samedi 30 juin 2012

C'est maintenant une certitude, Hessel a pété une durite !


On se doutait bien que Stéphane Hessel avait vraisemblablement pété une durite. Son ouvrage cultissime " Indignez-vous " était en soi un indice de cette dégénérescence, pas une preuve. La chose est acquise avec cet extrait d'interview du grand homme que certains imaginaient prix Nobel de la Paix. D'autres ont préféré en faire l'un de leur principal soutien et un gage de moralité lors de la dernière campagne présidentielle...

" Aujourd'hui nous pouvons constater ceci : la souplesse de la politique d'occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d'ouverture. Il était permis à Paris de jouer des pièces de Jean-Paul Sartre ou d'écouter Juliette Gréco. Si je peux oser une comparaison audacieuse sur un sujet qui me touche, j'affirme ceci: l'occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l'occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d'éléments d'exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d'oeuvres d'art. Tout cela était terrible. Mais il s'agissait d'une politique d'occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistants le travail si difficile."
Stéphane Hessel, dans le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung du 21 janvier 2011.

L'occupation allemande... en quelques sortes, " un détail de l'histoire ".

Folie passagère 1234.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

On Air ! La radio des blogueurs diffuse ...

Ça y est les p'tits loups. Lolobobo a œuvré. La radio de l'été des blogueurs, notre radio, fonctionne. Ainsi dès aujourd'hui, lorsque vous rédigerez vos billets, vous pourrez le faire en écoutant notre musique, nos chansons, nos coups de cœur. Des dizaines de blogueurs ont joué le jeu et c'est bien là l'essentiel. Et à vrai dire, ça tombe bien parce qu'avec les punaises que j'ai sous la carafe ce matin, à part écouter de la musique, je ne vois pas trop ce que je pourrai faire d'autre aujourd'hui !


Bonne journée à tous et bon week-end !  Une fois n'est pas coutume, pour l'instant, nous avons du soleil en région parisienne ! Profitons-en !

Folie passagère 1233.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 29 juin 2012

Le débat sur la mariage gay rebondit, l'homophobie aussi !

 Lorsque l'on apprend à 17h35 que l'on sera 14 à dîner, forcément, ça limite le temps disponible pour faire un bon billet de blog.

Néanmoins, j'avais un truc à dire, vite fait.

La campagne de promotion pour le mariage gay est relancée. Soit ! C'était prévu dans le programme de Moi-Je-Président. Certains seront pour, d'autres seront contre mais compte-tenu de la composition de la nouvelle assemblée, et à défaut de referendum sur le sujet ou d'une réforme constitutionnelle, la loi sera sans aucun doute votée. Paraît-il dès 2013.

A ceux qui sont contre, je dirai, fallait pas faire élire hollande, fallait se bouger un peu plus.

A ceux qui sont pour une union ouvrant aux homosexuels les mêmes droits qu'aux hétéros, dont moi, et qui obtiendront gain de cause, je dirai, contenez votre joie. Pas de provocations inutiles.

En fait, ce qui m'insupporte le plus, c'est qu'avec ce débat qui est relancé, je vois refleurir d'un peu partout des propos, des messages, des billets et des tweets d'une homophobie navrante, déconcertante voire dégueulasse. Et pas forcément ni uniquement venant de gens dits de droite.

Je pensais qu'on avait évolué. Un peu. Il semblerait que je me sois trompé.

Folie passagère 1232.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Des jours chrétiens sacrifiés sur l'autel de la diversité

 Que lis-je dans le Parisien de ce matin ? L'idée lumineuse de l'Association nationale des directeurs de ressources humaines ( ANDRH ) de supprimer 3 jours fériés chrétiens: le jeudi de l’ascension, le lundi de pentecôte et l’Assomption.

On garderait juste Noël, Pâques et Toussaint qui, de chrétiennes, seraient devenues fêtes sociétales ( sic ). Les catholiques apprécieront.

Et pourquoi donc ? Je vous le donne en mille... pour favoriser la diversité ! Le marquage chrétien des jours fériés ne serait plus en adéquation avec la couleur de la société qui travaille.

En fait, ces 3 jours chrétiens seraient convertis en simples jours de congés que chacun pourrait poser librement. L'idée serait ainsi pour les salariés musulmans ou juifs de poser ces jours fériés lors des fêtes liées à leur religion. Les entreprises éviteraient ainsi les départs massifs en week-end et leur gestion parfois difficile dans l'organisation du travail.

Si l'idée semble avoir du sens, gageons que si elle devait se concrétiser, cela ne se fera pas sans heurts ni sans apporter de l'eau au moulin des défenseurs, nombreux, des racines chrétiennes de la France.

Folie passagère 1231.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 28 juin 2012

Valls: " Je crois que je peux être président de la République " !


Aujourd'hui, c'était un peu la fête à Valls. Le pauvre, tout le monde lui est tombé dessus. Même Didier Goux, même Mélenchon, même Jevousarrête, même l'Express, même Besancenot, c'est dire !

Il faut dire que le bonhomme, à gauche, dérange. Pour la Méluche, jamais avare d'une connerie envers son prochain, Valls, en refusant les régularisations massives de sans-papiers, flirterait avec le FN. Pour Besancenot, c'est la première " faute morale " de ce gouvernement ! Et certains de trouver que le Valls n'est qu'un clone de Sarkozy ! Habillé pour l'hiver le garçon.

Et pourquoi donc, moi-même personnellement, je n'en rajouterai pas une couche ? Hein, pourquoi pas ?

Parce que le petit Valls, il dit les choses comme il les pense. Tenez, le vote des étrangers aux élections locales, et bien, pour lui, il est urgent d'attendre: " on n'est pas en 1981 ". La période n'est plus la même. Alors quitte à faire, " soyons prudents " et attendons, l'après municipales de 2014. On ne sait jamais. Déjà que cette folle promesse aurait coûté 1 à 2 points à hollande, ne nous bousculons pas...

Et depuis quand un ministre se permet-il de remettre en cause les promesses de son champion ? Il faut dire que Valls et hollande n'ont pas toujours été potes, loin de là.

Tenez, pour mémoire que disait-il de hollande, le Valls, en 2009 ?: Que faut-il pour se présenter à l’Élysée, avoir de l'expérience ou bien " avoir été premier secrétaire du PS pendant 10 ans sans émettre une seule idée ? " ou bien " Au fond, pour hollande, la politique est un jeu. Il n'a fait que des coups ! ".

Sacré Valls qui jugeait que son boss actuel était un obstacle à la rénovation du PS, sacré Valls qui pensait que la réforme des retraites bouclée par sarko était ce qu'il y avait de mieux, " ne pas y toucher " !

D'ailleurs, Valls et le socialisme à la française, ça colle ou cela ne colle-t-il pas ? On peut en douter; que disait-il à ce sujet, en 2009, hollande toujours patron du PS:  " Le mot socialiste ne veut plus rien dire. C'est minuit moins le quart, là, avant la mort clinique du PS ". Ou bien encore: " Dans le socialisme français, il existe la nostalgie d'une alternative au capitalisme. "

Où voulais-je vous embarquer avec tout ceci ? Juste à vous faire comprendre que Valls est pour moi l'archétype de l'arriviste en politique: peu importent les convictions, peu importe le parti tant que tout cela mène au plus haut.  L'express titre: " Valls, le socialiste de droite " ? Rien de tout cela, juste un gars qui sait surfer sur les courants porteurs de la vie politique du moment que ceux-ci l'emportent, un jour, en 2017, en 2022, au Château.

Valls n'a qu'une idée en tête: L'Elysée. Et chaque matin, en se rasant, il se répète en boucle " Hollande, président ? mais on rêve !, Alors que moi... "

Folie passagère 1230.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Le silence assourdissant des gauchistes


C'est incroyable comme tout est calme, non ? Je ne sais pas où sont passés les degauches. On ne les entend plus, ou si peu. On en trouve  quelques uns, errant comme des âmes en peine dans les colonnes des journaux, à la télé ou dans les blogs, pour taper, encore, si peu, sur la Sarkozie; histoire de s'occuper. Mais globalement, c'est calme, smooth.

N'y aurait-il plus de chômage, la crise est-elle finie ? Oubliés les problèmes de (dé)mondialisation ? ... On ne les entend plus les degauches. Vous me direz, c'est reposant mais tout de même surprenant. Quasiment pas un ne bronche.  Les vacances ? Allez savoir... Ne me dites pas, tout de même, qu'ils la ferment parce que c'est hollande et le camp du bien  qui sont au pouvoir maintenant ? Si ?

Rhoooo ! Ainsi donc, ce qui, hier, était motif de critiques, de jugements à l'emporte-pièce, de condamnations sans appels et d'injures serait en odeur de sainteté aujourd'hui ? Tous les débats, tous les motifs de colère pré élections présidentielles n'auraient été que postures ? La rigueur, l'austérité, la réduction des dépenses publiques, le chômage, le pouvoir d'achat, la crise et toutes ces vilenies ne seraient donc pas une spécialité toute sarkozienne, les fientes d'un libéralisme débridé... De tout cela, aujourd'hui, on peut parler sereinement ? Comme c'est étrange ! L'hollande, royal au bar, accorde une pichenette au smic de 0,6% et tout le monde est content, ou presque.

Pas de manifs, pas de pneus brûlés, pas de cortèges...

Les degauches, maintenant élus,  coincés et rattrapés par les réalités économiques ouvrent les yeux: On va tous morfler ! hollande est coincé, lui aussi. Tout Moi-Je-Président qu'il est, il ne peut pas faire ce qu'il veut ni mettre en œuvre ce qu'il a abusivement promis, il est tenu aujourd'hui de faire ce qu'il faut: Il doit juguler les dépenses publiques, favoriser la compétitivité des entreprises et s'entendre avec l'Allemagne. Quant au pouvoir d'achat, tout juste peut-il espérer le préserver.

Alors, oui, face aux réalités, le degauche a sans doute compris qu'il n'avait pas d'autre choix que de faire le dos rond, se taire,  se serrer la ceinture,  éventuellement se remettre à bosser et attendre que l'orage économique passe en n'espérant plus qu'une chose c'est que le ciel ne lui tombe pas sur la tête. Sur celle de son voisin, okay, mais pas sur la sienne.

Le degauche vient de s'apercevoir que peu importait le patron, les maux sont les mêmes et les remèdes identiques: rigueur, austérité... et si possible, croissance. Pour plus tard. 

Tout supposé socialiste qu'il soit, hollande ne fera pas de miracle.

Folie passagère 1229.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mercredi 27 juin 2012

Pub: La bourse, y a que ça de vrai !


J'ai reçu une pub, ce matin. Une pub d'un site internet assez connu qui vous promet monts et merveilles et culbutes à tous les coups si vous suivez ses conseils pour gagner du pognon en bourse. Il paraît que c' est super facile, juste une question de choix binaire.

La pub, je vous la livre telle qu'elle m'est parvenue:

" Enormement de personne n'ose pas parier en Bourse. Le monde des options binaires leur semblent trop dure et peu savent que les probabilités de succés tournent autour les 50%. C'est la raison pour laquel les Traders et Brokers du monde entier s'enrichissent assez couremment avec la Bourse en ligne. My site: xxxxxxx "

Vous comprendrez que l'adresse du site, je me la garde pour moi car si gagner plein de sous en bourse est aussi facile que d'écrire aussi mal, je vais devenir très, très riche !

Folie passagère 1128.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mardi 26 juin 2012

Hollande ne s'oppose plus à la chasse aux Roms !

 Il y a deux ans, Sarkozy indignait la Socialie avec son discours de Grenoble et la fameuse circulaire Guéant: La chasse aux Roms était ouverte. Tous les camps illégaux devaient être rasés. Rien d'anormal, ils étaient illégaux. Mais peu importe, tout cela n'était pas humain, pas bien, nous rappelait les heures les plus sombres et patati et patata... Sarko pointé du doigt: stigmatisation de population, fasciste et turlututu. Même Bruxelles s'en offusqua en menaçant de faire condamner la France... à rien du tout. Mais, bon... 

Mais que disait alors hollande de ces expulsions ?: " Ce n'est pas la France qui était mise en accusation mais le président de la République et le gouvernement qui ont commis une faute. Je ne souhaite pas que notre pays soit condamné, je souhaite que ses dirigeants soient interpellés, je souhaite que cette infraction puisse être l'occasion pour le gouvernement et le président de la République d'en terminer avec des mesures qui ont été relevées comme stigmatisantes et discriminatoires. " 

Rhoooo ! Il n'était pas content le hollande à l'époque. Les expulsions de Roms, c'était la honte, une " faute ", " discriminatoire ". En un mot comme en cent: c'était dégueulasse ! 

Mais ça, c'était avant. Avant le 6 mai. Parce qu'aujourd'hui, et depuis le 6 mai, au moins 6 camps de roms ont été rasés. Et ce, forcément avec l'accord de l'Elysée; comment imaginer qu'il puisse ne pas être informé?

Le dernier camp à avoir été rasé, c'était ce matin dans les Bouches du Rhône, du côté d'Aix: 1 préfet,150 gendarmes, 4 tracto-pelles, 4 camions bennes et plusieurs engins de chantier ont rasé le camp, " Les habitants de ce qu'il faut bien appeler un bidonville, malades et enfants en bas-âge compris, n'ont pu, à la hâte, que récupérer quelques  affaires . " Une autre camp sera rasé demain, celui de l'Arbois.

Sacré hollande, sacrés degauches, ce qui méritait condamnation hier ne semble plus les déranger aujourd'hui. Même Martine Aubry s'y met... à nouveau.

En ce qui me concerne, s'ils sont illégaux, j'approuve ces évacuations et toutes ces reconduites à la frontière.  Je souhaite juste que les  dirigeant du pays soient interpellés, je souhaite que cette infraction puisse être l'occasion pour le gouvernement Ayrault et hollande d'en terminer avec des mesures qui ont été relevées comme stigmatisantes et discriminatoires.

Bienvenue en Socialie !

Folie passagère 1127.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Philippe Sollers viré du JDD ? L'ombre de Trierweiler...

Philippe Sollers est un grand écrivain français. Ça, c'est un fait. Depuis une quinzaine d'année, il officie au JDD par le biais de chroniques bien senties sur le temps qui passe. Et puis, on apprend qu'il a été viré du journal, du jour au lendemain. En cause, une chronique " persiflante " sur  Trierweiler, la copine de hollande.

La direction du journal s'en défend: "  Il n’a été ni censuré, ni viré " tout en dénonçant  "des accusations tristes, malveillantes et sans aucun fondement " dont aurait fait preuve Sollers. Soit !

Sollers, lui accuse: " La version officielle du JDD me semble pour le moins troublante [...]. Il va être de plus en plus difficile dans ce pays d’écrire sur des questions et des idées qui semblent déranger beaucoup de monde. "

Qu'a-t-il écrit de scandaleux ?: " Ce n’est plus la politique qui fait la loi, mais le tweet inattendu, énorme, transgressif. A quoi pensait le Président en accrochant des décorations sur les cercueils des soldats français morts en Afghanistan? Au tweet. Ce n’est plus du vaudeville, mais du Shakespeare. Une seule solution pour sortir de ce cauchemar: une nouvelle prétendante au rôle de première dame de France, un mariage à tout casser, et, vite, un bébé. Espérons que cette nouvelle aventurière nous préviendra par un tweet. "

Etonnant tout de même de constater que deux mots s'associent parfaitement depuis peu: Scandale et Trierweiler.

Que savons-nous d'autre ? Que le JDD a le même actionnaire, le groupe Lagardère, que Paris Match, là où bosse, parait-il Trierweiler. Alors, viré ou pas viré ? Pour une chronique ? Procès d'intention? Le grand public ne saura pas. La suspicion demeure. Hélas. Encore.

Moi ce que je retiendrai c'est qu' encore une fois, la " Trire " est au centre d'une histoire pas très claire. Courtisanerie, voire couardise, des dirigeants du JDD ? Paranoïa chez les chroniqueurs ?  Peu importe finalement, ce qui compte c'est de réaliser que dès que l'on touche de près ou de loin à la Première Gaffe de France, à tort ou avec raison, on s'expose dangereusement.

Pas saine cette ambiance, pas saine du tout.

Folie passagère 1227.
D'accord, pas d'acord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 25 juin 2012

Encourageons le laxisme: salauds de flics !


La mère Taubira confond justice et compassion pour les gentils mineurs de plus de 16 ans multirécidivistes; ça,  connaissant le bout de femme, on pouvait s'y attendre: Paix, joie et amour. Elle récidivait, si j'ose dire, en annonçant peu de temps après sa volonté d'abolir les peines planchers. Les juges de Toulouse ont entendu le message, les gendarmes de Collobrières ont apprécié.

Rendons ensuite à César..., ce fut au tour de notre premier ministre d'introduire une dose de gentillesse dans les rapports police / méchants avec le fameux récépissé ( traduit en langage de banlieue par laissez-pisser ). Méchants qu'il convient de définir différemment, maintenant que c'est changement: Un méchant est une personne ayant souffert à cause d'une société injuste et à qui il faut pouvoir apporter éducation et espérance. Faudra vous y habituer, c'est comme cela, c'est socialiste progressiste.

Aujourd'hui, c'est Manu qui veut faire plus et mieux. Valls est allé faire un discours devant la dernière promo de commissaires de la Police Nationale. Il a été bon, un peu comme à Hyères lors de l'hommage national sans Président aux 2 gendarmettes exécutées, même pas engoncé dans un costume pourtant trop grand pour lui. Bon et  explicite, Valls a été clair, les policiers doivent réfréner toutes velléités de trop contrôler les méchants... d'apparence ou d'évidence.

Libération raconte la chose ainsi:

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a appelé lundi les policiers à bannir les contrôles d’identité «abusivement répétés ou réalisés sans discernement» susceptibles d'«alimenter le ressentiment d’une partie de la population».
S’ils sont «indispensables», «non motivés ou proportionnés, le risque fort existe que certains contrôles ne fassent qu’alimenter le ressentiment d’une partie de la population». « En tant que chefs de service, vous devrez veiller à proscrire les contrôles abusivement répétés ou réalisés sans discernement», a-t-il dit. «Il y a des comportements antisociaux à réguler ou à combattre mais seule la minorité des jeunes de nos quartiers qui en est responsable, doit en répondre.»

Puisqu'il le dit et qu'il est ministre, c'est qu'il a raison: salauds de flics qui abusent, qui manquent de discernement, qui attisent les ressentiments de la population ( quelle population ? ), qui contrôlent sans motifs valables ! Salauds de flics qui n'ont que ça à faire !

Je suis sûr que nos policiers vont aimer ce genre de discours.

Quant à la seule minorité qu'il faut combattre, la minorité des jeunes de nos quartiers, gageons qu'eux aussi qu'ils vont adorer ce genre de discours. Prendre un ministre en flagrant délit de stigmatisation, c'est vachement plus mieux qu'une entaille sur la crosse d'une Kalachnikov, n'est-il pas ?

Le changement, c'est maintenant: encourageons le laxisme chez les flics. Vous verrez que d'ici peu, on se demandera qui est racaille: les flics ou la caillera...

Folie passagère 1226.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Convaincre les électeurs du FN: Quel beau challenge !

 L'UMP et Sarko ont perdu les dernières élections. Il ne reste plus qu'à repartir à l'attaque. Pour gagner en politique, les paramètres sont assez simples: Ne pas avoir trop de scrupules, un programme qui tienne à peu près la route, des réseaux, des courants porteurs ( une envie de changement par exemple ) et du pognon. Jusque là rien de bien compliqué.

Il ne manque plus qu'à trouver un leader et... un maximum d'électeurs. En ce qui concerne le leader, l'UMP est totalement dépourvue. Pas un ne sort véritablement du lot: Copé, Fillon, Bertrand, NKM, etc... Il suffira de faire un congrès et ils en auront un. Le tout c'est qu'il soit suffisamment charismatique pour que son choix ne soit pas remis en question lors des prochaines présidentielles. Au pire, on fera des primaires en temps utile. Un copié-collé de la situation dans laquelle était le PS il y a en gros à peine 2 ans. Jusque là, fastoche, le jeu de la vie politique en somme.

Reste le problème des électeurs. L'UMP actuelle a une base à peu près stable de plus ou moins 30 à 35% du corps électoral. Pas suffisant, il faudra donc aller chercher ailleurs. Un petit peu côté gauche molle, au centre et un maximum côté FN. Tout le problème est là: le FN et surtout les électeurs de celui-ci.

A l'UMP, certains disent niet, pas d'alliance, pas de digues à faire sauter. Nous n'avons pas les mêmes valeurs, Marie-Charlotte ! Soit.

Alors, on fait comment ?

Qu'il n'y ait aucune alliance avec les dirigeants du FN, ça ne me dérange pas, bien au contraire. La Marine a du talent, peut être rigolotte dans ses excès mais à part ça....
Par contre, que tout soit entrepris pour séduire ses électeurs, aucun problème, je prends. je prends parce que je suis persuadé, et contrairement à l'imagerie savamment entretenue, que la très grande majorité des électeurs du FN ne sont ni " fachos " , ni crânes rasés, ni racistes, ni " mauvais ". Ils ont juste besoin de savoir qu'on les prendra réellement en compte, eux et leurs préoccupations.

La gauche a utilisé le FN pour affaiblir la droite classique. La droite classique n'a pas voulu frayer avec le FN de peur d'y être assimilé. L'appareil du FN a tapé sur tout ce qui bougeait, à droite comme à gauche, pour se faire un place au soleil.

Reste à savoir comment convaincre les électeurs du FN de passer " à droite ", à l'UMP; sur quel projet, sur quelles valeurs, sur quels engagements?

Voilà le plus beau challenge de politique nationale pour les années à venir. Le tout est de le remporter le plus rapidement possible sans tomber dans la facilité et le clientélisme.

Comment ? C'est à suivre et ce sera passionnant.

Folie passgère 1225.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 24 juin 2012

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Corto, ou presque...

J'ai soudainement réalisé, je n'y pensai plus, que j'entrerai demain dans ma cinquantième année ! Peuchère, ça ne nous rajeunit pas. Je vois d'ici la vieillesse, la retraite, les rhumatismes, l'arthrose, les rides et les cheveux blancs pointer sans pitié. Une cinquantième année à imaginer. Putain ! Mais comment résume-t-on les 49 précédentes ? En un billet de blog ?

Tentons le coup pour voir si la chose est possible...

1963, okay, naissance chez les bourges et construction du bout d'homme sur les années qui suivent: Langes, pantalons courts, cheveux courts, fratrie bien fournie, déménagements fréquents. Des lieux: Bordeaux, Tours, Paris, Taverny, Mont de Marsan,...

Et puis tout s'enchaîne. 2 ans chez les Jésuites. Petit chanteur à Notre Dame de Paris. 2 disques à mon actif avec Pierre Cochereau aux grandes orgues. Les funérailles de Pompidou. Communion solennelle dans un des endroits les plus secrets de la République, 100 mètre sous terre, étonnant.

Le collège. Les scouts et les camps scouts. Les premiers vrais copains, les premiers vrais amis, les premiers émois, les premières conneries. La gymnastique, les agrès, l'équitation.

Le lycée. Les premières fois... Les potes ( Laurent, Bertrand, Lionel, Barbara, Véronique...), la teuf et les pétards, le 10 mai 81. Les quelques manifs: Solidarnosc, défense de l'école libre. Les soirées à refaire le monde. Les Jeunesses Giscardiennes. La musique. Animateur Radio Libre: des rencontres, Bashung, Lalanne, Lafesse entre autres... Le baccalauréat, à la deuxième tentative. Le Tour de Corse, le G20 à pied, cette année-là. La Scandinavie, l'année suivante. Le permis de conduire. 

Le BTS, 2 pour faire bonne mesure, Paris, étudiant, appartement-chambre de bonne, avenue Henri Martin, les potes, toujours, la fête, encore, les folles courses en bagnole dans Paris, la musique, la radio et les diplômes.  

L'armée. Deux ans. En Afrique, dans la Coloniale, chez les fous, donc. Djibouti et ses îles Musha et Maskali. Le Sheraton. Le Palmier en Zinc. Mamie Fanta. Le Khat. Le Shératon. Le désert. Visites au Kenya, en Ethiopie et au Yémen. Deux ans de souffrance mais deux ans de fabuleux souvenirs et quelques compagnons d'armes qu'on ne peut oublier ( Bruno, Eric, André...). Médaille d'argent de la défense nationale, tout de même. Et 3 mois d'errance volontaire, là-bas.

Et la vie qui commence, la vraie vie, celle où il faut gagner sa pitance. 1 an aux Antilles et 6 en Guyane, vendeur, chef-vendeur puis patron de mon bouclard. La Guyane, la forêt, les rivières, les carbets, mon bateau et ses 70 cv, le ski nautique. Le Brésil, l'Equateur, le Venezuela et mes 3 ans de vie commune avec D. Valloire, Martinique, Guadeloupe, Collioure, mes potes Alain, Jacquouille, les autres. Inoubliable Guyane, Saül, St Georges, Kourou, St Laurent du Maroni, pour le meilleur comme pour le pire. Nougaro, Goldman, si vous me lisez...

Et puis retour en métropole. Recyclage. Master à l' Essec. Puis les affaires, le business. Paris- Lille. Les soirées parisiennes chez Jean-Louis. Et le coup de bol, le boulot qui fait gagner plein de sous-sous dans la grande distribution, qui fait voyager partout, beaucoup, jamais assez, puis trop. Les aéroports. Paris, Chigago, Hong Kong, Pékin, Taiwan, Nanjing, Moscou, Varsovie, Milan, Madrid, Turin, Lisbonne, Londres, Washington, Casablanca, Budapest, Bucarest. Et la vie à Paris, puis à Annecy, rue Carnot, Genève. Mes 7 ans avec C. Les vacances, les voyages, ceux qu'on fait pour le plaisir, Tahiti, Hawaï, la France, enfin, et j 'en passe.  Changement de boulot et de boîte. Le BTP, deux ans chez les fous, à ne recommander sous aucun prétexte: pas plus vérolé comme milieu. La fin de ma vie avec C. Et curieusement enfin le calme, le chômage et la vie qui continue, les amis, les vacances, la fête autant que faire se peut, moins qu'avant. Plus ça passe et moins on récupère vite, c'est étrange.

Et tout au long de ce parcours, la famille qui s'agrandit et qui se rétrécit. Les vieux dont il faut s'occuper. Les amis qui restent et ceux qu'on préfère oublier. Des rencontres extraordinaires, d'autres nettement moins. Le blog, la politique, s'engager ?  Et tout ce qui ne se raconte pas. La vie quoi...

Assurément, un billet de blog ne suffit pas pour raconter tout le chemin parcouru.

Il ne reste plus qu'à construire la suite...

Folie passagère 1224.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

L'été, La radio: La radio de l'été des blogueurs !

C'est reparti pour La Radio de l'été des Blogueurs. A l'initiative géniale de Lolobobo, pour la 3ème année, les blogueurs, même ceux qui ne peuvent pas se piffer, se retrouvent sur les ondes, sur leur propre radio. L'an dernier, nous étions cent, cette année nous serons... A vous les studios ! Tout blogueur ou blogueuse qui se respecte se doit d'y être, non ?


Comment ça marche ?  C'est simple comme de dire bonjour, simple comme un baiser d'amour !:

Tu choisiS ta chanson de l'été (ça peut être une chanson que tu écouteS en ce moment, un groupe qui joue du coté de chez toi, ou une chanson qui a accompagnée un de tes Eéés précédents),
Tu fais un beau billet sur ton blog avec :
Un lien vers ta chanson de l'été (ou une video youtube de la chanson)
une copie de la règle du jeu.
Un lien sur ce billet (ça me simplifiera la tache pour retrouver ta participation)
Une liste de deux ou trois blogueurs que tu souhaites tagger dans cette chaîne pour qu'à leur tour ils nous proposent leurs chansons de l'été.
Ensuite, à partir de la semaine prochaine, le player de radio va commencer à diffuser. Tu pourras donc écouter la radio des blogueurs :
Sur ton site en intégrant le player (qui sera disponible dans quelques jours par là)
Sur Facebook en allant aimer la page de la radio
ou sur Twitter (via le compte @radioblogueurs ou le tag #radioblogueurs2012).

Pour moi, la chanson de l'été, forcément, il y en aura deux:

" Mon Légionnaire ", version Gainsbourg / Mondino, parce que c'est Gainsbourg, tout simplement:

La deuxième, Michel Télo, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais c'est entraînant et puis je connais un endroit où ils la passent sans arrêt... : 


Quant à tagger quelqu'une ou quelqu'un pour qu'ils suivent le mouvement, fastoche:  Boutfil, ça lui apprendra à faire des liens, Froufrou car elle le vaut bien et pourquoi pas Arthus&Nico, les deux gays les plus cools de la blogosphère. Et puis tant qu'à faire, Jacques Etienne qui cartonne avec ses Vues de la colline et Germaine Michu sans qui l'opposition à hollande serait bien fade...

On Air, c'est parti !

Folie passagère 1223.
écoutez la radio des blogueurs
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Les larmes du drapeau - FTP