nous conduisent droit vers l'égalitarisme, le déni du mérite et le délitement d'une certaine identité. Vous vous gargarisez à coups de " pour tous " alors que nous sommes uniques. Vous faîtes de la diversité un idéal lorsque nous résistons à tout ce qui conduit à la disparition de nos racines et de notre histoire. Vous vous érigez en  donneur de leçon quand dans le même temps, par manque de courage, par ignorance ou par électoralisme vous refusez d'accepter la réalité et de prendre les mesures qui s'imposent: A l'échelle du monde, nous ne sommes plus compétitifs économiquement, culturellement et socialement.

Alors non, désolé à nouveau, vos leçons et grands discours, monsieur Ayrault et autres progressistes, je m'en tamponne dans les grandes largeurs. Votre modèle de laïcité, je n'en veux pas. L'avenir uniforme que vous nous proposez, je vous le laisse. Votre morale, vous pouvez vous la garder et vous draper dedans.

Si votre " nouveau modèle français " est une main tendue, une trajectoire pour un demain qui se voudrait meilleur, permettez- moi de ne point vous la serrer. Vous avez déclaré: " Je compte sur chacune et chacun d'entre vous pour construire le nouveau modèle Français ! ". 

Ne comptez-pas sur moi.

Folie passagère 1411.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 27 octobre 2012

François Hollande et l'Afrique ? A coups de canons !

On se plait à nous faire croire que Hollande et la Socialie sont en odeur de sainteté en Afrique et plus particulièrement en Algérie. Et si tel n'était pas tout à fait le cas...


On se souviendra que hollande a déclaré vouloir aider le Mali " libre " à lutter contre les islamistes d' Aqmi et autres poisons du même type qui contrôlent à la schlague le nord du pays. Non directement par l'envoi de troupes ( du moins officiellement ) mais en appportant toute l'aide logistique nécessaire. On se souviendra aussi comment hollande a affirmé lors de ses discours de Dakar ou de Kinshasa que le temps de la Françafrique, c'était fini. Bref, Tartuffe 1er, c'est fait le chantre d'une Afrique indépendante avec une France à ses côtés, en cas de besoin, blablabla...

Visiblement le message est bien ( mal ) passé si j'en crois cet article du journal Le Soir d'Algérie écrit par leur journaliste vedette. L'article est titré: " Toujours prête à dégainer "

" L'arrivée au pouvoir de la gauche n'a pas modifié la politique interventionniste et belliqueuse de la France. La recette est connue : une touche d'alignement sur les Etats-Unis et une pointe de mission civilisatrice propre aux socialistes.

D'aucuns pensaient, un peu naïvement, que le départ de Nicolas Sarkozy et le retour de la gauche socialiste aux affaires signifieraient la fin de l'alignement de la France sur les Etats-Unis en matière de politique étrangère – ou, du moins, la fin de cette politique belliqueuse dont nous avons été témoins en Côte d'Ivoire, puis en Libye, et dont nous sommes témoins aujourd'hui en Syrie

Mais, voilà, une fois au pouvoir, les socialistes ont vite renoué avec les démons interventionnistes, au nom de la France des droits de l'homme – d'une France devant tenir son rang au Proche-Orient et en Afrique, particulièrement au Sahel, et ce au nom d'une conception de l'humanisme puisant ses fondements dans les théories des saint-simoniens, revisitées et réactualisées.

En résumé, ces derniers croyaient dur comme fer que les populations non européennes (arabes, africaines et asiatiques) ne pouvaient accéder aux bienfaits de la “civilisation” – développement de l'instruction, routes, industrialisation – que si les Européens venaient à bout des résistances locales. Plus d'un siècle plus tard, cette vision semble encore à l'œuvre dans la politique étrangère de la France socialiste : apporter la démocratie et le développement à coups de canon ! La menace que font peser les islamistes sur les pays du Sahel depuis qu'ils ont transformé le nord du Mali en sanctuaire – une sorte de “Malistan” – est la raison avancée par la France pour intervenir au Mali par procuration, via la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao)... "

Cet article date du 10 octobre. Il montre clairement comment l'Algérie, par la voie des journalistes autorisés, reste toujours méfiante lorsque la France parle d'Afrique, y compris en 2012.  Malgré les amitiés particulières d'hollande avec certains ex-dirigeants de l'Algérie, on comprend aussi que le voyage que celui-ci fera d'ici la fin de l'année se fera dans un climat de méfiance, voire de défiance.

On comprendra aussi, et peut-être mieux, pourquoi le 17 octobre, hollande s'est fendu d'une telle déclaration de repentance en reconnaissant le massacre de dizaines d'Algériens à Paris, le 17 octobre 1961, en pleine guerre d'indépendance.

Le geste d'apaisement d'une France humaniste et civilisatrice ?

" La Françafrique, c'est fini. Il y a la France et il y a l'Afrique. On n'aura plus besoin de mêler ces deux mots " a déclaré l'hollande. Visiblement, il n'y a que lui pour y croire.

Folie passagère 1410.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 26 octobre 2012

Rupture de mouton le vendredi, rouelle de porc le dimanche !


" Cette année la fête de l'Aïd el Kebir aura lieu le vendredi 26 octobre 2012. Confirmation des Institutions Musulmanes de France.

L'Aïd-el-Kébir, ou Aïd-el-Adha (fête du sacrifice) est l'une des fêtes les plus importantes de l'Islam, elle symbolise la soumission totale d'Abraham et, par extension, de tout croyant à Dieu. Elle a lieu le 10e jour du mois de Dhou al Hijja, dernier mois du calendrier musulman et marque la fin du pèlerinage à La Mecque. Les musulmans doivent égorger un mouton pour commémorer le sacrifice d'Abraham (Ibrahim en arabe), dans les années 2000 avant JC. Selon le Coran, Abraham, envoyé de Dieu, obéissant à un commandement divin, s'apprêtait à sacrifier son fils unique Ismaël, né de son épouse Agar (Hajar en arabe), ex-servante de sa première épouse Sarah, lorsque l'archange Gabriel remplaça Ismaël par un mouton. L'événement se situerait à proximité de La Mecque et, par sa soumission à Dieu, Abraham est considéré comme le premier des musulmans.

 
La bête à sacrifier ne doit pas être tuée, ni même assommée, avant la saignée, qui doit se faire avec un couteau parfaitement effilé et sans exercer la moindre pression, en coupant la trachée-artère et l'oesophage. Selon la loi islamique, c'est au chef de famille, qui peut déléguer à un sacrificateur reconnu, d'accomplir la tâche sacrificielle, le mouton couché sur le flanc gauche, la tête tournée vers La Mecque. Il ne peut opérer qu'après la prière de l'Aïd, qui se déroule environ vingt minutes après le lever du soleil, suivie d'un prêche de l'imam. Le mouton doit ensuite être partagé en trois parts égales: une pour la famille, une pour les voisins et amis, la dernière, composée des meilleurs morceaux, étant réservée aux pauvres.
 
C'est un jour de réconciliation où chacun est invité à pardonner à celui qui lui a fait du tort." ( source: ici )

En France, malgré les hausse de prix qui vous collent un mouton à 250 euros cette année ( somme à laquelle il faut ajouter environ 1 euro du kilo pour la prestation d'égorgement ), on estime à 100 000 le nombres de bêtes qui seront égorgées dans les lieux agréés; je répète, dans les lieux agréés. Si l'on part du principe qu'il y a 3 à 4 litres de sang dans un mouton... Brrrrr....

Pour Dimanche, je voulais faire un bon gigot. Faute d' avoir sous le coude ou dans la baignoire la barbaque nécessaire, j'ai été faire les courses. Je suis refait, au Leclerc et au Casino du coin, il n'y en avait plus. Je me suis rabattu sur une bonne rouelle de porc. La rouelle, accompagnée de pommes de terre sautées sur un lit de compote de pommes c'est délicieux et c'est pas cher. Servi avec un bon Sancerre ou un Brouilly, c'est génial. Un vrai bon plat bien franchouillard.

Folie passagère 1409.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Pourquoi soutenir Fillon ?

Ce débat Copé / Fillon n'avait pas de raison d'être. Du moins dans sa version télévisée grand public. C'est un duel entre 2 bonhommes pour la prise de contrôle du premier parti d'opposition. Un challenge interne soumis uniquement au vote des militants. Le jour où il s'agira de désigner le futur candidat à la présidence, via un processus genre primaires socialistes, là, oui. A peine 2,3 millions de téléspectateurs hier soir, c'est dire si le truc passionne moyennement.

Ceci dit, ayant d'autres chats à fouetter, je n'ai vu que la dernière demi-heure. Bien suffisant.

Partons du principe que l'objectif de ce duel est de désigner celui qui amènera la droite à reconquérir le pays. Aux municipales, puis aux élections suivantes, puis en 2017.

Si j'étais adhérent UMP, soucieux non des querelles de chapelle et de personnes mais de la reconquête par la droite du pays, mon choix serait vite fait: Ce serait François Fillon. Pour exactement les mêmes raisons qui me faisaient redouter la victoire du hollande aux primaires socialistes. Fillon est le seul qui peut rassembler un maximum d'électeurs au delà des suffrages acquis naturellement. Le potentiel d'adhésion à Fillon va de la gauche molle, social-traitre et hollandaise en passant par le centre et jusqu'à une partie de l’extrême-droite, la soft. Fillon peut réussir là où Sarkozy a échoué en faisant fuir à gauche Bayrou et une bonne partie des centristes et en n'ayant pas suffisamment su convaincre ceux qui ont voté pour le FN.

Copé est un excellent débatteur, un bon orateur et un homme expérimenté mais il cumule deux défauts: Clone de Sarkozy, il n'en cependant pas le charisme et il cristallisera le même type d'aversions ( bien entretenues par les médias ) que celles qu'avaient trop de gens pour Sarkozy. Jamais un socialiste tendre et mou ou un centriste ne votera pour un Copé trop marqué à droite.

Dommage pour Copé, je suis pourtant en accord parfait avec son idée de droite décomplexée.Mais en l'état actuel des choses, il n'a aucune chance de gagner en 2017. Parce que finalement c'est bien de cela dont il s'agit: battre cette gauche qui nous mène droit dans le mur.

En les regardant tous les 2, je me suis pris à les imaginer un lendemain de mai 2017. Fillon endosserait le costume de Président, Copé celui de premier ministre. Mais d'ici là...

Et puis, ne l'oublions pas, l'avenir de ces deux-là, ils nous l'ont suffisamment rappelé, dépend entièrement de ce que fera ... Sarkozy.

Folie passagère 1408.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 25 octobre 2012

Ayrault doit maintenant démissionner. La période d'essai est finie.


Annoncer qu'une loi sera retoquée par le Conseil Constitutionnel avant même que celui-ci ne se soit prononcé, c'est de jamais vu, à ma connaissance, depuis la création de la Vème République. Il fallait le faire, Ayrault l'a fait. Ce faisant, il interfère sur la sacro-sainte séparation des pouvoirs et sur la non-ingérence de l'exécutif sur le Conseil des Sages. Passons...

Encore un couac, toujours des couacs, rien que des couacs...

Alors Ayrault nous dit en avoir marre des chroniques quotidiennes de démolition à son encontre. Pauvre biquet à qui il faudrait d'abord rappeler quelques évidences... Si son action et celle de son gouvernement étaient parfaites, sans couacs ni bévues, il est fort probable que ce bashing persistant n'aurait pas lieu d'être, ça ne prendrait pas. Si ces chroniques de démolition sont quotidiennes, c'est parce que chaque jour qui passe depuis sa nomination nous apporte son lot de gaffes et de bourdes. Un vrai Gaston ! La liste est tellement longue qu'elle lasserait le lecteur, n'en finit pas de désespérer les Français et commence, enfin, par lasser ou agacer ses amis et  soutiens et ce, jusqu'à la Présidence. Enfin, Ayrault est un vieux briscard de la vie politique et du parlement, il savait donc que le poste de premier ministre est un poste difficile où l'on est la cible privilégiée des coups, y compris de ceux reçus par procuration faute de pouvoir les asséner directement sur la tête du président. Qu'il ne nous joue pas Caliméro aujourd'hui, lui qui s'est plu avec ses amis ( et les médias ), pendant des années, à taper du même bois sur la tête du pouvoir précédent.

La loi retoquée, dite Duflot, l'a été pour vice de forme, vice de forme induit par la précipitation avec laquelle le gouvernement a voulu la faire appliquer sans respecter les délais de procédures. Or, Ayrault nous a dit qu'il n'était pas là par hasard. En effet, les rouages, règlements et procédures  qui prévalent à l'élaboration d'une loi, il connait, ça fait plus de 20 ans qu'il siège à l'Assemblée. Comment lui et ses équipes ont-ils pu transgresser ces procédures si ce n'est par excès de confiance ou, ce qui parait plus certain, par amateurisme. 

En moins de 6 mois, la nouvelle équipe dirigeante, issue du résultat d'une élection présidentielle ambiguë, a accumulé une succession de couacs comme jamais on n'avait vu ( et je défie quiconque de me prouver que j'ai tort sur ce point ). Et il faudrait ne rien dire ?

6 mois n'est certes pas le délai nécessaire pour mener à bien une politique et mettre en œuvre toutes les promesses programmatiques d'hollande et accessoirement nous sortir de la mouise, tout le monde sera d'accord sur ce point.

Mais 6 mois, c'est une véritable période d'essai. Celle d'Ayrault arrive à son terme. Le temps normalement nécessaire pour faire la preuve de son sérieux, de sa rigueur et du respect qu'il est censé accorder à ceux qui l'ont porté au pouvoir ( aux autres aussi ).

Echec sur toute la ligne. Force est de constater que cette période d'essai n'a pas été probante et que rien ne laisse présager d'une quelconque amélioration comportementale. Loin de là. Couacs, reculades, mensonges, reniements, erreurs de casting, renoncements, incohérences, recadrages et bévues ont ponctué ces 6 mois. Il suffit. Ce n'est pas d'apprentis dont nous avons besoin mais de compétences. Nous frisons chaque jour le ridicule et si fort heureusement le ridicule ne tue plus, il décrédibilise chaque jour un peu plus le gouvernement, la présidence, et par delà, la France. Cela suffit. Stop.

Ayrault doit maintenant démissionner.

Folie passagère 1407.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Et la mascarade Kerviel de continuer...

Et la mascarade Kerviel vs Société Générale de continuer.

Le trader fou qui avait fait brûler  près de 5 milliards d'euros a été à nouveau, en appel, condamné à 3 ans de prison ferme et à verser à la SG 4,9 milliards d'euros.


Qu'il ait commis quelques carabistouilles pas proprettes, c'est une évidence; il a donc sa part de responsabilité et doit être puni. Sa condamnation à rembourser la banque à hauteur de 5 milliards me fait penser aux stupides condamnations prononcées parfois aux USA: 150 ans de prison; mieux, être condamné à mort deux ou trois fois ! On sait que c'est ridicule, infaisable mais on fait quand même. 

Nous en France, on a l'habitude d'une justice sérieuse et rigoureuse qui ne se moque pas du monde, une institution impartiale que le monde entier, pour un peu, nous envierait. Jamais ridicule, jamais scandaleuse... jusqu'à hier et le prononcé de cette condamnation.

On sait très bien qu'il ne pourra jamais rembourser. On sait, parce qu'ils l'ont annoncé, que la SG trouvera terrain d'entente et passera un accord: Kerviel paiera toute sa vie, en fonction de ses revenus à venir, s'il en perçoit, et jusqu'à ce que mort s'en suive. On sait que Kerviel n'était pas un trader ultra-méga diplômé, presqu'un débutant, un jeunot et l'on voudrait nous faire croire que La Gagneuse, comme on le surnommait au desk, a pu sans que personne ne s'en aperçoive dilapider 5 milliard d'euros en en engageant plus de 50 ! Nous prendrait-on pour des cons ? On sait que sa hiérarchie savait forcément. Que dirait-on d'une hiérarchie qui laisserait sans rien faire un de ses employés mettre le feu à la boutique ? Qu'elle porte aussi une grande part de responsabilité dans l'incendie. On sait que la banque n'a pas réellement perdu 5 milliards puisqu'elle en a récupéré un peu plus de 1,5. On sait que Kerviel, au début, a fait gagner beaucoup d'argent à la SG. Alors, on a laissé faire. Sans le surveiller et sans aucun contrôle, voudrait-on nous faire avaler.

Kerviel a fauté, okay, mais il est devenu dès lors le bouc-émissaire. Le mec qui a le dos assez large pour porter toute son incompétence, sa responsabilité et celles de ses supérieurs. Ces mêmes supérieurs d'alors que l'on voudrait nous faire passer pour blanc comme neige. Pas un ne sera sanctionné dans cette affaire. Pas un.

Alors, oui, pour la première fois, la justice, hier, a été réellement ridicule et scandaleuse. En première instance, on n'y croyait pas, on se disait, c'est pour marquer le coup, frapper les esprits. En renouvelant hier cette condamnation et sans émettre le moindre doute sur le sérieux des dirigeants d'alors, la justice française s'est ridiculisée.

Tant pis pour Kerviel, tant pis pour la justice; après tout la Société Générale, elle, ne se porte pas si mal que cela, finalement. C'est peut-être bien cela qui compte.

Circulez, il n'y a rien à voir !

Folie passagère 1406.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mercredi 24 octobre 2012

Qu'est ce qui fait vibrer Hollande ? Le Qatar, le Hamas, le terrorisme ?

Il n' y a rien qui vous choque avec la photo ci-dessous ? Moi si. 


L'info a été bien relayée aux infos pour une fois: L'émir du Qatar a été faire un tour à Gaza, enclave islamiste tenue d'une main de fer par le Hamas après que celui-ci en ait chassé  l'Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas en 2007.

Le Hamas est un mouvement islamiste qui prône le djihad contre les infidèles, promet la destruction d'Israël, soutient le régime iranien qui le soutient à son tour et exprime régulièrement, parfois par les armes, sa solidarité avec le Hezbollah. Le Hamas, il va s'en dire, verrait d'un bon œil que Assad dégage de Syrie et que les Frères Musulmans avec qui il partage des accointances originelles prennent le pouvoir partout où bon leur semblera. Le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par, entre autres pays, les USA, Le Canada, L'Union Européenne ( France inclue, of course ) et le Japon.

Mais revenons à la visite, célébrée en grandes pompes, de l'émir du Qatar à Gaza. L'émir, blindé de thunes comme chacun sait, est venu au secours du Hamas; ce dernier étant actuellement gêné aux entournures. L'émir a donc déposé dans les mains des leaders d'un groupe jugé comme terroriste un chèque de 400 millions de dollars. Pour " aider " à la reconstruction...

Notons qu'aucune autorité française n'a condamné cette visite. Qui ne dit mot consent ?

Le Qatar est une petite dictature du golfe qui a fait de la Charia la LOI essentielle. Dans ce charmant pays, la peine de mort est fréquemment appliquée, les homosexuels sont pourchassés et condamnés à de lourdes peines de prison.

Le Qatar, c'est aussi le petit pays qui a créé un fond d'investissement de 50 millions, abondé de 50 autres millions par l'actuel gouvernement français, pour " aider " au développement de nos banlieues et de quelques zones rurales défavorisées. Les banlieues, territoires délaissés, deviendraient-elles le terrain d'investissement d'une puissance étrangère, soupçonnée par certains, à droite comme à gauche, de vouloir y faire du prosélytisme religieux

Le 7 juin dernier puis le 22 août, hollande, qui avait promis de ne plus recevoir de dictateurs en son palais, accueillait pourtant, et discrètement, le 1er ministre puis l'émir du Qatar pour consolider et réorienter ce fond d'investissement. hollande et Montebourg, en charge du dossier, validaient donc le fait d’œuvrer de concert avec un état qui soutient le terrorisme islamiste, de façon plus ou moins discrète jusque lors, de façon tout à fait officielle depuis la visite de l'émir à Gaza.

Voilà ce qui me gêne avec cette photo. L'officialisation indirecte mais manifeste que le gouvernement français collabore avec un état qui soutient le terrorisme. Vous me direz, ce n'est pas nouveau, et vous aurez raison mais ce n'est certainement pas une raison pour continuer les conneries. C'aurait pu être aussi cela le Changement. Mais non!

La semaine dernière et avec l'accord de Moi-Je, le Qatar a été tout aussi naturellement nommé membre associé dans l'Organisation International de la Francophonie. L'admission d'Israël au sein de l'OIF a par contre été étrangement refusée. On se demande bien pourquoi... La volonté du prince ?

Le Qatar a du pognon, certes, mais est-ce une raison suffisante pour que la France vende son âme au Diable ? 

Et tant que j'y suis avec les questions: Les notions de terrorisme par procuration ou par consentement existent-elles ? 

Folie passagère 1405.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Montebourg est un abruti mental, un débile. Il est bête !


Qui est Jean Claude Debard ?

Tout ce que l'on voudra sauf un abruti. Ancien PDG de la marque automobile Hyundai qu'il propulsa en un temps record sur le marché français avec le succès que l'on sait, il est actuellement le PDG de Mitsubihi Motors France ainsi que du groupe Subaru. Il serait en charge aussi des destinées de la discrète marque Ssangyong et de la liquidation, en cours, de Daihatsu. En clair, c'est un homme d'affaire et un chef d'entreprise reconnu et plutôt successful à qui on ne la fait pas.

Alors, quand il déclare à propos de Montebourg: " Je ne comprends pas ce ministre qui ne connaît pas ses dossiers de l'automobile qui représente 25% des revenus de la France et 10% de l'emploi dans notre pays, car il n'y a pas seulement les constructeurs, mais aussi ceux qui travaillent par ou pour l'automobile directement ou indirectement. (...) Cet abruti mental, ce débile, augmente les malus écologiques, réduit la vitesse des conducteurs sur le périphérique de Paris et pourrit la vie des automobilistes, de toutes les origines sociales... Tous le subissent !. (...) Il est bête et ne comprend rien. Vous pouvez me citer sans vous inquiéter... Grâce à mes précédentes déclarations sur les chaînes de télévision nationales, j'ai déjà un contrôle fiscal ! "

Et bien, j'ai tendance à le croire.

Folie passagère 1404.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mardi 23 octobre 2012

Najat Vallaud Belkacem et le " génie " homosexuel


Najat Vallaud-Belkacem ( Vallaud pour l'intégration, Belkacem pour ne pas oublier le bled ) s'est encore fait remarquer avec une déclaration qui titille les réacs-plus-réacs-que-moi. L'occasion faisant le larron, certains en profiteront pour balancer quelques saloperies homophobes, mais bon..., n'est pas parfait qui veut. Mais revenons à NVB, qu'a donc dit ce modèle d'intégration ? " Aujourd'hui, ces manuels scolaires s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud. "
 
Passons sur l'appellation moderneuse LGBT, sans doute aurait-elle pouffer de rire Rimbaud et Verlaine, et concentrons-nous sur le propos. Il s'agirait donc de signifier aux élèves que si Rimbaud est Rimbaud, Verlaine, Verlaine et Cocteau, Cocteau, c'est parce qu'ils étaient gays. Une partie de leur génie viendrait de leur homosexualité; ne pas le savoir, ne pas l'apprendre serait méconnaitre l'auteur et apprécier faussement leurs œuvres.
 
Et alors, il est où le problème ? Qu'est-ce qui peut donc ascagasser nos réacs dans les propos de la Najat ? Je ne comprends pas vraiment. Comme l'écrivait l'étrange Gripari, cité par l'Amiral, : " Avant tout, il faut mettre chaque chose à sa place. La sexualité joue un rôle important dans la vie, c’est vrai, mais elle n’est pas la vie. La vie, la vraie, c’est aussi tout le reste : le métier, le travail, les loisirs, les arts, les sciences, la politique, le sport, et aussi l’œuvre à faire " . N'y-a-t-il pas contradiction à dire dans la même phrase que la sexualité joue un rôle important dans la vie et lui dénier juste après cette importance ?

La sexualité est fondamentale dans le comportement, la construction, la réalisation et l'accomplissement de chacun. Si elle n'est pas toute la vie, elle est partie intégrante. La  sensibilité homosexuelle, que d'aucuns qualifieront de sensibilité féminine, influe incontestablement sur la vie et l’œuvre des personnes homosexuelles. Jean Paul Gaultier ne serait pas Gaultier sans cela. Cocteau, Colette, Yourcenar, Cambacérès, Wilde, Proust, Kierkegaard, Genet, Foucault ( Michel ), Le Luron ou Klaus Nomi... non plus. N'y-avait-il pas une part de génie ou un brin de folie créatrice chez tous ces gens-là ? Comment bien saisir la justesse des Amitiés Particulières, de Querelle de Brest, d'A la recherche du temps perdu ou du Portrait de Dorian Gray en faisant l'impasse sur la spécificité des auteurs ?

J'ai souvenir que lorsque j'eus à passer le bac de Français, il nous fallait tout savoir des auteurs étudiés mais à l'époque, et de chaque côté de l'estrade, il n'eut pas été de bon goût d'évoquer le particularisme de certains auteurs. Avec le recul et mon émancipation, force était de constater qu'à relire ces gens-là, sachant, les histoires racontées prenaient un tout autre sens. Bien plus vrai. Occulter, cacher ou taire l'homosexualité de ces personnages ( écrivains, artistes, stylistes, peintres, politiques...) serait falsifier leurs histoires et ne pas chercher à véritablement les comprendre. Un mensonge par omission. Indubitablement, c'est leur orientation sexuelle qui a fait les génies ( bons ou mauvais ) qu'ils sont devenus.

Pour toutes ces raisons, NVB a, pour une fois, parfaitement raison. L'orientation sexuelle des personnages historiques, écrivains ou artistes ne peut plus aujourd'hui être passée sous silence lorsqu'ils sont enseignés. Il ne s'agit pas de faire leur coming-out, les 3/4 sont 6 pieds sous terre et se foutent royalement de ce qu'on pourrait dire à leur sujet, juste de ne pas nier leur réalité. Si par contre, par ce biais, il s'agit de faire la " promotion " de l'homosexualité - et connaissant nos socialistes boboïdes... - nous serions sur une toute autre mayonnaise: la perversion ( ou détournement ) de la vérité.

Folie passagère 1403.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 22 octobre 2012

Répétons tous en choeur: " Free Génération Identitaire "


Vous vous rappelez peut-être de cette histoire qui mis en ébullition et au bord du chaos le camp du Bien: Il y a peu, à Moscou, 3 donzelles déjantées, prétendument punkettes,  allaient hurler chanter, encagoulées, dans une cathédrale et cracher tout le mal qu'elles pensaient de Poutine et de l'église orthodoxe. Comme en Russie, on ne badine ni avec le lieux sacrés, ni avec le pouvoir en place, les donzelles furent embastillées. Après avoir fait appel, 2 nanas furent condamnées à 2 ans de camp de travail, la troisième relachée.

Et donc tous les défenseurs de la liberté d'expression d'entonner en chœur: Free Pussy Riots ! Tout ce que le monde entier compte de défenseurs de la liberté d'expression et de faire tout et n'importe quoi manifestait sa réprobation devant tant d' inhumanité.

En France, c'est un peu pareil ou du moins ça en à l'air, pas la chanson. On a le droit de s'exprimer à condition de rester parfaitement dans les clous qu'impose l'atmosphère ambiante...

Une petite centaine de gusses grimpent sur le toit d'une mosquée en construction, un chantier en cours, déballent des banderoles sur lesquelles est inscrit " 732. Génération Identitaire. Souviens-toi de Charles Martel " et aussitôt les mêmes qui criaient Free Pussy Riots de crier au scandale, au blasphème, à la violation d'un lieu pas encore consacré et d'exiger que la bien pensance et la justice s'empare des mécréants.

Chose qui fut faite avec une célérité dont la justice française ne nous avait pas habitué ces temps-ci. Pour le motif suivant: " Provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, par des discours proférés dans un lieu ou réunion publics et par des placards ou affiches exposées au regard du public " et, enfin, pour " vol et dégradations de biens commis en réunion et portant sur des tapis de prière appartenant à la mosquée de Poitiers ", sur la centaine de dangereux individus, 4 ont été mis en examen et ont obligation de la boucler jusqu'à leur procès à suivre.

Et personne pour crier " Free Génération Identitaire ". C'est fou, non ?

Folie passagère 1402.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Salle de shoot vs maintien de la pénalisation du cannabis ?


Parce que la Roselyne, en son temps, avait proposé que l'on ouvre des salles de shoots, je m'étais exprimé sur le sujet. J'y étais plutôt favorable; je l'avais écrit ici. Mon avis n'a pas changé.

Mais, il me faut compléter aujourd'hui ma réflexion car j'ai un problème technico-juridique.

Parce qu'il nous l'a dit, on sait que hollande est contre la dépénalisation du cannabis ce qui implique que le consommateur de cannabis demeure pénalement condamnable. hollande avait aussi dit qu'il n'était pas favorable à l'ouverture de salles de shoots. Mais sa ministre de la santé (sic), Marisol Touraine a dit, elle, qu'il fallait en ouvrir. Au moins une, sur Paris, pour voir. Puis deux, puis trois...

Ouvrir une salle de shoot implique que le consommateur d'héroïne ou d'une quelconque autre substance illicite puisse s'y rendre librement. Il ira donc se piquouser dans un lieu prévu à cet effet avec la bénédiction de l'Etat. On ne lui posera pas de question, il entrera, se piquera dans des conditions d'hygiène optimales et repartira comme il est entré: libre. Il aura donc " consommé " en toute impunité. En toute logique, aucun pandore pour le serrer à sa sortie.

Mon problème est donc le suivant: Pourquoi refuser la dépénalisation du cannabis puisque le gouvernement s'apprête à autoriser de facto la consommation de drogues dures ?

Ouvrir des salles de shoots n'est-il pas une manière de dépénaliser à terme le cannabis ?

Je dis ça, je dis rien, mais tout cela est-il cohérent ?

Folie passagère 1401.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Les Brigandes et l'Antifa