mardi 30 septembre 2014

Haro sur les familles et vive l'AME !


Mais bon dieu de bon dieu, qu'ont-ils donc après les familles ces histrions de gauchistes ? En France, on a la chance d'avoir un taux de natalité que la quasi-totalité de l 'Europe nous envie, une politique familiale qui a fait ses preuves depuis longtemps et les voilà ces odieux lui porter en une journée quatre ou cinq coup qui pourraient bien remettre en cause ou perturber le dynamisme et le volontarisme nataliste des Français !

La prime à la naissance divisée par trois dès le deuxième enfant, un refonte du congé parental, diminution des aides accordées par la CAF pour les gardes d'enfants de moins de six ans assumées par des assistantes maternelles, majoration des prestations familiales accordées pour les enfants atteignant 14 ans décalée à l'âge de 16 ans, et enfin, décalage d'un mois du premier versement de l'allocation de base de la Prestation d'accueil du jeune enfant ! (voir le détail ici). Et toutes ces mesures son censées permettre à l'Etat de faire des économies; environ 750 millions d'euros, rien que 250 millions pour la seule division par trois de la prime à la naissance. Et comme si ces coups de rabots débiles ne suffisaient pas, n'oublions pas non plus les deux réductions successives en moins de deux ans du quotient familial, voilà que Président avec le cynisme qu'on lui connait de déclarer face caméra: ces mesures seront difficiles mais c'est parce qu'elles sont difficiles que les Français se rendront compte que l'Etat agit pour faire des économies: " Si vous n’entendez pas crier, c’est que nous ne faisons pas d’économie. Donc, oui, vous entendez." 

La ficelle est tout de même un peu grosse. On nous a promis, sans que personne n'y croient vraiment, qu'il n'y aurait plus de hausse d'impôts et dans le même temps, on ratiboise les prestations sociales là où pour une fois elles avaient fait la preuve de leur efficacité. Rajoutez à cela, le doublement de la CSG pour 470 0000 retraités, la suppression de l’abattement fiscal pour les retraités ayant eu trois enfants ou plus, et roule ma poule, faire des enfants reviendra de plus en plus cher ! Les cons ! 

Il fallait qu'ils tapent encore et encore sur les familles, idéal me direz-vous pour les pousser à descendre encore plus nombreuses dans la rue dimanche prochain. La colère gronde, gronde, et ils s'en foutent. Le pire, c'est que je vous fiche mon billet que le montant espéré d'économies, 750 millions sur ce volet famille, ne sera pas atteint. Pourquoi ? Parce que d'une part, ils reculeront sur un point ou l'autre et d'autres part parce que ces tordus sont totalement incapables de faire la moindre prévision qui tienne; ils nous l'ont maintes fois prouvé ! 

Tenez, il y a un truc dont elle ne nous parle pas MST, c'est l'AME, l'aide qui permet de prendre médicalement en charge les étrangers sans papiers et sans ressources. Savez-vous combien cela a coûté à la collectivité en 2013 ? La bagatelle de 744 millions d'euros pour une prévision budgétée de ... 588 millions ! 744 millions d'AME pour 750 millions de rabot sur les aides à la famille ! Cherchez l'erreur ! Et à ce jour aucune annonce nous permettant de penser qu'ils vont tenter de rationaliser - ne parlons pas de supprimer - l'AME. Haro sur les familles et bienvenue aux clandestins et autres indigents ! Le FN s'en frotte les mains, encore, encore ! Réduire l'AME, mais vous n'y pensez pas, Touraine voit les choses autrement: "Ma préoccupation face à des filières de personnes étrangères venant se faire soigner dans certains hôpitaux français amène à la nécessité d'enclencher très rapidement un travail diplomatique de coopération internationale avec les pays d'origine". Pignolades diplomatiques et maintien de l'AME (environ 850 millions d'euros pour 2015) d'un côté, mise à la diète des familles et attaques en règle contre un modèle qui a fait ses preuves de l'autre ! Allez comprendre ! 

Ces gens qui nous gouvernent sont fous, fous à lier, je ne vois pas autrement !

Folie passagère 2480.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Edwy Plenel est-il atteint de phobie administrative ?


Voilà ce que j'écrivais, il y a presque pile poil un an, le 20 septembre 2013 sous le titre  "Impôts ou Taxes: Fais comme Mediapart, paye ce qu'il te plaît !" 

" En France, aussi incroyable que cela puisse paraître payer ses impôts (et taxes) est une obligation pour tous: particuliers et entreprises. C'est non seulement une obligation mais c'est aussi faire preuve de civisme. Ne pas payer vous expose, normalement, à de fortes déconvenues: contrôles fiscaux, pénalités, amendes et éventuellement saisies, voire même, assez rarement, à de la prison.

Revenons donc à Médiapart que j'évoquai hier. Edwy Plenel, son fondateur, se plaît à claironner partout qu'il est indépendant et qu'il ne bénéficie d'aucune aide ou subvention. De ce fait, il se place au dessus de la mêlée et de ses confrères, comprenez, il est libre, pas les autres. Nous avons vu hier que ce n'était pas tout à fait le cas. Il clame aussi, à qui veut l'entendre, que son modèle économique - il ne vit que d'abonnements - est maintenant viable; il serait rentable. Soit !

Dans mon billet, j'écrivais que Mediapart ne payerait que 2,1% de TVA. C'est vrai. Ce faisant, Edwy Plenel se met hors-la-loi. En effet, en tant que pure player, son activité journalistique ne se fait que sur internet, il est soumis comme ses confrères ( Slate, Arrêts sur Images,...) à une TVA de 19,6%. Le taux de 2,1% ne s'applique qu'à la presse papier ou accessoirement à ceux qui ont une activité mixte: papier-internet. Cette écart ne plaît pas à Edwy Plenel. Lui, il ne veut que d'un taux à 2,1%. Alors, depuis 2011, avec là aussi quelques collègues, il a décidé de braver la loi et ne paye donc que ce qui lui convient soit les 2,1%, soit 17,5% d'économie "illégale". Certains contrevenants se sont donc pris quelques redressements fiscaux en bonne et due forme. A priori, pas Mediapart !

Dans l'esprit d'Edwy Plenel, l'homme qui lave la presse plus blanc que blanc, ce refus de payer la TVA au taux légal s'inscrit dans une démarche militante, démarche militante qui s'exprime via le syndicat professionnel des pure playersle SPIL. Payer oui, mais comme tout le monde! C'est beau, non ? Ce n'est pas de la fraude, c'est un combat militant!

Alors, certes, s'il ne m'appartient pas vraiment de juger du bien fondé de la démarche en question, il me sera tout de même permis de penser que c'est un peu gonflé, pas franchement "citoyen" et totalement... illégal ! Étrangement, cette entorse à la loi ne semble pas déranger grand monde, y compris dans l'administration fiscale. Les discussions se poursuivent entre l'Etat et les pure players depuis au moins deux ans, sans ne jamais aboutir et le taux de TVA applicable à Mediapart demeure bien de 19,6%.

En attendant, et l'on comprend mieux pourquoi, Mediapart affiche une bonne santé financière. En 2012, il aura réalisé un chiffre d'affaire de 6 millions d'euros (5 en 2011) et un résultat net de 700 000 euros. Son effectif serait de 45 personnes (toutes en CDI) dont 30 journalistes. Que Plenel et Mediapart payent ce que réellement ils doivent et pas sûr que le modèle économique vanté par le moustachu  soit aussi rentable !

J'aurais aimé dans ce billet me tromper mais, constatant que mes 3 demandes d'explications formulées à Mediapart sont restées sans réponse, je considère que qui ne dit mot... consent! Il va de soi que si Mediapart faisait valoir un droit de réponse, je me ferai le plaisir de le publier.

Et une conclusion s'impose, amis contribuables, si les taux d'impositions auxquels vous êtes soumis ne vous conviennent pas, regroupez-vous, montez une assoc' et payez selon votre bon vouloir, votre situation n'en sera que plus "viable". Mediapart vous aura montré l'exemple ! "....

Je dois reconnaître avoir alors mésestimé les services fiscaux. Mediapart et Edwy Plenel sont sommés ces jours-ci par le fisc de payer ce qu'ils doivent soit 4,2 millions d'euros: 3 millions au titre des arriérés de TVA, 200 000 euros de pénalités et 1 million d 'euro pour "mauvaise foi  ! En voilà une bonne nouvelle !

Edwy Plenel a finalement raison: Personne n'est au dessus des lois ! Mais connaissant le lascar, on imagine bien qu'il va nous jouer les pleureuses, mettre ses 45 employés dans la balance, chantage au chômage, atteinte à la liberté de la presse, etc...

On s'en fout,  qu'il raque ! Qu'il paye, comme tout le monde ! Je n'ose pas imaginer qu'il puisse mettre en avant une quelconque phobie administrative pour ne pas se soumettre à ses devoirs de citoyen...

Il y a peu son canard, Mediapart titrait: "Les cachotteries de Thomas Thévenoud"... Amusez-vous à taper dans google: mediapart + Thevenoud et voyez comment le journal d'Edwy crucifiait Thevenoud... Il se satisfaisait même que le député Thevenoud ait été saisi d'office... 

Folie passagère 2479.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 29 septembre 2014

Abrogation de la loi Taubira : Attention danger !


C'est assez curieux, alors que le pays est dans une merde noire (désolé, je ne vois pas quelle autre expression employer) avec ses millions de chômeurs et ses déficits abyssaux, des petits malins de tous bords, profitant du retour en politique de Sarkozy, veulent faire d'une éventuelle abrogation de la loi Taubira le sujet central des combats à venir à droite: élections à la présidence de l'UMP et élection présidentielle. Il faut abroger la loi Taubira ! semble être le cri de ralliement de personnes comme Boutin, Wauquiez, Mariton et quelques ultras de la Manif Pour Tous, voire du FN. Les mêmes accusent Sarkozy d'avoir été plutôt flou sur le sujet lors de son passage chez Delahousse, d'autres prédisent la défaite électorale à celui qui ne s'engagera pas fermement sur l'abrogation de cette loi.

Ces gens-là font selon moi fausse route, prennent les gens pour des idiots et jouent avec le feu.

Fausse route et prendre les gens pour des idiots, cela commence avec ce qui semble devenir un slogan: "Il faut abroger la loi Taubira". La chose n'est pas aussi simple qu'il y paraît. D'abord parce que cette loi a été votée à la majorité des représentants élus, ensuite parce que son abrogation totale ferait apparaître une discrimination évidente entre les couples homos mariés sous le régime de la dite-loi et ceux qui souhaiteraient se marier mais qui de fait ne le pourraient plus. Et que ferait-on des "mariés" ? Les démarieraient-on ? Le problème de revenir sur cette loi famillicide ne peut donc se poser avec ce simple slogan que l'on voudrait nous faire adopter comme cri de guerre. Revenir sur cette loi implique d'avoir au préalable l'assurance que c'est bien ce que veulent aujourd'hui, ou voudront dans deux ans, une large majorité des Français.

Rappelons que la loi Taubira comporte plusieurs échelons: l'union de deux hommes ou de deux femmes qui obtiennent ainsi les mêmes droits (héritage, pension de réversion, etc...) que les couples traditionnels. Vient ensuite le niveau "adoption", celui qui menace la filiation classique: avoir le droit pour l'un des deux conjoints homos d'adopter l'enfant que l'autre conjoint aurait eu dans une autre vie et l'adoption "plénière", le couple homo qui n'a pas d'enfant en adopte un. Enfin un troisième niveau non prévu par la loi mais qui s'invite dans le débat: la PMA et la GPA ou comment au nom du droit à l'enfant, on s'apprêterait, malgré les hypocrites dénégations de Président et de sa clique, à "légaliser " la marchandisation des corps, celui des femmes mais aussi celui des enfants.

Si les deux premiers niveaux sont acquis, peut-on demain revenir dessus, les abroger ? Rien n'est moins sûr ne serait-ce qu'à cause du sacro-saint principe d'égalité. Pourquoi certains y auraient eu droit et pas d'autres ? Gageons que les défenseurs de cette "avancée sociale" auront tous les moyens nécessaires pour s'opposer à son abrogation par le biais de multiples actions juridiques que nos frontières ne sauraient hélas arrêter. Abroger cette loi devra nous amener à nous poser (et à nous positionner) une question fondamentale, celle de l'égalité de tous devant la loi ? Puisque c'est bien l'argument de l'égalité qui a prévalu à l'élaboration de cette loi, son abrogation sera combattue avec le même argument et je ne gagerais pas qu'il soit perdant...

Ce n'est donc pas l'abrogation de la loi qu'il faut viser mais bien plutôt sa réécriture, tout est dans les termes, avec pourquoi pas la création d'un contrat d'union civile. La réécrire pour autant que faire se peut interdire l'adoption aux couples homosexuels, quelque soit le type d'adoption envisagée. Parallèlement, il faudra trouver le moyen d'interdire pour de bon, définitivement, la PMA/droit à l'enfant pour les couples de lesbiennes (les dernières décisions de justice montrant que son actuelle interdiction peut être contournée) et se prémunir tout aussi définitivement contre la GPA, quitte à faire inscrire, pourquoi pas, dans la Constitution l'interdiction de la marchandisation du corps humain.


Tout ça pour dire que l'abrogation de la loi Taubira ne sera pas une mince affaire, affaire qui ne saurait être traitée de la même manière que celle utilisée par les gauchistes - j'ai particulièrement apprécié la sortie de Sarkozy sur le sujet: "Je n'utiliserai pas les familles contre les homosexuels, comme on a utilisé les homosexuels contre les familles." - ; sa réécriture devra être validée par un référendum puisque c'est ce que nous réclamions à l'époque pour la validation de la loi Taubira, référendum qui nous a été refusé.

Tout ça pour dire que pour un opposant de la (presque) première heure au mariage zinzin comme moi, si réécrire la loi Taubira me paraît indispensable et incontournable, en particulier sur le triptyque adoption-PMA-GPA, dans le programme du futur candidat de droite à l'élection présidentielle de 2017, je ne suis pas sûr de mesurer toutes les difficultés du chantier; il serait totalement illusoire de (faire) croire que cela sera simple. Une certitude cependant, le débat à venir ne devra en aucun cas donner lieu à des affrontements électoralistes à droite, affrontements qui pourraient nous être fatals face à une gauche qui sur le sujet ne se privera pas d'envoyer l'artillerie lourde.

Réécrire la loi Taubira ? Oui, trois fois oui. Que cela soit une occasion de diviser à nouveau les Français (et la droite) sur ce sujet et offrir ainsi une opportunité pour la gauche de rester au pouvoir, voilà bien tout le péril du projet. Méfi ! Attention danger !

Que tout cela ne nous empêche pas en attendant d'aller manifester en masse dimanche à Paris ou à Bordeaux, On ne lâche Rien... mais on réfléchit...

Folie passagère 2478.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 28 septembre 2014

A moi de convaincre les électeurs du Front National !

Vous souvenez-vous de cette interview exclusive de François Hollande accordée à Libération en 2012 ?
Avec François Hollande: 

- 2 députés FN entrent à l'Assemblée Nationale,
- 12 grandes villes (dont Marseille 7ème secteur) élisent un maire FN,
- 1 546 conseillers municipaux sont élus sous les couleurs du FN,
- 459 nouveaux élus FN dans les intercommunalités,
- 24 députés FN entrent au parlement européen,
- 2 nouveaux sénateurs FN, une première sous la Vème République,

Indubitablement, François Hollande et la gauche au pouvoir sont les alliés objectifs du Front National !

Et le Sénat, comme prévu, bascule à droite !

Bravo Président !

Je ne serais pas surpris que celui-ci, en son Château, reçoive de la part de La Marine un magnifique bouquet de fleurs. C'est ce que je ferais si j'étais elle...

Folie passagère 2477.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Le 5 octobre à Paris !

Le 5 octobre à Paris !